Lobbying : Attention à la communication

La communication… vaste sujet. Lorsque l’on souhaite engager des relations institutionnelles, on a tendance à penser que l’omniprésence médiatique peut être un vecteur efficace de conviction, voire d’instauration d’un rapport de force. La réalité est assez différente.

Communiquer produit parfois de multiples effets pervers. Le premier d’entre eux est d’informer les adversaires, mais il arrive que cela indispose aussi les décideurs pour de multiples raisons. Une communication trop agressive risque, surtout, de vous neutraliser et de dégrader votre image, durablement. L’engagement d’une phase de communication ne doit pas être systématique, mais très réfléchie et mesurée.

De nombreuses agence de communication et de relations publiques se sont lancées dans les relations institutionnelles et des services de communication au sein d’entreprises son également en charge des affaires publiques : ces situations entraînent parfois une confusion entre communication et relations institutionnelles.

La communication incontournable est celle qui est engagée en priorité en direction de la cible, c’est à dire les élus. Une communication plus large ne sera envisagée que dans un second temps. Cela suppose, bien entendu, de ne pas être dans une situation d’urgence ou de crise…

Les exemples d’opérations de communication publique visant à influer sur les décisions politiques foisonnent. Souvent, l’image de ceux qui les engagent en pâtit. Il est rare de parvenir à construire une communication positive sur des thématiques de mise en danger de l’entreprise ou des emplois à la suite de décisions politiques.

La troisième erreur mise en avant dans Les Cahiers Experts de Sountsou – Affaires Publiques (« agir dans l’urgence ») prend ici tout son sens. une action dans l’urgence implique souvent une communication plus offensive, voire agressive, qui aura nécessairement  une incidence néfaste sur l’entreprise.

Le sujet de la communication montre la complexité des relations institutionnelles : rien n’est jamais blanc ou noir. Il n’existe pas de chemin parfait, vous devez bouger les lignes en permanence et, si possible, avoir toujours un coup d’avance, ce qui évite de communiquer et de vous engager trop publiquement lorsque cela n’est pas indispensable ou peut abîmer votre image.

Des relations institutionnelles maîtrisées favorisent une communication positive et apaisée, y compris en situation de tension.

Mathieu Quétel

Président de Sountsou, auteur des Cahiers Experts « Les 10 erreurs à éviter en relations institutionnelles »

Pour continuer la réflexion sur les relations institutionnelles et ce qu’elles peuvent apporter à votre entreprise, téléchargez Les Cahiers Experts.

Les Cahiers N°1