Les chiffres clés de la semaine

La bourse des PME se porte bien, les banques ne cessent de déraper, le FMI donne des pistes à la France, les opticiens indépendants vont souffrir, les opérateurs de télécoms enfin d’accord, le paysage radiophonique bouge et les logements neufs s’envolent, notre sélection de chiffres clés, pour vous.

10

C’est en milliards d’euros le poids d’Alternext, le marché non réglementé réservé aux PME créé en 2005. Si on est loin des 80 à 100 introductions envisagées au moment de sa création, Alternext a néanmoins accueilli 240 PME qui ont levé 4 milliards d’euros. Il reste un bon outil au service des PME et a su rester éloigné des folies des autres places financières. Investir ce marché, organisé mais non réglementé, nécessite toutefois une attention particulière puisque les obligations qui pèsent sur les entreprises candidates sont moins nombreuses. Afin de gagner en dynamisme Alternext devrait également travailler sa notoriété à l’étranger.

0

L’accord est qualifié « d’historique », il a été signé jeudi 21 mai, à Bercy, par l’ensemble des opérateurs de télécoms qui se sont engagés à faire en sorte qu’il reste, d’ici 2020, zéro zone habitée en France où il soit impossible d’avoir accès au réseau de téléphonie mobile. Cette opération devrait coûter environ 40 millions d’euros par an qui seront répartis entre les différents opérateurs, Orange en sera le plus gros contributeur. En contrepartie, les cabines téléphoniques, financées sur le territoire par Orange, SFR, Free et Bouygues Telecoms, seront démantelées, de quoi générer plusieurs millions d’euros d’économie aux opérateurs.

1

La dernière loi de financement de la Sécurité sociale va avoir un impact redoutable sur l’économie des opticiens, ceux-ci évaluent à 1 milliard d’euros par an la perte de chiffre d’affaires que son application va entrainer. Elle prévoit en effet de plafonner le remboursement des lunettes à 150 € et une fois tous les deux ans seulement. Comme souvent en pareille situation les groupes fourbissent leurs armes de longue date et devraient être en mesure de s’adapter rapidement, en revanche la partie sera plus difficile à jouer pour les opticiens indépendants, la profession évalue la destruction d’emplois à 10 000. Des années de laissez-faire aboutissent à une casse potentielle qui pourrait être disproportionnée et profiter aux chaînes qui devraient encore opérer des concentrations. Surtout, on peut encore une fois regretter que les PME soient largement victimes de ces nouvelles mesures, un manque de prise en considération lors de la rédaction de la loi de financement ?

1970

C’est l’année de création par Jean-François Bizot de Nova Press, son groupe de médias qui accueille Radio Nova. La radio est à vendre depuis plusieurs mois et les héritiers de son fondateur viennent d’entrer en négociations exclusives avec Matthieu Pigasse, déjà propriétaire du magazine Les Inrockuptibles. Ces deux marques sont très complémentaires et l’attrait de Radio Nova, une radio pourtant assez confidentielle, mais forte d’une belle image de marque, a permis de faire monter les enchères autour d’une quinzaine de millions d’euros. Il faut préciser que Patrick Drahi, Reworld Media et surtout Vivendi se sont sérieusement intéressés au dossier. Selon Le Figaro, Vivendi envisageait de rattacher la station à son pôle Vivendi Village qui compte déjà l’Olympia et le groupe de vente de billets Digitik. Cette opération semble néanmoins rencontrer quelques difficultés à se réaliser. Une autre radio serait sur le marché, selon La Tribune, et aurait de grandes difficultés à trouver preneur, Oüi FM, mais son propriétaire, Arthur, a fermement démenti cette information.

5

C’est, en euros,  le coût d’une batterie de la technologie Lora sur laquelle Bouygues Telecom compte s’appuyer afin de déployer son réseau d’objets connectés dans plusieurs régions françaises, dès le mois de juin. L’opérateur considère que la 3G et la 4G sont trop coûteuses pour les objets connectés.

