COP 21, régionales et attentats…

Élections régionales, COP 21 et effets des attentats du 13 novembre à la une de nos 10 chiffres clés de cette semaine.

50

50% des Français déclarent qu’ils se décideront pour leur vote aux élections régionales des 6 et 13 décembre en fonction de critères nationaux, selon un sondage TNS-Sofres OnePoint pour Le Figaro, LCI et RTL. Néanmoins, et cela semble plus surprenant, ils restent 50% à se décider en fonction d’enjeux locaux. Il existe donc un contraste entre la nationalisation des débats à laquelle nous assistons depuis les attentats du 13 novembre et les intentions de vote des Français. Le même sondage confirme la montée en puissance du FN, une certaine stabilité de la droite et une atonie de la gauche, toujours donnée troisième au premier tour. La majorité présidentielle ne semble pas profiter de la posture de François Hollande.

10

Le duel Rousset – Calmels dans la nouvelle grande région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin ne s’annonce pas aussi simple pour le président sortant. En effet, celui-ci est annoncé en recul de 10 points selon un sondage Ifop pour France Bleu. Désormais, Alain Rousset et Virginie Calmels sont donnés à égalité au premier tour à 28% des intentions de vote, le FN est en troisième position mais avec une progression de 6 points par rapport au sondage précédent, à 25% des intentions de vote. Enfin, au second tour, les deux principaux candidats apparaissent au coude à coude puisque le président socialiste sortant est crédité de 39% d’intentions de vote contre 35% pour la protégée du maire de Bordeaux, Alain Juppé.

6

En pleine COP 21, le gouvernement ne parvient pas vraiment à rendre clair son message sur l’écologie et la baisse de la fiscalité. Les enjeux se télescopent et l’approche en matière écologique semble condamner à devoir reposer sur une pression fiscale toujours plus lourde sur les ménages. La contribution climat énergie (CCE), le vrai nom de la taxe carbone, rapportera 2,4 milliards en 2015, puis 4 milliards en 2016 et enfin 6 milliards en 2017. Le principe de la taxe est simple, il s’agit de faire peser sur les produits énergétiques une charge financière en fonction de leur teneur en CO2. Ainsi, la taxe s’élevait à 7 euros la tonne en 2014, le projet de loi de finances rectificative pour 2015 prévoit de la porter à 30,50 euros en 2017 ! Or, ce sont les ménages qui en supporteront la plus importante part, notamment par le biais des carburants.

16

Selon un sondage réalisé par la CGPME auprès de ses adhérents, les dirigeants de petites et moyennes entreprises ne sont pas inquiets après les attentats du 13 novembre. Ils sont à peine 15,9% à envisager de prendre des mesures particulières en matière de sécurité. Néanmoins, 91% des chefs d’entreprise interrogés se déclarent favorables à de meilleurs échanges avec les forces de police, notamment en vue d’identifier ou de signaler leurs salariés qui présenteraient des risques de radicalisation. Enfin, 55% d’entre eux sont confiants sur l’avenir et ne redoutent pas d’impact à long terme sur leur activité. Il faut tenir compte, dans l’approche de ces résultats, des réalités sectorielles qui peuvent être bien différentes les unes des autres, ainsi l’hôtellerie, les spectacles, la restauration ou le commerce sont, quant à eux, plus fortement impactés dans leur activité que d’autres secteurs moins exposés.

16

La Banque Mondiale vient de publier un rapport dans lequel elle attire l’attention sur la situation des pays africains face au réchauffement climatique. Elle estime à 16 milliards de dollars le montant des sommes à mobiliser pour permettre au continent d’assumer au mieux les conséquences du réchauffement de la planète pour la seule période 2016-2020, un objectif absolument hors de portée sans soutien international. Le président de la Banque Mondiale défendra un plan d’actions dans une douzaine de domaine lors de la COP 21.

61

Selon un sondage réalisé par l’Union des transports publics (UTP), 62% des Français, qui habitent des agglomérations de plus de 50.000 personnes, prennent des transports en commun au moins deux fois par semaine. 61% d’entre eux sont favorables à une augmentation de l’offre de transports en commun afin d’améliorer la qualité de vie en ville, notamment pour la défense de l’environnement. Néanmoins, les Français apparaissent réfractaires à une écologie basée sur la contrainte, ainsi ils ne sont que 24% à se déclarer favorables à l’interdiction de la voiture en ville, et 14% d’entre eux approuveraient la mise en place d’un péage urbain. 85% estiment que les transports publics devraient constituer une priorité gouvernementale pour lutter contre la pollution et 75% se disent prêts à les utiliser plus souvent pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique.

15.000

Le chiffre est à peine croyable, sur les 62.000 défaillances d’entreprises enregistrées sur une année, 15.000 seraient directement causées par les retards de paiement, selon le cabinet Altarès, cité par Les Échos. Une situation qui a incité Bercy à annoncer un train de mesures afin de préserver les entreprises les plus fragiles, notamment les PME, de ces pratiques qui finissent par coûter très cher à l’ensemble de l’économie. Le plafond des amendes administratives va être porté de 375.000 euros à 2 millions d’euros. L’administration pourra également cumuler les amendes si plusieurs manquements sont constatés. En outre, les sanctions seront désormais toutes rendues publiques, à l’instar des noms des cinq plus grands mauvais payeurs publiés il y a quelques jours par Bercy. Emmanuel Macron a promis également de veiller à ce que l’État soit plus rigoureux dans le règlement de ses fournisseurs.

13.500

L’agence internationale de l’énergie, citée par Le Monde, estime à 13.500 milliards de dollars, soit 840 milliards de dollars par an, les investissements nécessaires pour lutter contre le changement climatique entre 2015 et 2030. La question évidente est celle du financement de telles sommes. La première piste est bien entendu de diminuer les coûts de production liés à l’éolien ou les panneaux solaires, la seconde consisterait à mobiliser les fonds du Plan européen Juncker qui s’élèvent à 315 milliards d’euros mais dont la réalité reste à démontrer. Enfin, la fiscalité est un outil qui pourrait être fortement mobilisé. Les experts estiment que la taxe carbone n’est efficace qu’à partir d’une taxe de 30 euros la tonne émise, valeur clé qui inciterait les entreprises et les particuliers à investir vers des sources d’énergie alternatives. La taxe carbone s’élèvera en France à 30,50 euros à l’horizon 2017.

30

Les Allemands sont 56% à envisager de lancer leur propre entreprise, les Anglais 44% mais, selon le baromètre Envie d’entreprendre ViaVoice – Idinvest Partners, seulement 30% des Français envisagent de se lancer dans la création d’entreprise. Un chiffre à la fois décevant et inquiétant. Le baromètre révèle l’ambiance française peu favorable aux créateurs d’entreprise et les valeurs d’une France qui regarde toujours la réussite avec suspicion. Quant à la prise de risques elle n’est ni accompagnée, ni reconnue puisque les créateurs d’entreprises doivent faire face à un véritable parcours du combattant administratif doublé d’un matraquage fiscal qui ne laisse aucun répit.

0

L’Angleterre vient d’annoncer la fermeture de ses douze centrales au charbon à l’horizon 2025 et la restriction de leur production dès 2023. Londres souhaite tenir ses engagements de diminuer ses émissions de CO2 de 80% en 2050 par rapport à 1990. Le temps est venu de dater les mesures déjà annoncer et la perspective de la COP 21 est un bon moment pour faire preuve de volontarisme. Le charbon représente encore 30% de la production électrique britannique, il sera remplacé par les énergies renouvelables et le nucléaire dans les prochaines années après une période transitoire au cours de laquelle le gaz prendra le relais.