Une semaine agitée…

Entre le choc fiscal, le chômage qui est loin de se calmer, la sanction américaine vis à vis du Crédit Agricole, les inquiétudes de NextradioTV, la fronde des chauffeurs d’Uber, la semaine apparait bien agitée, heureusement BpiFrance et une jeune start-up nous apportent un peu de « business-baume »

9,6

L’Unedic le confirme : il ne faudra pas s’attendre à une baisse du chômage en 2015 mais seulement en 2016 avec un recul attendu de l’ordre de 0,4%, le taux de chômage passerait de 10% en 2015 à 9,6% à fin 2016. On est loin des prévisions quasi-euphoriques du début d’année qui annonçaient une rentrée spectaculaire pour la reprise et la création d’emplois. Néanmoins, l’Unedic prévoit une évolution plus dynamique de la masse salariale à 1,7%, ce qui devrait limiter les effets néfastes dans ses comptes du non recul du chômage. Néanmoins, la dette de l’Unedic atteindra 25,7 milliards d’euros à la fin de l’année et devrait encore augmenter de près de quatre milliards à fin 2016.

17,5

Le groupe NextradioTV auditionné par le CSA dans le cadre de l’étude du passage sur la TNT gratuite de LCI a estimé qu’une baisse de 0,5 point d’audience pour sa chaîne d’information BFM TV représenterait jusqu’à 17,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en moins et entrainerait donc des conséquences pour le groupe d’Alain Weill. Celui-ci envisagerait alors de réduire ses effectifs d’une centaine de personnes, soit un quart de ses équipes. Nextradio TV connait un automne compliqué avec la perte de Numéro 23 et ce retour d’actualité pour LCI en gratuit mais son parcours boursier reste toujours si dynamique, preuve que le marché ne semble pas très inquiet pour son avenir. Il est vrai que son rapprochement avec le géant Numéricâble-SFR le fait entrer dans la cour des poids lourds.

100

Le projet de loi de finances pour 2016 prévoit 100 millions de taxes supplémentaires pour les opérateurs de télécoms qui sont donc très en colère et dénoncent le manque de cohérence gouvernemental. Le gouvernement leur demande en effet d’amplifier leurs investissements en infrastructures et, concomitamment, augmente significativement les taxes qui pèsent sur leur activité. Le principal bénéficiaire sera le service public de télévision puisque le passage de 0,9 à 1,3 de la taxe Copé sur le chiffre d’affaires des opérateurs devrait permettre à France Télévisions de renouer plus rapidement avec l’équilibre tout en pesant moins sur le finances de l’État.

694

On est loin de la sanction record infligée à BNP Paribas en 2014 d’un montant de 6,5 milliards d’euros, puisque le Crédit Agricole écope d’une sanction financière de 694 millions d’euros. Les deux banques étaient accusées par les autorités fédérales américaines d’avoir violé l’embargo imposé vers les pays soupçonnés de terrorisme ou de génocide. Cette sanction est le résultat d’un accord négocié avec les autorités américaines qui accusaient la banque d’avoir participé à des transactions vers la Birmanie, l’Iran, le Soudan ou Cuba pour un montant total de 32 milliards entre 2003 et 2008, le problème est que ces mouvements s’effectuaient en dollars et tombent donc sous le coup de la justice américaine. Le Crédit Agricole devrait également être soumis pendant une période de trois ans à des contrôles plus contraignants et à une surveillance particulière, ce qui ne devrait pas l’empêcher de conserver une activité normale aux Etats Unis.

200

BPI France accélère dans le domaine du conseil et de l’accompagnement stratégique pour les patrons de PME. Ainsi, 200 entreprises bénéficient en 2015 de son dispositif Initiative Conseil qui permet aux dirigeants de bénéficier d’un accompagnement stratégique co-financé à hauteur de 50% par la banque. Dans le cas ou l’audit réalisé préconiserait d’engager une croissance externe, alors BPI France propose une palette de services pour accompagner le dirigeant d’entreprise dans sa démarche, dont un accompagnement spécifique auprès des banques régionales.

