« Dirigeants, révoltez-vous ! »

Dans une interview au magazine « Chef d’Entreprise », le candidat à la primaire des Républicains, Bruno Le Maire, en appelle à la révolte des entrepreneurs. Un signe de plus que les enjeux économiques et les créateurs seront au coeur de la campagne pour la présidentielle de 2017 qui s’annonce décidément bien singulière.

Dans cet entretien, le candidat à la candidature trouve les entrepreneurs « trop silencieux », car, selon lui, « nous sommes maintenant au pied du mur. Il y a désormais urgence à prendre des mesures radicales pour permettre à notre tissu industriel et entrepreneurial de survivre, mais surtout de se développer, de croître et donc de créer des emplois. »

Le député de l’Eure invite « tous ceux qui vivent dans un modèle défavorable et qui souffrent de trop de contraintes administratives, d’une fiscalité trop lourde et de charges trop élevées » à exiger « de leurs responsables politiques les changements nécessaires devant lesquels la France a reculé pendant 40 ans. Un pays qui ne dispose pas d’une capacité industrielle forte est un pays faible. »

Cette audacieuse prise de position de Bruno Le Maire, il est vrai à quelques mois d’une primaire dont il est loin d’être le favori, doit inciter les entrepreneurs à s’engager dans les débats démocratiques en cours. Les élections régionales constituent une première opportunité en partie ratée, malgré quelques initiatives dont la Newsroom-Sountsou s’est faite l’écho, la présidentielle est incontestablement le rendez-vous à saisir.

Tous les partis politiques, tous les candidats, vont faire de l’économie et des entrepreneurs un enjeu de leurs programmes. Encore faut-il que ces programmes tiennent compte des attentes des dirigeants d’entreprise, et, surtout, que les promesses posées sur papier glacé deviennent réalité dès les premiers mois du nouveau quinquennat, quelque soit le locataire de l’Elysée.

Contrairement à Bruno Le Maire et quitte à décevoir certains lecteurs, je ne prônerai pas la révolte mais l’audace et je conseillerai plutôt aux entrepreneurs de se lancer dans une véritable démarche institutionnelle.

Commencez par jeter un oeil sur notre nouveau numéro des Cahiers Experts dédié à ce sujet : « Présidentielle 2017 : 10 conseils pour faire entendre la voix des entrepreneurs ».

Mathieu Quétel, président de Sountsou.