Le Medef invite les entreprises à changer

Le Medef vient de présenter son diagnostic de l’état de la France « Cartes sur table 2016» dans lequel  il dénonce le poids de la dette et du chômage et la dégradation de la compétitivité tout en donnant aux entreprises des pistes pour évoluer dans l’environnement économique d’aujourd’hui.

Sans surprise, le Medef pointe les faiblesses de l’Etat dans son « Cartes sur table 2016 », une croissance atone, un marché du travail trop rigide, un environnement réglementaire et fiscal bloquant, autant de constats bien connus de la part de l’organisation patronale.

Pour Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué du Medef : « La photographie de notre pays que donne Cartes sur table, c’est celle d’un pays plein d’énergies qui ne demandent qu’à être libérées. C’est pourquoi cet outil d’analyse est aussi un appel à l’action qui s’adresse à tous : Etat, collectivités, mais aussi entreprises, qui ont un rôle à jouer pour retrouver une meilleure compétitivité hors-coût. »

Plus inattendu, le Medef souligne que les entreprises, notamment les plus petites, devraient s’emparer de façon plus volontariste des outils numériques et se donner les moyens d’aller chercher la croissance à l’international, d’innover, de monter en gamme ou d’investir dans des filières d’avenir comme la santé ou le tourisme.

L’organisation patronale invite ainsi les entrepreneurs à un changement de culture et de comportement  à l’égard de la prise de risque dans l’international et les produits innovants.

Cette nouvelle posture du Medef ne lui fait pas oublier de revendiquer des réformes structurelles afin de « faire de l’entrepreneuriat un enjeu pour l’emploi »et de plaider pour « une amélioration des dispositifs de financement, une baisse des charges, un assouplissement du code du travail, un lissage des effets de seuil, une stabilisation de l’environnement règlementaire ainsi qu’un allègement de la fiscalité du capital ».

« Cartes sur table le montre bien : tout n’a pas encore été fait pour remettre la France à la place qu’elle devrait occuper dans la compétition mondiale et lutter contre le chômage et l’exclusion, loin s’en faut. Sur la base de ce travail objectif, le Medef appelle les pouvoirs publics à accélérer sans tarder sur les réformes indispensables. Le constat est posé, les leviers sont identifiés ; ne perdons plus de temps. », insiste Pierre Gattaz, président du Medef.