Le lobbying, moteur de business 

Le lobbying a souvent une mauvaise image parce qu’il est trop vu au travers des méthodes peu scrupuleuses de certains grands groupes, décrites et amplifiées par les médias. En réalité, le lobbying est un fabuleux outil au service de l’entreprise.

Les tonitruantes enquêtes de certains médias sur les colossaux investissements de groupes multinationaux à Bruxelles, par exemple, pour peser sur les décisions publiques donnent une image fausse des relations institutionnelles. Les campagnes à coup de millions en direction des politiques, les échanges de postes de responsables qui passent sans vergogne du public au privé ou du statut d’élus à celui de défenseurs des entreprises vis à vis desquelles ils avaient à légiférer n’incitent pas à envisager de fréquenter ce sulfureux milieu aux méthodes discutables et coûteuses.

C’est un tort. D’abord parce que le lobbying ce n’est pas cela. Il s’agit avant tout d’un outil au service de la démocratie qui doit permettre aux acteurs publics de se forger une opinion sur un sujet avant de prendre une décision. Il s’agit également d’un outil au service des entreprises pour alerter sur des situations qui peuvent être méconnues des politiques. Le lobbying permet aux acteurs du monde économique de mettre en avant leurs intérêts et de faire en sorte qu’ils soient pris en considération, quelle que soit leur taille.

Les élus évoluent, une nouvelle génération souhaite être en relation avec le monde de l’entreprise mais elle est exigeante et demande le respect de son indépendance ainsi que de la clarté et de la transparence dans l’information qui lui est donnée. Le « lobbying à la papa » qui continue, certes, de se pratiquer, a tendance à laisser la place à des relations institutionnelles basée sur le respect et la conviction.

Le lobbying est créateur de valeur pour l’entreprise car il lui permet de gagner en visibilité. Il est également son avocat auprès de la puissance publique, à tous les échelons. Prendre le temps de s’y intéresser, c’est se poser des questions stratégiques sur l’entreprise, son avenir, ses ambitions, de poser des objectifs et les moyens de les atteindre.

Un lobbying respectueux, qui ne cherche pas à tromper les élus mais à convaincre peut être mis en place. D’une certaine manière, la révolution numérique impose cette remise en question comme elle rend indispensable aux entreprises de se saisir de cet outil pour être mieux entendues et comprises de la puissance publique.

Téléchargez nos Cahiers Experts pour en savoir plus.