Quand l’usine à gaz fiscale ruine une belle opération politique

C’est l’histoire d’un cadeau fiscal impossible à vendre sur le plan politique. 

Fin 2014, le gouvernement décide de supprimer la première tranche de l’impôt sur le revenu. Une mesure qui devrait toucher directement 9 millions de foyers, dont 6 millions vont bénéficier d’une diminution de leur impôt et 3 millions carrément sortir de l’impôt sur le revenu !

Du pain béni en terme de communication pour un gouvernement en difficulté et qui va entrer dans une période décisive avant la présidentielle de 2017. Sauf que les foyers concernés par ces bonnes nouvelles fiscales ne sont pas forcément informés de ce cadeau gouvernemental. Et ce n’est pas tout, ou pas le pire… En vérité, le gouvernement craint qu’une communication massive et trop précise en direction des heureux bénéficiaires de la mesure ne se retourne contre lui.

En cause, la complexité de notre système fiscal et le risque d’erreurs que pourraient générer de mauvais calculs établis par l’Administration, notamment pour certaines situations complexes… Bref, le gouvernement est victime de notre usine à gaz fiscale qui va l’empêcher de communiquer comme il devrait sur le bonus fiscal mis en place pour redonner un peu de pouvoir d’achats aux Français…

Michel Sapin, le Ministre des Finances, a annoncé, un brin gêné, sur Europe 1 le nouveau plan de communication envisagé par le gouvernement : « À la rentrée, 9 millions de foyers vont recevoir un petit mot disant : « Vous avez bénéficié des baisses d’impôts, vous pouvez calculer d’ailleurs le montant exact de votre baisse d’impôts ».»

L’avis incitera en fait le contribuable à se rendre sur le site internet des impôts afin de calculer ce qu’il aurait du régler au fisc sans le bonus fiscal dont il a bénéficié.

Imaginer une communication plus complexe pour expliquer à 9 millions de foyers que le gouvernement leur fait un cadeau, aurait sans doute été très… compliqué.