Brèves de primaire de la gauche 

Nos informations sur les coulisses des primaires à gauche.

Lâcher de scuds contre Macron

C’est parti. Les révélations commencent à poindre le bout de leur nez et elles visent directement Emmanuel Macron. Le ministre de l’Économie agace son camp et de ce côté que partent les coups les plus rudes. Outre, les maladresses qui deviennent une sorte de marque de fabrique du jeune Ministre, il est également visé par des « révélations » qui, par hasard, arrivent au sein des rédactions de Mediapart ou du Canard Enchaîné. La dernière en date révèle une petite carabistouille de Monsieur Macron afin d’éviter d’être assujetti à l’ISF, qu’il dénonce par ailleurs. L’intéressé crie forcément au complot sans importance, néanmoins, il va devoir faire preuve de solidité, il ne serait pas étonnant que d’autres scuds lui soient adressés rapidement.

Guerre de chiffonniers entre PCF et Mélenchon

Le patron du PCF n’apprécie vraiment pas que son ex-allié, Jean-Luc Mélenchon ait choisi le 5 juin pour son grand rassemblement de la France insoumise, c’est la date du 37ème congrès du parti communiste. Un choix provocateur de Mélenchon qui ne recule devant rien pour provoquer ses anciens amis.

Macron déjà moins populaire

Nombreux sont ceux à pointer depuis quelques semaines la « baudruche » Macron dont la popularité devrait, selon eux, s’effondrer dès que les affres de la politique le toucheront vraiment. Est-ce déjà le cas ? En tout cas la dernière livraison du baromètre Elabe-Les Echos-Radio Classique enregistre une baisse de 6 points de la popularité du titulaire de Bercy auprès de l’ensemble des personnes interrogées et de moins 13 points chez les sympathisants de gauche. Le décrochage est franc et net. Il pourrait exposer le jeune Ministre un peu plus aux attaques de moins en moins retenues de son camp. En effet, jusqu’à présent son arrogante côte de popularité constituait une armure face aux tentations de le sortir du gouvernement. Désormais, si ses mauvais sondages s’installaient, sa place serait clairement menacée.

Hollande au plus bas

L’enquête électorale Le Monde – Cevipof vient de publier sa quatrième édition qui confirme la situation quasi-désespérée de François Hollande. 4% des Français se déclarent « plutôt satisfaits » de son action et 53% « pas du tout satisfaits », ces chiffres constituent des records. Du côté des intentions de vote, cette étude inédite qui interroge près de 20.000 personnes, confirme la désaffection dont est frappée le président de la République, seuls 14% des interrogés se déclarent prêts à voter pour lui, soit quasiment autant que François Bayrou avec 13% et, surtout, Jean-Luc Mélenchon qui poursuit sa progression et atteint 12% des intentions de vote.

Quelle fenêtre pour la communication présidentielle ?

Totalement effacée par le crise sociale, la parole de l’Élysée tente de reprendre la main, sa difficulté essentielle réside à trouver une fenêtre de communication qui lui permettrait de redevenir audible. En effet, les légers mieux qui commencent à poindre du côté du chômage et de la croissance ne peuvent être « vendus » actuellement tant ils apparaissent en contradiction avec le quotidien des Français. Crise sociale, manifestations, grèves, à présent les inondations puis viendra le temps de l’Euro qui devrait focaliser une grande part de l’attention collective, les moments disponibles pour que le Président reprenne la parole dont très limités. Son impopularité impose en outre un calendrier rapproché pour être en mesure de se représenter en 2017.

 

Dates de la présidentielle

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 23 avril 2017 et le second tour le 7 mai. Les élections législatives se tiendront les dimanches 11 et 18 juin. Enfin, les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre 2017. Pour mémoire, la primaire de la droite est prévue pour les 20 et 27 novembre 2016, celle de la gauche les 4 et 11 décembre.