Si inefficace lobbying à la papa  

Le projet de loi travail se transforme en bérézina pour le gouvernement et, il faut bien le reconnaître, ceux qui devraient soutenir cette réforme ne sont pas très audibles dans le brouhaha numérique qui devrait s’étendre à la rue dans les prochains jours.

Le projet El Khomri va dans la bonne voie. Il pose des évolutions dans le droit du travail qui devraient notamment permettre une meilleure sécurisation de l’emploi pour les entreprises et plus de contrats à durée indéterminée pour les salariés. À l’arrivée, chacun devait être gagnant. Sauf que le projet de loi a été quelque peu bâclé et soumis à l’opinion publique sans avoir été au préalable négocié avec les syndicats, au moins les réformistes. En outre, une communication va-t-en-guerre a placé ce projet de loi en situation de devenir le catalyseur facile des colères et rancoeurs des soutiens naturels d’un gouvernement qui ne cesse de décevoir.

Rapidement les représentants des chefs d’entreprise ont fait connaître leur soutien à la démarche réformiste inscrite dans le projet El Khomri. Cette posture a néanmoins été grandement limitée par l’inefficacité du lobbying à la papa que les syndicats patronaux continuent inlassablement d’utiliser.

Les négociations au sein des ministères et les rencontres au plus haut niveau de l’Etat sont indispensables. Les marathon dans les journaux télévisés des chaines d’information et les communiqués de presse sont incontournables. Il n’en reste pas moins que les outils numériques ne peuvent être à ce point ignorés, les méthodes traditionnelles de lobbying ne fonctionnent plus. Or, les organisations patronales poursuivent, dans leur grande majorité, un lobbying industriel non seulement inefficace mais également coûteux en image.

Cette semaine certains tweets moqueurs de parlementaires « frondeurs » qui recevaient des courriers-type de la part d’une organisation patronale pouvaient prêter à sourire. Ils sont hélas le reflet de méthodes de lobbying expéditives qui considèrent les parlementaires comme aux ordres du gouvernement quand, au contraire, la géographie parlementaire s’est métamorphosée…

Quant au spectacle d’une pétition de dénonciation idéologique du projet de loi, suscitée par une initiative individuelle, qui va dépasser le million de signataires face au flop retentissant de la contre-pétition lancée dans un total amateurisme des réformistes, il est désespérant.

Ce projet de loi traduit une situation bien réelle : le militantisme patronal doit se réformer. Il est certes complexe de défendre le monde de l’entreprise dans notre pays, mais rester engoncé dans un lobbying à la papa n’aide pas à donner une image plus favorable de l’entreprise. Le résultat est d’ores et déjà terrible : selon Elabe pour Les Echos, 80% des Français ne seraient pas satisfaits du texte actuel. Autant dire que ce projet de loi est en état de mort citoyenne.

Mathieu Quétel, président de Sountsou