Les phrases de la semaine

Les phrases de la semaine sélectionnées par Sountsou, toujours beaucoup de politique, pour l’économie, il faut regarder du côté des chiffres clés

François Hollande, au sujet de Nicolas Sarkozy et de l’élection présidentielle de 2012, cité par Challenges daté du 12 mars

« (Quand on perd une élection présidentielle) on a un sentiment d’injustice. Comme on a sacrifié beaucoup, on ne peut pas comprendre l’ingratitude des électeurs. La défaite, on l’explique par la traîtrise et le mensonge. Pour Giscard, le traître ce fut Chirac et le menteur Mitterrand. Pour Sarkozy, le félon c’est Bayrou et le bonimenteur, ce fut moi »

François Hollande, sur le « moment où l’on devient président », cité par Challenges daté du 12 mars

« Mitterrand l’est devenu pour les Français à Verdun, la main dans la main avec Kohl. Chirac quand il a fait l’éloge funèbre de Mitterrand. Sarkozy pendant la crise des supprimes. Et sans doute les Français m’ont ils reconnu comme tel pendant les événements tragiques de janvier »

François Hollande,  sur Emmanuel Macron, dans Challenges daté du 12 mars

« Macron, c’est un type gentil, gai, qui n’a pas mauvais esprit ni une ambition dérangeante. Avec lui, c’est l’harmonie, politique et personnelle : c’est un imaginatif qui a été capable de réfléchir après avoir quitté l’Elysée. J’avais hésité à le nommer précédemment. Je craignais que cela pose problème avec Arnaud Montebourg. J’ai attendu, j’ai bien fait… »

François Asselin, le nouveau président de la CGPME, sur le site de l’Express, au sujet des réticences à embaucher des patrons

« Vous savez, pendant ma récente campagne pour prendre la tête de la CGPME, j’ai rencontré beaucoup de chefs d’entreprise qui me disaient : « François, même zéro charge, je ne veux plus embaucher. » Pourquoi à votre avis ? Parce que le licenciement est encore une procédure très lourde, qui peut virer au drame et beaucoup de petits patrons redoutent ce spectre là » 

Michel Onfray, au sujet de Manuel Valls, dans Le Point daté du 12 mars

« Un ami m’a envoyé un texto juste après les saillies de Manuel Valls contre moi : « On ne peut pas être Manuel et intellectuel. » Il n’a pas tort. Je me sens plus que jamais anti-Manuel… »

François Rebsamen, au sujet des Départementales, sur LCP le 11 mars

« Si la gauche se rassemblait, elle pourrait être en tête au premier tour de l’élection. Mais la division de la gauche, voulue par le Front de gauche, par les communistes, par des écologistes, elle est suicidaire »

Bruno Le Maire, sur les Départementales, cité par Le Figaro du 11 mars

« Ce sera une victoire collective et il est évident de le président de l’UMP, qui anime ce parti depuis le 29 novembre, y aura pris toute sa part »

François Mitterrand, cité par Michèle Cotta dans son ouvrage « Le Monde selon Mitterrand » (Tallandier)

« Je reconnais qu’il (Valéry Giscard d’Estaing) explique admirablement comment les choses se passent sans lui. Les prix ont monté en mai ? Parbleu, c’est le boeuf. En juin, c’est le melon. En juillet, c’est le gaz, l’électricité, les chemins de fer et les loyers. On s’émerveille d’accéder ainsi aisément à l’économie, de pénétrer à la suite de ce guide savant dans les arcanes de la haute finance. Hé oui, c’est le boeuf ! Odieux melon ! Traître loyer ! Vive Giscard ! »

Un élève à la professeure Mathilde Lévèque, cité dans son ouvrage « LOL est aussi un palindrome » (First Editions)

« – Je vous ai déjà dit de ne pas vous battre. Enfin, pas avec les poings. Je ne me tue pas à vous apprendre l’argumentation pour rien, quand même

– Mais vous faites quoi, vous, quand on vous agresse ?

– Et bien justement : j’utilise les mots, pas les poings !

– Genre, le mec, il est là, il vous sort son coutal, et vous hop-hop-hop, vous dégainez le Scrabble, quoi !!»