Le Refuge a besoin du soutien des entreprises

Nicolas Noguier, président de l’association Le Refuge, répond à nos questions sur l’action de son association et sur le Fonds de Dotation contre l’homophobie et la transphobie (FDCHT) qu’il vient de créer afin d’associer les entreprises à son action.

Newsroom Sountsou : Quelle est concrètement l’action du Refuge ?

Nicolas Noguier : L’association est gestionnaire, sur tout le territoire, de 15 dispositifs d’écoute, d’hébergement temporaire et d’accompagnement psychologique et social à destination d’adolescents et jeunes majeurs confrontés à des situation d’homophobie ou de transphobie de la part de leur entourage, notamment de la cellule familiale. En 2014, l’association a  accompagné 1 039 jeunes dont 237 qui ont bénéficié d’un hébergement. L’association dispose d’une ligne d’écoute nationale accessible 24h/24. Plus de 5 000 jeunes ont composé le numéro du Refuge en 2014 et 50 000 textos ont été échangés. Le Refuge sensibilise également le personnel social, éducatif et médical au contact des jeunes. Les interventions en milieu scolaire se sont multipliées depuis l’obtention de l’agrément national délivré par le Ministère de l’Éducation Nationale. Enfin, plusieurs bénévoles accompagnent des jeunes détenus et luttent contre leur isolement par le biais d’échanges épistolaires. Plus de 500 bénévoles ainsi que 14 salariés mais également des jeunes volontaires du service civique accompagnent les jeunes de plus en plus nombreux qui nous contactent.

Newsroom Sountsou : Les jeunes victimes d’homophobie et de transphobie sont-ils moins nombreux aujourd’hui après, notamment, les débats autour du Mariage pour Tous ?

Nicolas Noguier : L’association a connu un pic d’activité dès la fin de l’année 2012. Depuis les appels ne cessent d’augmenter. En cette rentrée 2015 nous avons une croissance de 20% des appels et des prises en charge consécutives, par rapport à la rentrée 2014. L’homophobie s’est ancrée dans notre société et les actions de prévention comme celles portées par Le Refuge sont plus que jamais nécessaires.

Newsroom Sountsou : Quelles sont les ressources dont disposent Le Refuge pour assurer cet accueil et cet accompagnement ?

Nicolas Noguier : Les ressources proviennent essentiellement de la générosité de nos adhérents et donateurs puisque 70% de recettes proviennent du secteur privé, dont 15% au titre du mécénat d’entreprise. C’est la raison pour laquelle Le Refuge fait régulièrement appel à la générosité publique. Les fonds récoltés permettent de pérenniser les dispositifs existants et d’offrir de nouvelles opportunités aux jeunes présents sur liste d’attente. Le soutien du secteur public ne représente que 30% alors que notre association a, par définition, des missions d’utilité publique et que la lutte contre l’isolement et le mal-être des jeunes est une thématique de santé publique.

Newsroom Sountsou : Vous avez lancé, récemment, le Fonds de dotation contre l’homophobie et la transphobie (FDCHT), quel est l’objectif de ce Fonds ? 

Nicolas Noguier : Il s’agit du premier fonds de dotation destiné au financement d’actions en faveur de la lutte contre l’homophobie et la transphobie. L’objectif est de favoriser le mécénat des entreprises. 100% des sommes récoltées iront au soutien d’associations portant des projets novateurs dans le domaine de la lutte contre l’homophobie et la transphobie. Les entreprises mécènes participent au processus de sélection des dossiers. De nombreuses entreprises se sont associées au lancement comme vous pouvez le constater sur le clip officiel. Avec la baisse continue du soutien des pouvoir publics, nous avons, plus que jamais, besoin du soutien des entreprises !

Newsroom Sountsou : Comment les entreprises peuvent-elles vous aider ?

Les entreprises peuvent nous apporter un soutien financier et améliorer leur image. En effet, ouvrent droit à une réduction d’impôt égale à 60 % de leur montant les versements (pris dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires) effectués par les entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés au profit des fonds de dotation. Ainsi, une entreprise qui donne 10 000€ pourra déduire 6 000€ de ses impôts et afficher clairement ses engagements dans la lutte contre les discriminations et particulièrement l’homophobie.

Découvrez le film du Fonds de Dotation contre l’ homophobie et la transphobie avec les interviews de Agathe Albertini, directeur de la communication de JC Decaux, Lamine Gharbi, président du groupe Cap Santé et de la fédération de l’hospitalisation privée, Abdel Aïssou, directeur général de Randstad France, Frédéric Fougerat, directeur de la communication du groupe Altran… Film réalisé par Pascal Petit (www.zipcom.fr) :

Pour contacter le FDCHT :

contact.fdcht@gmail.com