Brèves de primaire de la droite

Nos informations sur les coulisses de la primaire à droite.

Fillon muscle sa com’

Les observateurs ne cessent de le dire depuis plusieurs mois : « Fillon est celui qui a le plus travaillé son programme, il ne sait hélas pas se vendre »… La communication est essentielle en politique, certains l’ont bien compris et masquent aisément leur manque de fond par des slogans bien ciselés, mais cela ne dure en général qu’un temps. Le pari de François Fillon est donc d’allier une communication plus musclée à un programme travaillé et audacieux. Il apparaît désormais en chemise blanche, sans cravate, émaille ses discours de blagues (un peu comme les américains), n’hésite pas à organiser des « forums » plutôt que des meetings. C’est Anne Méaux qui serait à la manoeuvre depuis quelques semaines et qui aurait impulsé des changements salvateurs à la communication de l’ancien premier Ministre, qui semble désormais décidé à briser cette carapace qui l’isole tant.

Les Français de l’étranger privés de vote ?

Il était prévu que les Français de l’étranger puissent participer à la primaire de la droite par vote électronique de façon à faciliter leur participation. Le comité d’organisation de la primaire avait voté ce dispositif particulier à l’unanimité. Le Bureau politique des Républicains du mardi 3 mai a finalement opté pour un vote traditionnel par le biais de bulletins en papier. Le problème est que ce sujet n’était pas inscrit à l’ordre du jour de ce Bureau politique et, surtout, que celui-ci s’est déroulé en l’absence des principaux candidats à la primaire, excepté… le président du parti et ses soutiens. Bref, les candidats à la primaire soupçonnent Nicolas Sarkozy d’avoir monté « un coup » afin d’écarter un électorat qui est réputé lui être peu favorable. Les tensions au sein de LR sont montées encore d’un cran et la haute autorité de la primaire, saisie par des candidats mécontents, a demandé à ce que le vote soit revu. Frédéric Lefebvre, en colère, a menacé sur son compte Facebook d’organiser un vote parallèle par voie électronique sous contrôle d’huissier. Un Bureau politique serait prévu dans les quinze jours afin de débattre à nouveau de ce sujet. En tout cas, cet incident que certains caciques de LR qualifient déjà de « joli coup de Sarkozy » rappelle celui du périmètre des parrainages de parlementaires dont les règles avaient également été revues il y a quelques semaines au grand damn de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Juppé attendu sur son programme économique

Le 11 mai, le maire de Bordeaux dévoilera son programme économique. Très en avance dans les sondages par rapport à ses concurrents, Alain Juppé est parfois jugé réservé quant à son programme économique dont on ne perçoit pas encore bien le pourtour et surtout jusqu’où il envisage d’aller dans les réformes. Le rendez-vous du 11 mai est donc important et ses supporters annoncent des surprises ainsi qu’un programme « audacieux ».

NKM veut « régénérer » les institutions

Dans une interview au Parisien, le 2 mai, Nathalie Kosciusko-Morizet dévoile son programme de réforme des institutions. La candidate à la primaire de la droite veut « régénérer nos institutions » et elle veut frapper fort : remplacement du Conseil économique social et environnemental par une Chambre des citoyens numérique, passage à 200 sénateurs (contre 348 actuellement) et 400 députés (contre 577), suppression du poste de premier Ministre, le président de la République devient chef du gouvernement avec 10 grands ministres.

Dates de la présidentielle

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 23 avril 2017 et le second tour le 7 mai. Les élections législatives se tiendront les dimanches 11 et 18 juin. Enfin, les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre 2017. Pour mémoire, la primaire de la droite est prévue pour les 20 et 27 novembre 2016, celle de la gauche les 4 et 11 décembre.

Les Français adorent les primaires

La gauche et, pour la première fois, la droite, proposeront aux Français de choisir leurs candidats lors de primaires organisées en fin d’année. La droite était réticente à organiser un tel scrutin, par tradition elle est attachée à la figure du chef, donc par la candidature naturelle du patron du parti. Le Parisien a publié un sondage qui démontre le grand intérêt des Français puisqu’ils sont un sur quatre a se déclarer prêts à y participer. Bien sûr, ils dénoncent le trop plein de candidats qui entame quelque peu la crédibilité de la démarche, 62% estiment qu’il y a trop de candidats.

