Delphine Ernotte et L’Institut Montaigne frappent fort !

À la une de nos chiffres de la semaine, la tonitruante entrée de la nouvelle présidente de France Télévision, le casse-tête budgétaire du gouvernement, la croissance mondiale en difficulté, les bons chiffres de l’automobile, les propositions de Fleury-Michon pour le monde agricole et celles, décapantes, de l’Institut Montaigne, pour le monde du travail.

10

C’est le montant, en millions d’euros, du déficit de France Télévision pour 2015, soit deux fois plus qu’initialement prévu. Alors, la nouvelle présidente du groupe public est à la recherche de revenus supplémentaires. Inutile d’espérer des pistes d’économies internes, Delphine Ernotte considère que France Télévision a « su se réformer ». La nouvelle dirigeante revendique « le fromage et le dessert », comprenez qu’elle souhaite une redevance audiovisuelle élargie à tous les écrans et davantage de spots publicitaires. Les citoyens et le marché publicitaire devront donc être mis à contribution. Peu importe si la pression fiscale est déjà hors norme, peu importe la volonté du gouvernement d’alléger les impôts, peu importe enfin la crise du marché publicitaire. Sur ce dernier front, Delphine Ernotte souhaite rouvrir le dossier de la publicité après 20 heures et diffuser de la publicité au moins jusqu’à 21 heures, de façon à profiter à plein du prime time télévisuel. S’agissant de l’élargissement de la taxe audiovisuelle, le président de la République l’a écartée lors de sa conférence de presse du 7 septembre.

15

Cela fait 15 ans que France Télévision souhaite disposer d’une chaîne d’information en continu. Dès la première semaine de sa présidence, Delphine Ernotte a pris les choses en mains et s’est mise d’accord avec le président de Radio France, Mathieu Gallet, pour travailler ensemble à cet objectif. Un comité de pilotage a été mis en place afin de trouver les pistes pour mettre en place « une chaîne commune à France Télévision et Radio France ». Une démarche originale en plein débat sur la redevance audiovisuelle qui devient un casse-tête gouvernemental. Celle-ci s’élève à 136 euros actuellement et sera vraisemblablement augmentée de quelques euros. Delphine Ernotte, décidément pleine d’imagination, plaide pour une refonte et un élargissement aux terminaux mobiles qui permettent, effectivement, de regarder la télévision. Le ministère de la culture travaillerait sur un élargissement de la redevance aux box internet applicable dès 2016. Solution écartée par le président. Il reste une réalité : en dix ans la redevance a augmenté de 20 euros, elle rapporte 3,6 milliards d’euros versée par 96% des foyers.

5,3

C’est en pourcentage la progression du marché automobile sur les huit premiers mois de l’année. Un chiffre encourageant qui incite le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) à revoir ses prévisions pour l’année 2015. Après une année 2014 morose avec une stabilité du marché à 0,3%, le CCFA envisageait une progression de 2% pour 2015. Il publiera une nouvelle prévision au début du mois d’octobre afin de mieux prendre en compte l’évolution des ventes et des commandes. Ceci dit, les constructeurs français progressent moins vite que le marché, +4,4% pour PSA et +5,2% pour Renault. En Europe, certains chiffres sont spectaculaires, c’est le cas de l’Espagne où le marché automobile progresse de 22,3% sur les huit premiers mois de l’année.

3,3

C’est en pourcentage la nouvelle estimation de la progression de la croissance mondiale par le FMI qui pourrait être encore revue à la baisse suite à la défaillance de la Chine. Pekin continue de tabler sur une croissance du pays à 7% en 2015, objectif qu’il soutient par tous les moyens. Le Yuan vient de baisser les taux pour la cinquième fois depuis novembre et le gouvernement aurait procédé, selon Goldman Sachs à des rachats massifs d’actions pour un montant qui avoisinerait les 140 milliards d’euros. Un plan de soutien aux PME chinoises vient d’être mis en place, il est doté de 8,38 milliards d’euros.

0

L’Institut Montaigne propose une remise à zéro du Code du travail. Le think tank vient de publier des propositions-choc pour la réforme du droit du travail. Il propose de sortir des blocages créés par une loi trop imposante et des négociations interprofessionnelles trop éloignées de l’entreprise. L’Institut propose de graver dans la loi les règles relatives à la dignité, aux droits fondamentaux et à la protection de la santé, pour le reste il préconise de laisser les entreprises établir leurs propres règles à partir du Code du travail. Le contrat de travail, le temps de travail, seraient autant d’éléments définis au niveau de l’entreprise. L’accord collectif primerait même sur le contrat de travail qui pourrait évoluer en cours de route. Les syndicats et les représentants du personnel seraient les garants de l’intégrité du dispositif. L’accord majoritaire sera appliqué, c’est à dire qu’il ne sera valable que s’il est signé par les syndicats représentants au moins 50% des voix aux élections professionnelles. Le travail de l’Institut Montaigne est intéressant à plus d’un titre, d’abord parce qu’il ose poser les bases de nouvelles règles de fonctionnement en rupture avec un système qui a vécu, également parce qu’il promeut les accords d’entreprise. Ces derniers devraient également occuper le coeur des proposition contenues dans le rapport Combrexelle qui devrait être rendu public dans les prochains jours.

13,1

Le groupe Fleury Michon représente 13,1% du marché de la charcuterie française et 21,8% pour le jambon. L’industriel fait des propositions pour sortir la filière porcine de l’ornière dans laquelle elle se trouve. Il préconise une montée en gamme des produits, un modèle qu’il a lui-même adopté et qui représente 30% de son activité avec une croissance de 30%. Pour mettre en place sa nouvelle gamme de porcs bios nourris sans OGM et élevés sans antibiotiques, appelée « J’aime », l’industriel a signé un partenariat avec 22 éleveurs bretons. La question des normes, souvent dénoncée par les éleveurs, est également signalée par Fleury Michon qui reconnait être contraint de se fournir en porcs bios au Danemark, où la réglementation est moins contraignante qu’en France. Les éleveurs de porcs bios français doivent produire sur leur exploitation au moins 50% des céréales bio destinés à leur élevage, alors qu’au Danemark ils peuvent se fournir où ils veilent. Enfin, Fleury Michon souhaite mettre en avant une viande de qualité française plutôt de continuer de privilégier l’élevage intensif et la guerre des prix, un modèle qui mettrait au centre du dispositif le consommateur final et ses attentes.

2

Le gouvernement souhaite une baisse de 2 milliards d’impôts pour 2016. Ce cadeau fiscal sera difficile à financer. En effet, la France s’est engagée auprès de Bruxelles à réduire son déficit budgétaire de 3,8% du PIB en 2015 à 3,3% en 2016., les marges de manoeuvre sont donc faibles pour boucler le budget. La reprise se faisant encore attendre, les prévisions de croissance ne peuvent raisonnablement être revues à la hausse. Michel Sapin se montre confiant en public en citant (sur France Info) les dépenses de la sécurité sociale, des collectivités locales ou de l’État comme des sources possibles pour financer une redistribution aux français sous forme de baisse d’impôts. Il n’apparait pas évident que les collectivités locales voient d’un bon oeil une nouvelle réduction de leur dotation d’Etat, alors que leurs finances sont dans le rouge… À ce sujet, il reste également à financer le fonds d’un milliard de soutien à l’investissement promis aux collectivités locales par Manuel Valls.