Les chiffres clés de la semaine

Les chiffres clés de cette semaine sont étonnants, des députés dérapent, des pastilles sont créées, des taux repartent à la hausse, le chômage s’envole, les aides à la presse se réforment et une lettre est écrite…

6

C’est le nombre de « pastilles » proposées par Ségolène Royale afin de rendre l’air des villes de France plus respirable. Elles sont censées représenter le niveau de pollution, classé de 1 à 6, des véhicules qui vont les arborer. Le niveau 1, de couleur verte, concerne les voitures les moins polluantes, avec de faibles rejets d’oxyde d’azote et de particules fines. Il concerne les véhicules « essence » immatriculés à partir de 2011, les « diesel » sont recalés avec les vieux  « essences » de plus de 19 ans au niveau 6. Une vignette bleue est spécifique aux seuls véhicules électriques. L’application de ce dispositif est basé sur le volontariat des municipalités qui, si elles l’adoptent, pourront gérer la circulation en ville en fonction des couleurs. Par exemple, exclure les vignettes grises du centre ville pendant les pics de pollution, réserver des stationnements gratuits ou les couloirs de bus aux vignettes bleues… Les premières agglomérations visées, sont celles qui sont couvertes par un « plan de protection de l’atmosphère » (PPA), il en existe 36 en France. Paris a déjà annoncé adopter le dispositif dans le cadre de son plan antipollution, à compter de juillet 2016. Ainsi, les vignettes grises seront exclues de la capitale dès 2016, puis, jusqu’en 2020 le dispositif s’étendra aux autres catégories de vignettes. Les automobilistes ne seront obligés d’afficher leur vignette que dans les villes appliquant l’arsenal, dans le cas contraire ils s’exposeront à une amende, dont le montant reste à définir.

301

C’est le nombre de députés qui ont voté pour le projet de loi Rebsamen, mardi 2 juin, 238 ont voté contre. Un projet de loi qui a clairement dérapé à l’Assemblée Nationale, si le compte pénibilité a été allégé, de nouvelles contraintes pèseront désormais sur les PME et les TPE en matière de dialogue social. 65 nouvelles obligations ont été créées par les députés, dont 50 concernent directement les PME et les TPE. Un résultat incroyable lorsque l’on prétend procéder à un « choc de simplification » et alors que des réunions interministérielles sont organisées pour mettre en place des mesures visant à fluidifier l’emploi dans les PME. Les TPE (moins de 11 salariés) sont désormais concernées par les commissions paritaires régionales qui pourront accéder aux locaux, sous réserve de l’autorisation de l’employeur qui devra motivé son refus. En outre, ces commissions auront un rôle de médiation entre employeurs et salariés en cas de conflits individuels ou collectifs. La mise en place d’un CE et d’un CHSCT sont rendus obligatoires dès 49 salariés, contre 50 auparavant, or il existe 2,5 fois plus d’entreprises de 49 salariés que de 50… Pour les élections des délégués du personnel, le seuil de déclenchement passe de 10 à 9.

2,06

Selon Crédit Logement, les taux de crédit accordés aux acquéreurs d’un logement neuf sont passés de 2,02% en moyenne à 2,06% le mois dernier. Les taux repartent donc à la hausse après dix huit mois de baisses. LCL était le premier organisme bancaire à relever ses taux, la Société Générale vient de les relever à sont tour de 0,2%. Même si elles restent modérées ces hausses de taux devraient se généraliser dans les prochains mois. Les banques vont être attentives à ne pas casser la dynamique du marché immobilier qui semble repartir.

700

Ce sera le surcoût, en 2016, en millions d’euros des 100.000 emplois aidés supplémentaires annoncés par le gouvernement suite à la publication des derniers chiffres, catastrophiques, du chômage. Il y aura donc 545.000 créations d’emplois aidés en 2015, pour un surcoût de 400 millions d’euros dès cette année. Ce traitement social du chômage sera financé cette année par des redéploiements de crédits et pour le prochain budget par intégration dans le budget de l’emploi qui devait diminuer… Cette décision, politique, vise à créer un effet palliatif au manque de création d’emplois dans l’économie, elle apparait iconoclaste alors que les députés viennent de renforcer les lourdeurs qui pèsent sur les PME et les TPE.

1

C’est en milliard de dollars, la somme investit par Facebook au 1er trimestre 2015 pour sa R&D, un budget en hausse de 133% sur un an. Et c’est la France que le géant américain a choisit pour y implanter un nouveau centre de recherches dédié à l’intelligence artificielle. Ce centre devrait employer près de 30 personnes d’ici deux ans qui seront rattachés au projet FAIR, pour « Facebook artificial intelligence research », créé il y a un an par le réseau social et qui a pour objectif de travailler sur la reconnaissance vocale, le tri des images ou encore l’apprentissage des machines. FAIR est dirigé par un français.

