Quelle efficacité pour le questionnaire-lobbying ?

En 2017, la moisson électorale sera forte et les élections présidentielles mobilisent déjà un grand nombre de Fédérations Professionnelles et d’entrepreneurs. Leur objectif est de se faire entendre des candidats et de faire passer quelques-unes de leurs propositions. Parmi toutes les stratégies possibles, certains font le choix d’adresser un questionnaire-lobbying aux impétrants afin qu’ils se positionnent.

Quelle efficacité pour le questionnaire-lobbying ?

Le questionnaire-lobbying est un questionnaire adressé aux candidats afin qu’ils se positionnent sur des sujets importants pour le secteur d’activité concerné. Parfois les questions sont fermées et n’offrent la possibilité de répondre que par « oui » ou par « non », plus fréquemment elles sont ouvertes et permettent ainsi au candidat de poser sa vision politique du sujet.

Le questionnaire-lobbying est parfois utilisé comme un élément d’une stratégie plus globale. Dans ce cas, il peut-être un outil, parmi d’autres. Néanmoins, ne misez pas trop sur le poids du questionnaire pour influer sur les choix d’un candidat.

En premier lieu, il y a de grandes chances pour qu’ils ne répondent pas personnellement à vos questions mais qu’il les délèguent à une petite main de son staff. Ensuite, un questionnaire-lobbying ne saurait constituer une démarche d’influence, ni même une sensibilisation à vos problématique. Dans le meilleur des cas, si vous êtes une Fédération professionnelle, il peut vous servir, en interne, pour expliquer à vos adhérents que vous agissez. Et encore, s’ils ne sont pas trop exigeants.

Le questionnaire-lobbying peut avoir son intérêt mais il ne saurait constituer la base de votre stratégie d’influence. Au mieux, il peut être l’un des outils à mobiliser le moment venu dans le cadre d’une stratégie globale rythmée et bien construite.

Le sujet du questionnaire-lobbying permet de rappeler qu’une démarche d’influence est un sujet stratégique sérieux qui doit être pensé, préparé et initié avec méthode et rigueur. Enfin, il faut également rappeler que le lobbying doit s’inscrire dans la durée, son efficacité ne résiste pas à du « one shot ».