Les hôteliers gagnent contre Booking

Les réservations en ligne représentent 34% du total des réservations de nuits d’hôtels en Europe. Les hôteliers étaient soumis aux conditions, parfois draconiennes, imposées par certains sites. L’Autorité de la concurrence vient de leur rendre, partiellement, leur liberté.

Il est stratégique pour les hôteliers d’être bien représentés sur internet et d’y préserver leurs marges. L’Autorité de la concurrence a rendu une décision, mardi 21 avril, qui revoit les relations entre les hôteliers et le site booking.com qui représente près de 25% des réservations de chambres en France.

Le site ne pourra plus imposer aux hôtels qu’il propose, de lui réserver le meilleur prix et de s’interdire des offres plus intéressantes, y compris sur leur propre site. Booking a pris des engagements qui s’appliqueront en France, en Italie et en Suède dès le 1er juillet. Les hôtels pourront désormais proposer des tarifs différents selon les sites et selon les commissions qu’ils prélèvent. Les hôteliers retrouveront également leur totale liberté en ce qui concerne leurs propres canaux de commercialisation, mel, téléphone, réception etc. Leur site internet est néanmoins exclu de ce dispositif. Ils seront, en outre, libres de proposer ou non des chambres à la location sur le site de réservation, selon les périodes et leur propre niveau d’occupation.

Expedia et les autres sites devraient appliquer ces engagements dans les prochains mois, Bruno Lasserre, le président de l’Autorité de la concurrence, considère que ces mesures ont vocation à s’appliquer sur l’ensemble du territoire européen.