Comment Alain Juppé prépare son gouvernement

Le magazine Le Point livre cette semaine une belle enquête sur un sujet interdit au sein de l’équipe d’Alain Juppé : « Le jour d’après… ». À moins d’un mois du premier tour de la primaire de la droite, le Maire de Bordeaux toujours favori des sondages ne souhaitent pas afficher l’arrogance de lui qui a déjà gagné. Mais, dans les coulisses, les tractations son déjà engagée et Alain Juppé prépare son gouvernement.

L’article de Laureline Dupont intitulé « Alain Juppé prépare déjà le jour d’après » dévoile le rôle central joué par l’ancien premier Ministre Jean-Pierre Raffarin qui se qualifie lui-même de « simil-DRH ». Jean-Pierre Raffarin est bien plus que cela. Il conseille, apporte des éclairages, délivre des messages et repère les futurs talents qui pourraient rejoindre l’équipe. Plus aucun doute, Alain Juppé prépare son gouvernement.

Comment Alain Juppé prépare son gouvernement

Les personnalités comme Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou encore Bruno Retailleau font l’objet d’un traitement particulier. Les deux premiers sont Présidents de Région et leur soutien pourrait être précieux, le nom de Valérie Pécresse a été dévoilé l’air de rien par Jean-Pierre Raffarin qui estime qu’elle à la « dimension » pour occuper le poste prestigieux de premier Ministre. Quant au troisième, soutien loyal de François Fillon, il est également le président du groupe Les Républicains au Sénat.

À ce petit jeu, on devine que Benoist Apparu pourrait hériter de l’Education Nationale, ou encore qu’Edouard Philippe pourrait tenir les cordons du Budget. Mais, pour Alain Juppé la priorité est surtout d’être prêt dès le premier jour du quinquennat. Il dévoilera donc toute une série de textes stratégiques en amont de l’élection, vers le mois de mars. Il invitera également quelques proches de confiance à « se tenir prêts » pour telle ou telle fonction. L’objectif est de mettre en place une équipe prête à se mettre au travail avant les législatives de juin.

Dans l’immédiat, le candidat favori du premier tour de la primaire réfléchi aux conditions de la reprise en mains du parti Les Républicains. S’il n’exclue pas l’idée de confirmer Laurent Wauquiez au poste de président par intérim, il est acquis qu’il ne sera pas seul à la direction, il sera vraisemblablement flanqué de juppéistes de confiance qui ne seront pas désignés pour faire de la figuration.

Enfin, l’après primaire se préparer également avec un plan pour renforcer l’équipe de campagne dans la perspective de la présidentielle et pour corriger les erreurs de fonctionnement constatées lors de la première phase. Les équipes des candidats défaits pourraient constituer un vivier de compétences.