Les chiffres-clés de la semaine

7

En trois ans la chaîne de Disney, ESPN, a perdu 7 millions d’abonnés aux États-Unis. Au début de l’année elle comptait, certes, toujours 91 millions d’aficionados mais son audience est directement impactée par la fuite de ses abonnés payants vers de nouvelles offres. Cette situation a suffit à plomber le cours de Disney, une sanction infligée par les investisseurs malgré le bénéfice record de la firme de 3 milliards de dollars. Ce résultat est pour les analystes le reflet du passé, ils sanctionnent donc les difficultés à venir annoncées par les difficultés de ESPN. Ils ont en tête la situation du groupe Viacom, déserté par ses abonnés, dont le chiffre d’affaires et le cours de Bourse plongent. Netflix fait de gros dégâts aux États-Unis chez les chaînes du câble qui ne parviennent pas à retenir leurs abonnés séduits par des prix plus abordables et une liberté totale de consommation. L’heure est donc à la mutation des offres chez les chaînes historiques.

32

Le président américain, Barack Obama avait annoncé en août la mise en place du plan américain pour une énergie propre qui prévoit la réduction de 32% d’ici à 2030 des émissions de gaz à effet de serre liés à la production d’électricité. Cette décision était prise dans le cadre des travaux préparatoires à la COP 21 de décembre 2015 à Paris. La Cour suprême américaine vient de stopper net l’application de ce plan en attente des résultats des procédures lancées par vingt sept États et des industriels. Les opposants au plan lui reprochent d’outrepasser les pouvoirs fédéraux et d’imposer des décisions qui relèvent des seuls États. Il s’agit d’un coup dur pour le président Obama mais surtout d’un joli coup politique des républicains qui s’inscrit dans le cadre de la campagne pour la présidentielle de novembre prochain.

5

Le taux de chômage inférieur à 5% aux États-Unis cacherait-il une économie fragilisée ? Une audition au Congrès de Janet Yellen relance les doutes sur la situation économique des États-Unis et leur capacité à tenir un rythme de croissance soutenu dans les prochains mois. La présidente de la Fed a déclaré que le ralentissement de la croissance chinoise aurait des effets sur la croissance américaine. De plus en plus d’analystes estiment que la croissance américaine devrait stagner voire baisser dans les prochains mois. Les résultats de la croissance au quatrième trimestre les conforte dans leurs prévisions.

100

Selon la société d’analyse App Annie, le marché des applications mobiles pourrait doubler d’ici 2020 pour atteindre 100 milliards de dollars. Une prévision qui confirme la montée en puissance du mobile qui ne cesse de progresser dans les habitudes de consommation des utilisateurs depuis plusieurs années. Ce sont bien ses nouveaux modes de consommation qui devraient profiter aux applications mobiles, celles-ci devraient être de plus en plus utilisées comme supports dans différents domaines : la voiture, la consommation en ligne, les objets connectés, la TV connectée etc. Un signe qui ne trompe pas : la publicité sur mobile explose littéralement depuis trois ans. Dans les prévisions de App Annie, la surprise vient de la place de Google Play et Android qui devraient dépasser Apple en parts de marché d’ici 2020.

6,8

La Cour des comptes prône une hausse des prix du tabac. Elle considère dans son rapport annuel que les résultats de la lutte contre la consommation du tabac ne sont pas bons. En effet, si la proportion de fumeurs tend à légèrement diminuer, les ventes de tabac continuent de progresser avec +0,6% pour les cigarettes et +6,8% pour le tabac à rouler sur les neufs premiers mois de l’année 2015. Les magistrats de la rue Cambon jugent ainsi sévèrement le moratoire sur les prix du tabac en 2015 et 2016.

458

La Cour des comptes est sévère sur la gestion des théâtres nationaux trop dépendants des confortables subventions publiques qui leurs sont versées sans réelle contrepartie en terme de contrôle notamment. Ils se sont partagés entre 2006 et 2014, 458 millions d’euros de subvention, soit 71% de leurs ressources. Or, leur gestion est jugée trop légère et peu axée sur la recherche de résultat, les magistrats financiers estiment également que la tutelle est quasi-absente. Ils recommandent donc à l’État de faire preuve de plus d’implication.

100

Le rapport de la Cour des comptes étrille la politique des gouvernements des trente dernières années en ce qui concerne les transports en commun et singulièrement la situation des transports en Île de France. L’âge des caténaires de la ligne C du RER, bien connue des franciliens, est supérieur à 90 ans selon les experts de la rue Cambon. À force de privilégier le TGV, les gouvernements ont rendu obsolètes les autres installations. Ainsi sur le réseau Transilien, 40% des voies et 30% des aiguillages ont plus de 30 ans quand la SNCF considère qu’ils doivent être régénérés au bout de 25 ans… La Cour des comptes estime que l’état du réseau et donc du service continueront de se dégrader jusqu’en 2020 avant de retrouver le niveau d’aujourd’hui, c’est à dire un état déjà dégradé, à partir de 2025. Du coup, les magistrats de la Cour pointent la politique anti-voiture d’Anne Hidalgo qui apparait risquée quand les transports en commun semblent en incapacité de prendre le relai.

5,7

La Cour des comptes estime que l’application de la loi sur la transition énergétique qui prévoit de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité, aurait pour effet de réduire d’environ un tiers la production issue du nucléaire, ce qui représente de 17 à 20 réacteurs. Or, la Cour relève qu’aucune étude d’impact de cette loi n’a été menée jusqu’à présent. Elle chiffre la perte annuelle pour Edf à 5,7 milliards d’euros. Elle recommande donc vivement d’effectuer une évaluation précise de ces coûts dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

7

Un chiffre déjà obsolète ? L’Insee indique que 7% des industriels ont l’intention d’augmenter leurs investissements en 2016. Ils semblent reprendre confiance en l’avenir et souhaitent utiliser les dispositifs d’accompagnement mis en place par le gouvernement comme le suramortissement des investissements productifs. Néanmoins, en 2015 les investissements on reculé de 2% alors qu’ils étaient attendus en hausse de 1%. En outre, les nuages ne cessent de s’amonceler sur l’économie mondiale dans le sillage du ralentissement chinois et des doutes qui pèsent sur l’économie américaine. Il n’est donc pas acquis que ces bons chiffres sur le moral des industriels en ce début d’année se transforment en actes concrets.

65

L’institut COE-Rexecode publie une étude dans laquelle est pointée la lourdeur de la taxation des revenus du patrimoine en France. Le poids de la fiscalité représente en moyenne 65% des revenus du patrimoine contre 38% en 1995, ce qui représente une augmentation de 70% en 10 ans. Afin d’alléger ce poids, des niches ont été créées au fil des années, rendant la fiscalité encore plus illisible. COE-Rexecode propose donc de remplacer l’ISF, l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux par une « flat tax » à 30% sur les revenus du capital. Parallèlement diverses mesures seraient prises dont la suppression des niches fiscales.