Lobbying : les 4 mesures décapantes des entrepreneurs

Les entrepreneurs sont particulièrement mobilisés en ce début d’année après l’annonce du président de la République, le 31 décembre, d’un « vaste plan contre le chômage ». Le monde de l’entreprise craint en effet un nouveau train de réformettes plus destinées à la communication qu’à la véritable efficacité de terrain. 

Les premières précisions autour du projet de François Hollande en matière de lutte contre le chômage pour 2016 ne sont pas de nature à véritablement rassurer les entreprises : quelques aides sur certaines charges assorties d’un programme de formation qui permettra surtout de sortir 500.000 chômeurs de plus des statistiques officielles.

Alors, Pierre Gattaz a décidé de passer à l’offensive et a rappelé dans la presse les propositions du Medef en ce qui concerne la lutte contre le chômage. Elle peuvent sembler radicales si on les compare aux projets du gouvernement mais pourraient bien tracer une ligne d’objectifs dans la perspective de la présidentielle de 2017.

Le patron des patrons proposent donc l’adoption « d’une loi d’urgence contre le chômage » construite autour de quatre mesures dont l’ambition serait de « changer radicalement la donne ».

La création des CDI sécurisés qui prévoient en amont les conditions de la séparation serait de nature à rassurer les chefs d’entreprise avant l’embauche. La barémisation des indemnités prud’homales vise le même objectif. La troisième mesure proposée par le Medef est encore plus audacieuse, elle prône la mise en place d’un dispositif « zéro charge » sur « les embauches de salariés dans les PME de moins 250 salariés, et sur les alternants dans toutes les entreprises ». Enfin, la quatrième mesure concernerait plus particulièrement la formation avec la création d’un contrat de professionnalisation   « simple d’accès et sans condition préalable de diplôme ».  Il serait payé au SMIC avec une partie prise en charge par l’Etat.

Ces propositions patronales étaient déjà détaillées dans « l’état d’urgence contre le chômage » présenté par le Medef le 15 décembre. Elles prennent un relief particulier avec les décisions d’ores et déjà prises par Laurent Wauquiez en Rhône-Alpes-Auvergne.