Dialogue social, l’échec.

Jeudi dernier avait lieu l’ultime round de négociation entre partenaires sociaux pour la réforme du dialogue social. Une journée marquée par l’incapacité des négociateurs à trouver un accord.

L’accord a donc finalement été impossible à trouver et c’est la méthode même des négociations au niveau interprofessionnel qui est désormais posée. Syndicats et patronat ont échoué à trouver un chemin commun pour réformer le dialogue social après près de trois mois de négociations. Il faut reconnaitre que les coups bas et les échanges bilatéraux se sont multipliés ces dernières semaines. Le MEDEF a accepté une représentation des salariés dans les TPE-PME contre l’avis de la CGPME qui n’en voulait pas mais également contre sa propre base… Quant à la CGC elle a souhaité monnayer au prix fort sa signature au risque de tout faire capoter.

Les négociations portaient sur des évolutions pourtant importantes et qui auraient pu permettre une nouvelle approche du dialogue social dans l’entreprise.

La balle est désormais dans le camp du gouvernement qui a annoncé ce week end la programmation d’une loi afin de réformer le dialogue social. Les partenaires sociaux n’ont rien à gagner dans cette démarche législative, en effet dans le contexte actuel on ne peut pas savoir qui pourra tirer avantage d’un débat parlementaire. Le Ministre du travail a néanmoins précisé ce week end que le patronat avait fixé la barre trop haut dans les négociations, ce qui peut laisser craindre un projet de loi à minima …

Réplique du MEDEF ce week end dans Le Figaro qui, par la voix de son président, Pierre Gattaz, propose aux syndicats une réunion pour mettre en place une feuille de route commune que « le gouvernement ne pourrait ignorer »… La CFDT a déjà fait part de son intérêt.