Vos chiffres clés de la semaine

Une semaine qui balance entre les alertes sur les finances de nos collectivités locales, la place médiocre de la France dans le rapport « Doing Business » de la Banque Mondiale, un projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement  qui crée la polémique, les premiers déficits de VW, les succès d’Apple, les soucis budgétaires de l’audiovisuel public et les perspectives sondagières des élections…

18

Selon la note de conjoncture publiée par la direction du développement des territoires de La  Banque Postale, 18% des communes françaises seraient dans une situation financière précaire. Ainsi, « 25% de la population française se trouvent dans une commune en zone de vigilance ou d’alerte », précise, dans Les Échos, Thomas Rougier, le responsable de cette étude. Les collectivités territoriales, confrontées à une baisse des dotations de l’État se sont lancées à une véritable course à l’économie. Leurs dépenses devraient progresser de 1,3% en 2015, contre 2,3% en 2014 et 3% en 2013.

53,4

Apple affiche une santé de fer, le groupe de Cupertino vient d’annoncer un bénéfice de 53,4 milliards de dollars pour son exercice clos le 26 septembre. L’entreprise dispose désormais d’un trésor de guerre de 205,7 milliards de dollars de cash, mobilisable pour des acquisitions ou des investissements en R&D, par exemple. Néanmoins, les ventes d’I Phone sont en léger retrait par rapport aux attentes des analystes. Surtout, les ventes d’I Pad poursuivent leur déclin et affichent un septième trimestre consécutif de recul. Enfin l’I Watch n’est pas mise en avant par Apple dans la présentation de ses résultats annuels, ce qui laisse présager, là également, une déception. Le gros point d’inquiétude pour l’avenir, réside sans doute, dans le comportement du marché chinois qui était attendu comme un important relai de croissance et sur lequel la crise devrait peser.

27

La France se classe 27ème du rapport annuel de la Banque Mondiale « Doing Business ». Ce classement passe en revue le cadre réglementaire dans lequel évoluent les PME. Il mesure notamment, les différentes procédures administratives, leur complexité ainsi que leur efficacité.  Le Royaume Uni obtient la sixième place et l’Allemagne la 15ème. Les handicaps de la France sont déjà bien connus : trop de règles et de procédures administratives et une fiscalité plus pesante que  de nombreux autres pays…

3,5

Volkswagen commence à traduire en chiffres concrets les effets du scandale qui la frappe depuis le mois de septembre. Le constructeur allemand affiche ainsi sa première perte depuis des années causée par les 6,7 milliards d’euros qu’il a déjà provisionné dans ses comptes en prévision des sommes qu’il aura à payer dans l’affaire du logiciel espion. Cette provision entraîne une perte opérationnelle de 3,5 milliards d’euros et un résultat net à -1,7 milliards pour le troisième trimestre. Néanmoins, l’importance des sommes en jeu et leur effet encore limité sur le résultat démontre la bonne résistance du constructeur. Le quotidien suisse Le Matin rapporte que Volkswagen envisagerait de mettre en place une prime d’échange afin de permettre à ses clients de remplacer leur véhicule équipé du logiciel espion qui est la cause du scandale. Ce dispositif pourrait permettre au constructeur allemand de recréer un lien de confiance avec sa clientèle. Les ventes ont eu tendance à augmenter en Allemagne depuis l’annonce de l’affaire mais elles enregistraient un recul prononcé en Grande Bretagne, des informations que le groupe refuse de confirmer.

0

Lors d’une audition par la commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale, Delphine Ernotte, présidente de France Télévision, en a dit d’avantage sur son projet de chaîne d’information qu’elle souhaite réserver dans un premier temps aux réseaux numérique. Elle a précisé que ce projet reposait sur un large partenariat qui regrouperait, Arte, l’INA et France 24, en plus de Radio France. S’agissant du budget, Delphine Ernotte a curieusement botté en touche en précisant qu’il ne s’agissait pas du « sujet central ». Dans une interview au Figaro Économie, interrogée sur son projet de « Netflix à la française » qui réunirait des oeuvres françaises accessibles facilement par le biais d’une plateforme numérique, là encore la présidente du groupe public reste évasive et n’est en mesure de poser aucun chiffres contentant d’annoncer « je suis persuadée que cette plateforme deviendra un élément central du financement de la télévision ».

