Les chiffres de la semaine

3

Bruxelles a rendu son verdict : il y a moins de pays dans la zone euro qui présentent des déséquilibres macroéconomiques. Une bonne nouvelle sauf pour trois mauvais élèves, la France, l’Italie et le Portugal. La France s’expose désormais à une procédure d’infraction pour déséquilibre économique « excessif ». Cette situation est ennuyeuse puisqu’elle fait suite aux nouvelles procédures de surveillance mises en place après la crise économique et financière de 2008, elle vise à surveiller les grands indicateurs internes et externes des pays de la zone euro afin d’éviter que les mauvaises pratiques ne se répercutent sur les autres partenaires au sein de l’Europe. Ainsi, la France, l’un des principal défenseur de l’Europe ne respecte pas les mesures qu’elle a elle-même défendues… L’amende à laquelle nous nous exposons peut-être très élevée puisqu’elle peut atteindre 0,1% du PIB. La Commission européenne reproche à la France son niveau de déficit public qui continue d’augmenter et sa compétitivité et sa productivité qui « ne se redressent pas vraiment ». Italie, Portugal et France font donc l’objet d’un monitoring renforcé avant qu’il soit envisagé d’engager une procédure de sanction.

300.000

Dans une interview au journal Le Monde, Nicolas Sarkozy annonce qu’il supprimera 300.000 postes dans la fonction publique pendant le prochain quinquennat. Il estime que cette mesure génèrera une économie de 7 milliards d’euros sur la période. Afin d’obliger les collectivités locales à restreindre le nombre de leurs employés, il inscrira cette obligation dans la Constitution. Il annonce également la fin des régimes spéciaux et un alignement des conditions de calcul de la retraite du public sur le privé. Enfin, il souhaite que les fonctionnaires travaillent 37 heures payées 37.

54

Une étude menée par le syndicat des travailleurs free-lance américains et financées par le site Upwork crée la surprise. En effet, selon Les Échos, les travailleurs free-lance seraient 54 millions aux Etats-Unis et ne cesseraient de progresser, ainsi en 2015 leur nombre aurait augmenté de 700.000 personnes. Cette tendance concerne quasiment tous les corps de métiers et elle n’est pas seulement due aux conditions économiques. En effet, un grand nombre de ces travailleurs indépendants font le choix de ce statut pourtant risqué, d’autres y sont contraints car leur salaire ne leur permet pas de vivre décemment alors ils adoptent le statut d’indépendant en plus de leur travail de salarié, un tiers des américains seraient concernés par le travail free-lance occasionnel.

1,5

Le lauréat du Tour de France Digitale 2016 se verra offrir un chèque de 1,5 million d’euros, dont 500.000 euros sous la forme d’un prêt consenti par BPI France. Dès le mois d’avril, l’association France Digitale commencera son tour de France afin de repérer les start-up qui pourront participer à la finale à Paris le 30 juin. Les start-up qui réalisent moins de 250.000 euros de chiffre d’affaires et avec une ambition internationale sont concernées par ce concours. Seuls 60 candidats seront retenus pour la finale et le pour passer devant le jury.

0,3

Ce qui devait arriver… La Banque de France vient de revoir ses prévisions de croissance pour la France à la baisse en les passant de 0,4 à 0,3%. La banque centrale française ne fait que s’aligner sur les prévisions des principales institutions internationales qui ne cessent depuis des semaines de mettre la France en garde sur ses prévisions jugées trop optimistes. Sur l’année, le FMI et la Commission estime que la croissance française pourrait atteindre 1,3%, l’OCDE est plus pessimiste puisqu’elle annonce un petit 1,2%. Seul le gouvernement continue de soutenir mordicus qu’il tiendra le 1,5% de croissance sur 2016, un chiffre politique puisqu’il s’agit du seuil à partir duquel on peut raisonnablement espérer créer de l’emploi…