Juppé en force

Un sondage Odoxa pour Le Parisien confirme le leadership incontestable exercé par Alain Juppé sur la primaire de la droite. 41% des sondés qui comptent voter veulent le choisir contre 24% pour Nicolas Sarkozy, qui ne décolle toujours pas. François Fillon reste quatrième derrière Bruno Le Maire (15%) mais avec 9% des intentions de vote il se stabilise et a stoppé l’érosion.

 

Le retour d’un vieux parti

Les Bureaux politiques de LR recèlent toute sorte de surprises en ce moment. Mardi 3 mai il a décidé de permettre au Centre national des indépendants et paysans (CNIP) de participer à la primaire de la droite. On ne sait pas encore si le président de ce petit parti de la galaxie de la droite sera lui-même candidat ou s’il soutiendra l’un des candidats en lice. Bruno North, président du CNIP, a tenu devant le Bureau politique de LR, un  discours « libéral », « conservateur » et « proeuropéen mais pour une autre Europe », selon Le Figaro du 5 mai.

Quand le personnel dépasse le politique

Il ne lui pardonnera pas. En 2011, Christine Lagarde quitte le ministère de l’Économie pour le FMI, il ne demandait q’un coup de pouce auprès du président de la République. Il ne le lui apportera pas. Le jugera trop « vert » pour le poste. Pour l’obtenir il mettra son départ du gouvernement dans la balance. Bruno Le Maire, l’autre candidat sérieux restera finalement à l’Agriculture. Quant à lui, François Baroin, il deviendra le ministre de l’Économie de Nicolas Sarkozy avec qui il construira une véritable relation. C’est au nom de cette relation, devenue depuis personnelle, sans doute également pour une ambition, qu’il devrait annoncer son soutien à l’ancien président de la République prochainement pour la primaire de la droite. Il tournera ainsi le dos à Alain Juppé, pourtant farouche chiraquien comme lui. Il n’a pas été présent quand il le lui a demandé. Il ne le sera pas plus pour lui. Peu importe qu’ils partagent sans doute plus que quelques dîners entre couples, comme le rappelle L’Express du 4 mai. Il ne le lui pardonnera pas.

Fillon devient la cible

François Fillon n’est certes pas le préféré des Français pour la primaire de la droite. Il a même un sacré handicap après cinq années passées à Matignon sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Longtemps en difficulté dans les sondages et assez nettement distancié par Bruno Le Maire, François Fillon semblait condamné à la quatrième place. La situation est peut-être en train d’évoluer et les différentes consultations relèvent un arrêt de l’érosion de son socle électorale et même, pour certaines, un rebond qui le rapproche de Bruno Le Maire. Le programme audacieux de l’ancien premier Ministre et sa volonté de réformer en profondeur sans tabou semblent séduire les chefs d’entreprise et le monde économique. Il devient même la cible des critiques de l’Elysée et certains de ses concurrents à l’instar de Bruno Le Maire comme le rapportent Le Point et L’Express de cette semaine. Un (bon) signe ?

Meeting interactif

François Fillon organisait le 3 mai son premier meeting interactif avec au programme des témoignages de chefs d’entreprise et le vote en ligne pour choisir 6 propositions prioritaires parmi 18 établies par le candidat. Les 6 propositions qui ont reçu le plus de votes sont : la suppression des 35 heures et de l’ISF, le relèvement des seuils sociaux, le développement de l’alternance, la réforme du RSI et le remplacement des aides sociales par une prestation unique.

La primaire pour les Nuls

C’est le titre de l’ouvrage que publie aux éditions First, le professeur de droit constitutionnel Olivier Duhamel. Il estime dans l’ouvrage que le système de la primaire est un excellent outil pour intéresser à nouveau les citoyens à la politique et les impliquer dans le processus de sélection des candidats des partis. Mise en place en France après 2002 et l’échec de Lionel Jospin dès le premier tour de la présidentielle, la primaire sera utilisée pour la première fois par la droite à l’occasion de la présidentielle de 2017. Le petit bémol apporté par l’auteur concerne la puissance des partis. S’ils choisissent la primaire c’est également pour maintenir voire renforcer leur puissance, ce nouveau système ne donne donc pas la possibilité à des personnalités nouvelles d’émerger. « La primaire pour les Nuls », Olivier Duhamel avec l’Institut Montaigne, First Éditions.