10

La start-up Lunettes pour tous dépoussière et bouscule le marché de l’optique. Elle propose des lunettes à verres simples à partir de 10 € et à verres progressifs dès 30 €. Créée en avril 2014, avec le soutien de Xavier Niel, elle représente déjà 1% du marché français de la lunette. Il faut dire que, malgré la loi Hamon, les tarifs dans les magasins d’optique traditionnels restent élevés, il faut en effet compter en moyenne 384 € pour des verres simples et 589 euros pour des verres progressifs.

58

À défaut de choc de simplification, les ménages français ont subit un véritable choc fiscal puisque le montant global des impôts s’est alourdit de 58 milliards d’euros en 6 ans, selon l’institut Ceo-Rexecode. Son étude a de quoi refroidir les espoirs des plus optimistes et ramène tout le monde à la réalité et peut-être les politiques à la raison : entre 2011 et 2013 l’alourdissement de la fiscalité a été de 74,4 milliards d’euros supporté à 44% par les entreprises et à 56% par les ménages. En 2016, la note globale devrait être ramenée à 67,6 milliards après le léger changement de cap engagé par le gouvernement. Les mesures en faveur des entreprises permettront de ramener le surpoids de la fiscalité qu’elle ont à supporter à 9,6 milliards en 2016, quand les ménages continueront de supporter une surcharge fiscale de 58 milliards d’euros à fin 2016 !

7

Les chauffeurs de Uber contre-attaquent et créent leur propre application. L’annonce d’une baisse de ses tarifs de 20% a mis en colère les chauffeurs indépendants qui utilisent Uber pour trouver de la clientèle, cette décision les met en situation de risque par rapport aux charges qui pèsent sur leur activité face à un chiffre d’affaires qui devrait baisser. Ce qui n’est pas l’analyse d’Uber qui considère que cette baisse de tarif n’aura pour seule conséquence que d’augmenter le nombre de courses tout en diminuant les périodes pendant lesquelles les véhicules sont à vide. Selon France Info, 300 chauffeurs auraient lancé un test avec une application concurrente à celle d’Uber « Vtc Cab » qu’ils financeraient eux-mêmes. Leur objectif est d’adopter un fonctionnement avec un prélèvement de commission ramené à 7% contre 20% avec Uber. Si cette annonce apparait crédible, le succès de Vtc Cab est loin d’être acquis, les applications sont déjà nombreuses sur le marché et il semble plus facile de se différencier par des services en direction de la clientèle plutôt qu’à partir d’une différence de commission. D’ailleurs, la grogne des chauffeurs devrait profiter aux autres applications qui devraient accueillir de plus en plus de chauffeurs, mais cela ne fait pas forcément partie de leur stratégie commerciale, puisque certaines ont fait le choix de la qualité du service et de prestations plus haut de gamme à l’image de Drive.

10

Les salariés du privé qui cotisent à l’Agirc-Arrco devront travailler un an de plus à partir de 2019 pour toucher une pension complète. Dans le cas contraire ils se verront appliquer un malus temporaire de 10% par an pendant trois ans sur leur pension complémentaire. Cet accord de principe signé entre les partenaires sociaux prévoit également un système de bonus pour les salariés du privé qui travailleront deux ans, trois ans ou quatre ans de plus, ils vont bénéficier d’une surcôte de 10%, 20% ou 30%.

5,8

C’est en milliards d’euros le montant global que pourraient atteindre les fonds levés à la bourse de Paris en 2015, selon Les Échos. Au cours du premier semestre, 3,2 milliards d’euros ont déjà été levés par les entreprises qui se sont introduites en Bourse. Oberthur Technologies (cartes à puces) et showroomprivé.com ont officiellement lancé leur processus d’IPO ces deniers jours. Néanmoins, la situation n’est pas au beau fixe puisque le troisième trimestre a été catastrophique à cause de la crise chinoise. Les différents événements géopolitiques n’incitent pas à envisager sereinement des introductions en ce moment, car les marchés sont devenus volatiles. La Bourse de Paris espère donc réitérer de justesse les 5,9 milliards d’euros levés au cours de l’année 2014, mais rien n’est moins sûr. Ce résultat lui permettrait de monter sur le podium des meilleures Bourses en Europe, dans le cas contraire…