10,4

C’est en pourcentage, le bond des ventes de logements neufs au premier trimestre, selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FFPI). Une surprise, tant le secteur était sinistré depuis plusieurs mois. La reprise est-elle là ? Ce sont les investisseurs qui sont responsables de ce très bon chiffre, il ne repose donc pas sur une tendance lourde portée par les acquéreurs candidats à l’accession. En effet, l’accession à la propriété stagne toujours. Néanmoins, les investisseurs semblent séduits par le dispositif Pinel et pourraient donc, à eux seuls, soutenir la reprise. Un signe inquiétant toutefois : l’offre nouvelle de logements neufs ne progresse que de 6,5%, très insuffisant pour espérer une reprise durable. L’enjeu est donc que les promoteurs renouent avec la confiance et lancent de nouveaux projets.

2017

L’association de financement « Fillon 2017 » vient d’être créée, elle a pour objet de porter la candidature de l’ancien Premier ministre, François Fillon, d’abord aux primaires à droite puis à la présidentielle de 2017. Parallèlement, le candidat a lancé mercredi dernier un « Conseil de la société civile » afin de sortir du débat interne à l’UMP réservé aux seuls militants. Cet outil vise à rassembler des citoyens d’horizons divers, qui ne souhaitent pas s’encarter, mais tiennent à participer au débat démocratique en travaillant notamment sur les propositions du candidat.

1986

« Reviens Léon, j’ai les mêmes à la maison », la célèbre publicité de 1986 pour des pâtes, sert de support à une initiative lancée par des entrepreneurs qui souhaitent lutter contre le French Bashing.  Les patron de Blablacar, Criteo et Sigfox (entre autres) font partie de cette aventure qui est soutenue par la French Tech. Leur objectif est de convaincre les créateurs d’entreprises ou cadres à revenir en France pour profiter de tous ces avantages. L’initiative va loin, puisqu’elle prévoit un dispositif d’accompagnement complet du retour en France avec des experts fiscaux, des conseils administratifs, un soutien à la recherche de logement et… une participation de Michel et Augustin qui fourniront les candidats au retour en yaourts et autres gâteries pendant trois mois ! Pour en savoir plus,  « Reviens Leon ».

60

C’est donc avec 60% des voix que la motion A a écrasé ses rivales à l’issue du scrutin de jeudi dernier au PS. Ce rendez-vous, pourtant redouté par la motion majoritaire, se solde par un beau succès, assez inattendu. La motion B a recueilli 30% des suffrages, quant à la motion D qui devait créer la surprise, elle n’atteint pas les 10%. Ce résultat ne parvient pas à masquer la situation du PS, victime d’une forte désertion de ses adhérents.

6

Six grandes banques internationales (JP Morgan, Citigroup, Bank of America, Barclays, RBS, UBS) ont été condamnées par les autorités britanniques et américaines à une amende de 6 milliards de dollars pour s’être rendues coupables de manipulations sur le marché des changes, pourtant réputé ultra sûr. Selon Morgan Stanley, entre 2009 et 2014, les banques américaines et européennes se sont vues infliger 230 milliards de dollars d’amendes, un chiffre astronomique qui pèse sur la rentabilité des établissements mais qui ne semble pas freiner leurs tendances aux activités « légalement risquées ».

1,2

Les experts du Fonds monétaire international (FMI) confirment leur prévision de croissance de 1,2% pour la France en 2015. Le FMI pointe toutefois les risques que font peser les rigidités françaises sur la reprise et la création d’emplois. Il estime le potentiel de croissance de la France pour les cinq prochaines années à 1,25% par an et souligne que notre pays souffre d’un retard de production qui représente de 2 à 2,5% du PIB. Ils considèrent qu’il faudrait plusieurs années de croissance à 2% par an pour que la France puisse créer à nouveau des emplois. Une donnée inquiétante et qui fait planer une nouvelle incertitude sur notre potentiel de reprise. Le FMI lance des propositions pour que la France se redresse plus rapidement : plus de flexibilité sur le temps de travail, sur les salaires, faire que les allocations « incitent plus leurs bénéficiaires à rechercher un emploi », limiter le relèvement du smic au niveau de l’inflation, et limiter « les obstacles qui dissuadent les petites entreprises de dépasser certains seuils d’effectifs ». Sur le plan monétaire, le FMI souhaite voir la rémunération du Livret A revue encore à la baisse, quant aux dépenses de l’État tout doit être fait pour réduire la dépense publique à tous les niveaux…