Les chiffres de la semaine

39

L’Observatoire de la Banque Palatine avec OpinionWay et le magazine Challenges note une montée du degré de confiance dans l’économie des dirigeants de PME et d’ETI, il gagne deux points entre février et mars pour atteindre 39%, et fait un bond de 6 points par rapport à mars 2015. 18% des PME-ETI envisagent d’embaucher contre 9% qui prévoient une réduction de leur effectif. Un bémol à ces chiffres optimistes, l’enquête a été effectuée au moment de la présentation de la loi El Khomri et avant les annonces du gouvernement sur le nouveau périmètre de celle-ci. On peut donc s’attendre à un plongeon en avril…

500.000

François Fillon est sans doute le candidat à la primaire de la droite le plus offensif et le plus radical dans ses propositions. Il envisage de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires quand Nicolas Sarkozy promet 300.000. Alors s’agit-il d’une course à la surenchère ou les propositions de l’ancien Premier Ministre sont-elles vraiment plus audacieuses ? Dans une campagne, le verdict tombe toujours au même moment, après l’élection… Il faudra donc faire le pari de voter François Fillon si on veut croire dans la « BlitzKrieg » qu’il nous promet en cas d’élection à la fonction suprême. François Fillon souhaite en effet mettre en place ses promesses de campagne très rapidement par l’utilisation d’ordonnances, de votes bloqués et décrets voire par recours au référendum. Ce sera sans doute indispensable pour instaurer les 39 heures dans la fonction publique, supprimer l’ISF, supprimer les régimes spéciaux ou encore abroger la loi santé…

8.911

C’est le montant de la prime que s’apprêtent à percevoir les salariés de Porsche. Le constructeur automobile affiche d’excellents résultats avec 225.121 véhicules vendus en 2015, un chiffre d’affaires de 21,5 milliards d’Euros et un bénéfice de 3,4 milliards. Les 15 600 salariés vont donc recevoir, quel que soit leur statut, la somme de 8911 Euros chacun. Les 911 Euros sont un hommage à la mythique Porsche 911.

199

Le ministère de la santé a instauré à la rentrée de 2015 un numerus clausus de 199 élèves dans les écoles de formation au métier d’audioprothésiste. Un chiffre que l’industriel Alain Afflelou juge nettement insuffisant au regard de ses besoins pour lancer ses boutiques à travers le territoire sur le modèle de la réussite dans l’optique de son offre Tchin-Tchin. Afflelou estime à 300 son besoin rapide d’audioprothésiste, or les compétences françaises manquent et il doit donc se tourner vers l’Espagne pour recruter les professionnels indispensables à l’ouverture de ses boutiques. Du côté du syndicat national des audioprothésistes, on estime au contraire, selon Le Monde, que la situation de Monsieur Afflelou ne reflète pas un réel manque au plan national. Le risque d’une augmentation du nombre de diplôme serait d’aboutir rapidement à une saturation de l’offre et donc à un risque de paupérisation de la profession. Il n’en reste pas moins que le réseau d’Alain Afflelou n’est pas le seul à s’organiser pour affronter l’inévitable baisse de chiffre d’affaires dans l’optique en s’attaquent aux prothèses auditives, le réseau Krys est dans la même situation que lui.

700 000

L’Union nationale pour la promotion de la location de vacances (UNPLV) revendique que la location de vacances serait le premier mode d’hébergement des touristes. L’offre est très importante en France avec 700 000 logements pour 3 millions de nuitées vendues au cours du quatrième trimestre 2015. Très adaptée aux attentes d’indépendance des touristes cette offre a également profité à plein de l’apparition des plateformes internet spécifiques qui permettent la mise en relation entre loueurs et locataires dans un environnement sécurisé et rapide. Néanmoins, l’UNPLV s’inquiète de certaines menaces qui pèsent sur ses adhérents notamment en ce qui concerne la fiscalité, la concurrence à l’égard des hôteliers par exemple dans les grandes villes, un secteur que le gouvernement envisage de sérieusement réglementer dans les prochains mois.

1,5

Assistons-nous aux prémices d’une reprise du côté de l’industrie française ? En tout cas, le Groupe des fédérations industrielles (GFI) peut se réjouir, avec une progression de 1,5% en 2015, la production industrielle retrouve des couleurs après une année 2013 qui affichait un recul de -0,3%. Les effets du CICE se font sentir ainsi que la faiblesse des taux d’intérêt qui ont donné un coup de punch à la croissance. Certes l’indice de production de l’activité manufacturière reste en retrait de 12,7% par rapport à 2000 en France et performe de + 7,6% dans la zone euro sur la même période mais la situation semble évoluer. En effet, la France apparait désormais comme le pays de la zone le plus dynamique avec, pour la première fois depuis 2001, un dépassement de l’Allemagne !

10,68

Cela peut sembler un peu surréaliste mais avec un déficit de 10,68 milliards d’euros, la situation des comptes de la Sécurité Sociale est moins pire que prévue sur l’année 2015. En fait, « l’amélioration » est même de 2,12 milliards par rapport à ce que le gouvernement envisageait en début d’année. Le gel des dépenses hospitalières, la hausse de la consommation du tabac, les améliorations du rendement de l’assurance-vie ou encore les économies de gestion des caisses de sécurité sociale ont participé de cette embellie dont il n’est pas du tout assuré qu’elle se confirme en 2016.

28

28 milliards d’euros, c’est le budget mobilisé pour réaliser le projet du Grand Paris Express qui prévoit la construction de quatre nouvelles lignes de métro et l’extension des lignes 14 et 11. Ce sont 200 kilomètres de voies et 68 nouvelles gares qui sont actuellement en cours de construction dans Paris, un chantier gigantesque. Le secteur du BTP, qui ne voit pas la sortie de la crise, se frotte bien entendu les mains et devrait créer environ 2000 postes d’ici 2020 grâce à ce méga-chantier.

76

Interrogés par OpinionWay pour l’école d’ingénieurs des Arts et Métiers ParisTech, les jeunes lycéens des sections scientifiques et technologiques sont 76% à déclarer avoir une bonne image de l’industrie. Néanmoins, ils sont à peine 25% à se voir travailler dans un secteur industriel. Le sondage relève notamment le fort pouvoir d’attraction des « entreprises technologiques » qui bénéficient d’une image bien meilleure que l’industrie au sens strict. Enfin, l’industrie reste un secteur qui attire plus les garçons que les filles, 72% des sondés estiment que ces dernières sont moins encouragées à faire ce choix en ce qui concerne leur parcours de formation.

41

L’Association nationale des sociétés par actions (Ansa) livre une étude qui montre à quel point les actionnaires subissent un choc fiscal en France. Cette étude, menée dans quatre pays européens : la France, l’Allemagne, la Grande Bretagne et l’Italie, révèle que c’est en France que le dividende net est le plus faible. Un contribuable situé dans la tranche d’impôt sur le revenu de 30% ne percevra que 41% du résultat de l’entreprise en France, contre 53% en Grande Bretagne, 51% en Allemagne et 45% en Italie. Pour un contribuable situé dans la tranche à 45% et soumis à l’ISF, l’impôt dépasse même 100% du revenu… L’Ansa relève que cette situation est préjudiciable à l’investissement dans les sociétés, les particuliers désertent la bourse, la part du patrimoine financier des ménages est passée de 8,8% en 2002 à 4,2% en 2014. La fiscalité qui pèse sur les entreprises est également un frein puisqu’elle représente 38% du résultat brut contre 21 à 30 chez nos voisins européens.