1000

Le logiciel Supervizor est un outil au service des entreprises afin de traquer les erreurs de comptabilité avant de transmettre celle-ci au fisc. TPE, PME ou grands groupes peuvent travailler avec ce logiciel un peu magique puisqu’il permettrait de remettre au carré les comptes des entreprises et d’éviter ainsi un éventuel redressement fiscal, notamment sur l’impôt sur les sociétés. Abordable dès 1000 € pour les TPE, son utilisation peut générer un coût élevé puisqu’il peut atteindre 500.000 € pour certaines grandes entreprises. D’après un article du Parisien, les agents du fisc ne verrait pas d’un bon oeil l’utilisation de Supervizor, ils estiment en effet qu’il pourrait servir pour masquer certaines anomalies. Le logiciel est surtout un redoutable traqueur d’erreurs suite à une mauvaise application d’un droit fiscal et comptable français particulièrement complexe.

4

À l’occasion de ces quatre ans en France, la plateforme de VTC Uber a fait réaliser une étude par des chercheurs de l’École d’économie et de HEC sur ses chauffeurs. Celle-ci révèle que les chauffeurs qui utilisent Uber gagnent en moyenne 19,90 € de l’heure après déduction des commissions versées à Uber. Les revenus nets mensuels sont estimés à 3600 € auxquels il faut retenir environ 40 à 50% de charges de fonctionnement diverses comme les frais d’essence ou de location du véhicule. 30% des chauffeurs ont moins de trente ans, 25% étaient au chômage avant de se lancer dans l’activité de VTC et la moitié d’entre eux travaillent plus de 30 heures par semaine. Le patron de Uber France a estimé que le marché français pourrait atteindre prochainement le milliard d’euros de chiffre d’affaires. Uber ferait travailler en France plus de 10.000 chauffeurs.

27,5

Les régions ont dépensé 27,5 milliards d’euros en 2015 selon une étude de la Banque Postale. En trente ans, leurs dépenses ont été multipliées par huit, essentiellement en raison de transferts de compétences, comme les lycées ou les trains express régionaux. La Banque Postale souligne la situation saine des finances des régions, exceptées cinq d’entre elles qui sont essentiellement hors de la métropole.

120

Valérie Pécresse s’attaque aux frais de fonctionnement de la région Île de France qu’elle préside. La présidente indique vouloir réduire de 5% le budget de fonctionnement régional en ne remplaçant pas les départs à la retraite du siège, en revoyant le périmètre des véhicules de fonction ou encore en limitant les mètres carrés utilisés par les fonctionnaires en attendant le déménagement prochain du Conseil régional. Elle ambitionne de générer ainsi 120 millions d’euros d’économies de fonctionnement et s’attaque également aux subventions versées aux associations, gare à celles qui ne renvoient pas de rapport d’activité, elles se verront privées de subvention régionale. Le transport, l’emploi et la sécurité seront sensiblement renforcés.

91

Ce que révèle le baromètre sur les perspectives de recrutement des entreprises, réalisé par ManpowerGroup, n’est pas de nature à rassurer sur le moral des patrons et sur la capacité de la France à voir son taux de chômage baisser sérieusement. Selon le baromètre, 91% des patrons français n’envisageraient ni de recruter ni de licencier au cours du second semestre 2016. On pourrait se contenter du verre à moitié plein en se satisfaisant des faibles perspectives de nouvelles suppressions d’emplois, mais on peut regretter le manque de créations. En outre, 3% des employeurs envisagent de recruter quand ils sont 4% à prévoir de licencier, on voit donc que le solde d’emplois apparait négatif… La reprise française devient de plus en plus conceptuelle et de moins en moins réelle.

16

Le rapport de l’Observatoire des délais de paiement est sans appel : les retards de paiement coûtent 16 milliards d’euros au PME ! Un chiffre astronomique qui montre le danger que font peser les retards de paiement sur le tissus des PME françaises qui assurent les compléments de trésorerie de grandes entreprises peu scrupuleuses. Si la loi sur les délais de paiement était respectée, ce sont donc 16 milliards d’euros qui seraient transférés vers les PME, 4 milliards vers les ETI, quant aux grands groupes et la sphère publique se verraient privées de 8 milliards d’euros… La loi Sapin 2 prévoira au printemps de nouvelles sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas les délais de paiement légaux, néanmoins le rapport de force reste très défavorable aux PME.