80

Emmanuel Macron s’est engagé à ce que 80% des décrets relatifs à sa loi soit publié d’ici la fin de l’année. Le ministre de l’Économie qu’il en va de la crédibilité de la majorité et il sait que les 300 articles de cette loi fleuve suscitent encore de nombreuses résistances tant internes au gouvernement, qu’au sein de sa majorité et, bien entendu, dans les différentes professions directement impacts par les réformes qu’elle prévoit. Alors, le jeune ministre veut accélérer au maximum le processus, car le risque est grand que le texte se trouve enlisé. 85 décrets sont nécessaires pour qu’elle soit pleinement applicable, or seulement 6 ont été jusqu’à présent publiés. La réforme des professions réglementées ne devrait être effective que d’ici la fin du premier trimestre 2016, la mobilité bancaire, la facturation électronique ou la couverture en 3G des campagnes françaises attendront 2017…

2,5

Le marché du funéraire représente en France 2,5 milliards d’euros. Composé entreprises, dont 3500 PME, il est en pleine reconfiguration tant en ce qui concerne la nature des acteurs que leurs offres. Des start up apparaissent avec de nouvelles propositions, comme des comparateurs de prix ou des services en ligne, les assureurs se lancent avec des contrats obsèques. Néanmoins, les offres numériques ne sont pas encore très utilisées par le public dans ce domaine si particulier et c’est essentiellement le phénomène de concentration en cours autour de quelques acteurs clés, dont des fonds, qui va profondément remodeler le secteur dans les prochains mois. Quant aux start up, les nouvelles pratiques qu’elles proposent nécessiteront probablement des adaptations législatives.

28

Ce sera peut-être le sondage clé des élections régionales de décembre. Le Front National (FN) est donné à 28% et s’installerait comme le premier parti de France, selon le sondage TNS Sofres-Onepoint pour Le Figaro, RTL et LCI, juste devant Les Républicains (LR) annoncés à 27% des intentions de vote au premier tour et le PS, à 21%. Le FN bénéficierait donc d’une dynamique qui lui permettrait de conforter sa place et de confirmer une installation durable du tripartisme en France, ce qui pourrait changer encore la donne pour le scrutin à venir et pour les suivants. Il s’agit néanmoins d’un sondage national, dont la marge d’erreur est à prendre en considération. Ces élections régionales seront donc très observées. D’une part, le FN devrait être en mesure de se maintenir au second tour dans de nombreuses régions. D’autre part, la question du front républicain devrait s’imposer au PS mais également à LR. Enfin, la vague bleue initialement prévue au profit de LR ne devrait pas être aussi large qu’attendue. Un risque donc pour LR et son président, Nicolas Sarkozy, de se voir voler la vedette au soir du second tour par une Marine Le Pen doublement victorieuse dans le Nord-Pas-Calais-Picardie et sur un plan national. Une situation problématique pour le lancement de la primaire de la droite dès le début de l’année 2016…

375

Le projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement (AVS) vient d’être voté au Sénat et attend désormais son passage en commission mixte paritaire. Il prévoit une revalorisation de 375 millions d’euros de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour près de 700.000 personnes âgées. Les entreprises d’aide et de maintien à domicile des personnes âgées se sont réunies au sein du collectif « #PrivéDeGrandir » et continuent de dénoncer le manque de concertation du gouvernement sur ce projet dont elles estiment que certaines mesures menacent leur activité. En effet, la loi devrait entrer en vigueur dès le 1er janvier et les 3200 entreprises concernées ne seront pas en situation d’appliquer le nouveau cahier des charges qui leur sera imposé en remplacement de celui de 71 obligations actuellement en vigueur. Le collectif demande donc une période d’expérimentation de trois ans sur une dizaine de départements tests et le lancement d’une étude d’impact avant de généraliser les nouvelles mesures. Il est très inquiet sur le régime des autorisations qui reposera avec la nouvelle loi entièrement sur les Départements. Or, certains d’entre eux favoriseraient les associations au détriment des entreprises, d’où la crainte du collectif qui demande que les services de l’État soit systématiquement associés aux autorisations dont dépendent les entreprises qui le composent.

75

Le nouveau plan stratégique de Radio France prévoit le non-remplacement d’un départ sur deux, soit une réduction de 75 postes par an. Mathieu Gallet a donc ravi sa copie après la grève historique qui a paralysé la Maison Ronde au printemps dernier, on est loin des mesures radicales qu’il prévoyait alors dont un plan de départs volontaires portant sur 350 postes. La masse salariale devra se stabiliser autour de 399 millions d’euros par an, les recettes propres de Radio France devraient également augmenter de l’ordre de 6 à 7 millions d’euros en 2019. La perte de 20 millions de 2015 sera ramenée à 6,4 millions d’euros en 2017 avec un retour à l’équilibre prévu pour 2018.