6 conseils pour vos opérations de lobbying de fin d’année

Dans ce nouveau numéro de l’émission « Lobby or not Lobby » sur la Radio Des Entreprises (RDE) le journaliste Simon Janvier et Mathieu Quétel, président de Sountsou-Affaires Publiques font le point sur vos opérations de lobbying de fin d’année.

Vous pouvez découvrir nos 6 conseils concrets et opérationnels pour vos opérations de lobbying de fin d’année en écoutant le podcast de l’émission ici ou le script ci-dessous :

Simon Janvier : Bonjour et bienvenue pour ce nouveau rendez-vous de « Lobby or not lobby » avec Mathieu Quétel, président de Sountsou – Affaires Publiques. Mathieu, bonjour, aujourd’hui, vous donnez aux chefs d’entreprise 6 conseils très concrets pour leurs actions de lobbying de la fin d’année. 

Mathieu Quétel : Bonjour Simon. Oui, nous entrons dans la période de fin d’année et c’est un moment risqué pour les chefs d’entreprise qui peuvent commettre des erreurs dans leurs actions de lobbying en croyant bien faire.

J’imagine que vous allez nous proposer de bonnes idées de cadeaux pour nos responsables politiques ?

Et bien, justement non ! Mon conseil est de faire très attention aux cadeaux de fin d’année. On a tendance à croire qu’un cadeau ne peut que faire plaisir et toucher celui qui le reçoit. Aujourd’hui, en politique, la tendance est nettement différente. La mode est à la plus grande frugalité à Noël !

Un Noël frugal c’est tout de même un peu triste comme programme Mathieu ! On ne voit pas très bien en quoi une boîte de chocolats, par exemple, pourrait être un cadeau gênant pour un politique.

À priori, vous avez raison Simon. Sauf que les cadeaux en provenance des entreprises sont devenus de véritables sujets pour un grand nombre d’élus. Non pas qu’ils aient une défiance à l’égard du monde économique mais simplement, ils savent qu’ils sont observés et que tous leurs actes sont susceptibles de se retrouver sur les réseaux sociaux. Alors, ils sont de plus en plus nombreux à adopter une attitude assez radicale : le zéro cadeau. Donc, si vous envisagez d’offrir un cadeau à un élu, même peu coûteux, réfléchissez bien et assurez-vous que vous n’allez pas le mettre mal à l’aise.

Pourtant en France, les cadeaux d’entreprise en période de Noël relèvent également de la tradition. 

Bien entendu. Mais privilégiez les cadeaux à votre clientèle en guise de remerciement. En ce qui concerne les élus et vos opérations de lobbying de fin d’année, je préconise de plus en plus d’éviter les gestes qui peuvent être mal interprétés. La tradition c’est bien, s’adapter aux usages de l’époque, c’est mieux pour être efficace.

Heureusement, il nous reste le restaurant. Rien n’empêche d’inviter un élu au restaurant pour lui faire plaisir.

Désolé de vous décevoir Simon mais les bons restaurants pour inciter les élus à écouter vos doléances relèvent également des méthodes du passé. Si vous connaissez très bien votre interlocuteur et que vous êtes dans une relation de confiance, vous pouvez éventuellement le convier au restaurant. Si vous ne le connaissez pas, préférez un petit déjeuner de travail. L’aspect convivial du bon repas et son coût en fonction du lieu choisi peuvent également être sources de malentendus. En outre, pour un lobbying efficace et durable, il est toujours préférable de s’inscrire dans une démarche professionnelle et de conviction plutôt que dans un champ qui relève de la distraction. Ça tombe plutôt bien, votre temps est compté et celui des élus également.

Mais alors, il ne nous reste pas grand-chose pour marquer le coup pour nos opérations de lobbying de fin d’année.

La fin d’année peut constituer un moment idéal pour adresser un courrier de vœux plus fourni, plus explicatif. Ne vous cantonnez pas à la simple carte de vœux, vos élus en reçoivent à la pelle, comme les sms impersonnels envoyés à des listes de diffusion. D’une manière générale tous les envois collectifs sont à proscrire. Privilégiez donc un mot manuscrit avec du contenu, de l’humanité et de la sincérité. Vous sortirez du lot. Croyez-moi !

Pour les vœux et les opérations de lobbying de fin d’année, vous êtes donc pour un retour à la tradition !

C’est exactement cela Simon. En lobbying, les méthodes traditionnelles avec de la conviction et de l’empathie sont souvent les meilleures. En effet, vos concurrents ou confrères pratiquent souvent l’influence avec négligence et par corvée. Si vous assumer une démarche de lobbying sérieuse vous serez donc rapidement plus efficace. En ce qui concerne les vœux, j’ai un dernier conseil, envoyez votre courrier en début de période, avant le 15 décembre ou en fin de période, vers la fin janvier, une autre façon d’émerger du tas de cartes réceptionnées dans les bureaux de nos élus…

En fait, j’ai le sentiment que la fin d’année n’est pas une si bonne période que cela pour communiquer en direction des élus.

Tout à fait. Je considère que la tradition des cartes de vœux est un moment un peu désuet qui a été dévoyé. Je conseille à mes clients de sortir de ces rendez-vous obligés ou, au final, vous aurez les plus grandes difficultés à vous distinguer. En revanche, les manifestations liées aux vœux se succèdent tout au long du mois de janvier, ce sont de vrais bons endroits où rencontrer un élu physiquement et lui glisser un mot sur vos préoccupations ou vos souhaits, vous aurez tout le temps de développer ensuite à l’occasion d’un véritable rendez-vous.

On résume vos conseils de lobbying pour les entrepreneurs en cette fin d’année : proscrire les cadeaux, les restaurants et les cartes de vœux et miser sur les petits déjeuners de travail, des mots manuscrits pour la nouvelle année ainsi que sur les manifestations organisées par les élus eux-mêmes.

Vous avez tout compris Simon !

Mathieu Quétel, il me reste à vous remercier, je rappelle que vous êtes le président de Sountsou- Affaires Publiques. Nous vous retrouvons très vite dans un nouveau numéro de « Lobby or not lobby ».