PS : la rentrée de tous les dangers

La conférence de presse du président de la République le 7 septembre marquait sa véritable rentrée, alors que celle du Parti socialiste démarrait la semaine précédente à l’université d’été de La Rochelle, littéralement plombée par les déclarations, la veille, du ministre de l’Économie devant les patrons du MEDEF.

À moins de quatre mois d’élections régionales qui s’annoncent calamiteuses et à vingt mois d’une élection présidentielle plus qu’incertaine, le PS n’apparait pas en grande forme et le président de la République n’a pas vraiment réussi sa rentrée.

L’affaiblissement des écologistes, en pleine implosion, les frondeurs, toujours virulents, l’extrême gauche, donnée à 10% dans les derniers sondages mettent le PS en difficulté. Pour le moment, François Hollande est donné battu dès le premier tour de l’élection présidentielle avec à peine 19% des voix. Des éditorialistes, à l’instar de Denis Jambar, dans Challenges, n’hésitent plus à le juger définitivement hors jeu pour 2017, à moins d’un évènement exceptionnel.

Lors de sa conférence de presse, François Hollande a pris soin de cantonner les élections régionales à des « élections locales », une posture surprenante pour celui qui a mis en place les grandes régions qui naîtront avec le rendez-vous électoral de décembre et avec elles, de nouveaux ténors de la politique qui seront incontournables. Or, il est très probable que les futurs présidents des 14 régions soient essentiellement de droite… Il est donc plus confortable pour le président de se placer au dessus de la mêlée et de faire comme si le scrutin ne le concernait pas vraiment.

Néanmoins, en janvier 2016, il entamera sa dernière année de mandat et il est vraisemblable qu’un remaniement en profondeur vienne marquer cet ultime étape du quinquennat.

Perdues pour perdues ces régionales semblent avoir été effacées de l’agenda présidentielle qui préfère sans doute se concentrer sur la dernière ligne droite avant 2017. Il a travaillé en coulisses pour que Jean-François Rugy, et Jean-Vincent Placé créent au plus vite leur parti « Écologistes ! » afin de disposer d’un interlocuteur écologiste crédible avec des ministres potentiels, point de départ d’une nouvelle majorité élargie pour la présidentielle.

Du côté de l’extrême gauche, il est peu probable qu’un terrain d’entente puisse être trouvé avec Jean-Luc Mélenchon.

Les frondeurs et la gauche du PS sont également un enjeu important si le président veut élargir sa base électorale. Des signes seront donc envoyés dans cette direction dans les prochaines semaines, mais lesquels ? La réforme du Code du travail ne concernera pas les 35 heures, ni le sacro-saint CDI, mais sera-ce suffisant pour séduire à nouveau la gauche du PS, désorientée par la Loi Macron ? Rien n’est moins sûr.

L’autre épine dans le pied du président est Alain Juppé qui ratisse sur ses terres électorales. Le président fait le pari que Nicolas Sarkozy sortira gagnant des primaires et qu’il sera un candidat beaucoup plus facile à battre car très clivant. Il n’en reste pas moins que les sondages le donnent éliminé du premier tour que ce soit face à Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy.

Un sondage hors période électorale n’a pas la même précision qu’une fois la bataille lancée. Les consultations se suivent et se ressemblent douloureusement, comme les scrutins qui sont systématiquement perdus par la majorité présidentielle, le rejet est donc profond, massif même s’il ne se traduit par des manifestations de rues.

Cette rentrée est celle de tous les dangers pour François Hollande et sa majorité, ils entament les derniers mois susceptibles d’entrainer un retournement de l’opinion, condition pour aborder la présidentielle avec un peu plus de sérénité. Ils n’ont plus droit à l’erreur, juste une obligation de résultats.