820

C’est en millions d’euros, le montant des aides à la presse par l’État. La ministre de la culture et de la communication a annoncé une refonte du système qui prévoit notamment d’exclure les magazines de loisirs et de divertissement de l’aide postale et d’accompagner les nouvelles entreprises de presse avec des mesures spécifiques pendant leurs trois premières années. Les aides directes seront étendues aux magazines hebdomadaires, mensuels et trimestriels alors que jusqu’à présent le dispositif ne concernait que les quotidiens. Un budget supplémentaire de 5 millions d’euros permettra de financer cette extension du périmètre de l’aide directe. Le maintien de la TVA réduite à 2,1% est d’ores et déjà acté. Fleur Pellerin souhaiterait également augmenter le budget du fonds stratégique d’innovation afin de lui permettre d’accompagner les nouveaux projets ainsi que des start-up dans le monde des média, elle envisage également la création d’un incubateur spécifique. La sortie des magazines de loisirs de l’aide postale permettrait de dégager jusqu’à 50 millions d’euros, une économie qui pourrait être redistribuée vers le fonds stratégique mais Bercy envisage certainement de conserver l’essentiel de cette manne.

5

Après le bricolage, l’ameublement, la jardinerie et les biens culturels, les distributeurs d’appareils électroménagers souhaitent être le cinquième secteur à bénéficier d’une dérogation pour l’ouverture le dimanche. En tête de cette revendication, Boulanger et Darty sont décidés à obtenir gain de cause, ils s’estiment en effet moins bien traités que But, Conforama ou Ikea et la Fnac qui sont classés dans l’ameublement mais vendent des appareils électroménagers… Ils arguent que les magasins qui peuvent ouvrir le dimanche, réalisent 18% de leur chiffre d’affaires ce jour là. Ce sont les sénateurs dans le cadre de la Loi Macron qui ont accordé une dérogation sectorielle aux magasins de biens culturels, ouvrant ainsi la voie à d’autres demandes du même type tout autant légitimes. Il reste que dans le parcours législatif de la loi Macron, le passage à l’Assemblée Nationale risque d’être houleux et de voir retoqués un certain nombre d’ajustements obtenus au Sénat.

26 200

Les derniers chiffres du chômage sont catastrophiques et la reprise semble encore bien loin. Ce sont 26 200 chômeurs supplémentaires en un an qui ont été enregistrés à fin avril. La deuxième pire progression en 12 mois. Le nombre de chômeurs en catégorie A atteint désormais 3,536 millions en métropole, soit 641 200 de plus en trois ans. Résultat, le gouvernement mise tout sur le traitement social du chômage, les différentes mesures déjà prises, notamment en faveur des jeunes paraissent bien inefficaces. Au total, si on tient compte de toutes les catégories de personnes sans emploi, le chiffre frôle les 6 millions de personnes.

17

Effet direct de la loi Macron, et de la libéralisation du marché français, Transdev lance 17 lignes d’autocars sur le territoire national. Des lignes Paris province vers Marseille, Bordeaux, Lyon ou encore Nantes, Rennes ou Strasbourg seront en place avec, jusqu’à deux rotations par jour, mais également des lignes province-province entre les principales villes avec des trajets moins fréquents. L’objectif de Transdev est d’ouvrir rapidement 90 lignes et de créer 1000 emplois à l’horizon 2017 pour un chiffre d’affaires prévisionnel de 100 millions d’euros. Si l’ambition est là, la concurrence également : IDBUS (SNCF), Flixbus (opérateur allemand), Megabus (groupe anglais) ou encore Starshipper seront également de la partie.

4

Ils se sont mis à 4 pour écrire une lettre au président des Républicains afin de lui rappeler la nécessité d’organiser dès cette année les conditions et la logistique de la primaire de novembre 2016. Bruno Le Maire, François Fillon, Alain Juppé et Xavier Bertrand expliquent dans leur courrier qu’on n’organise pas une primaire qui pourrait voir participer deux ou trois millions de personnes à la dernière minute et qu’il serait impensable de bâcler sa préparation au dernier moment. Cette lettre, qui a passablement agacé son destinataire, a été motivée par les récentes déclarations de l’entourage de Nicolas Sarkozy sur le caractère « non urgent » de la primaire qui ne serait « d’actualité qu’en 2016 ». Elle montre également la méfiance des candidats putatifs à l’égard de leur président-candidat.