Brèves de primaire de gauche 

Nos informations sur les coulisses des primaires à gauche.

Hollande déjà en campagne

Il n’y avait guère que l’Élysée pour penser encore que les Français pouvaient croire à une hésitation de François Hollande à se représenter en 2017. La question qui reste en suspend est de savoir s’il sera en mesure d’aller au bout de la démarche ou si son impopularité lui dictera de jeter l’éponge avant de devenir le premier Président en exercice de la Vème République à subir l’humiliation de ne pas passer le 1er tour. La participation de François Hollande au colloque « la gauche et le pouvoir » organisé le 3 mai était déjà une indication, son discours sonne comme une confirmation. Il s’est livré à une défense en règle de son bilan et a lancé quelques avertissements et pics bien sentis à ses adversaires au sein même de la gauche en soulignant que « rien ne remplace l’acte de gouverner ». Le président sortant, en difficulté dans les sondages, s’en est également pris à la droite accusée de vouloir remettre à plat les réformes du quinquennat et d’effacer ces cinq années. Au passage, François Hollande réinstalle, l’air de rien, le clivage droite – gauche. Reste à savoir si les Français ont encore envie de l’entendre et de lui faire confiance.

Macron cherche un ancrage à gauche

Étrange coïncidence, au moment où François Hollande tentait de reprendre en main la campagne présidentielle et son propre destin, Emmanuel Macron faisait, à l’Assemblée Nationale, un discours digne des grandes années de la gauche contre « ses grands patrons aux salaires faramineux qui s’exonèrent du vote de leurs actionnaires ». Le ministre ciblait Carlos Ghosn dont la rémunération a été refusée par 54% des actionnaires et dont il a obtenu le maintien en Conseil d’administration, le vote des actionnaires n’étant que facultatif. Emmanuel Macron s’est donc emparé de cette situation pour menacer de prendre des dispositions législatives afin d’éviter une telle situation dans le cas où le patron de Renault ne revoyait pas sa rémunération pour 2016. Un discours bien ancré à gauche, comme celui que tenait François Hollande au même moment au Théâtre du Rond-Point. Font-ils campagne commune ou est-ce le hasard ?

Quand les impôts captent des voix

Le désormais candidat pour 2017, François Hollande a déjà aligné pour plus de 4 milliards de cadeaux aux uns et aux autres en ce début d’année. Voici qu’il laisse fuiter dans Les Echos, l’information selon laquelle il s’apprêterait à baisser l’impôt sur le revenu des ménages en 2017. Il se trouve que c’est l’année de la présidentielle, simple coïncidence.

La question Macron

Le mouvement lancé par Emmanuel Macron, « En Marche ! » aurait déjà séduit près de 40.000 Français qui se seraient inscrits sur son site internet. Une belle opération même si certains, à gauche, ne cessent de préciser que l’adhésion est gratuite… La petite machine du ministre de l’Économie est en marche et semble séduire de plus en plus d’adeptes. À en croire le long article que lui consacre Le Point du 5 mai, le ministre serait très entouré par des jeunes déterminés à faire gagner leur figure de prou. Charlotte Chaffanjon pose, en conclusion de son article, la question qui hante les couloirs de Solférino et les têtes des éléphants du PS : pourquoi font-ils tout cela ?

La primaire pour les Nuls

C’est le titre de l’ouvrage que publie aux éditions First, le professeur de droit constitutionnel Olivier Duhamel. Il estime que le système de la primaire est un excellent outil pour intéresser à nouveau les citoyens à la politique et les impliquer dans le processus de sélection des candidats des partis. Mise en place en France après 2002 et l’échec de Lionel Jospin dès le premier tour de la présidentielle, la primaire sera utilisée pour la première fois par la droite à l’occasion de la présidentielle de 2017. Le petit bémol apporté par l’auteur concerne la puissance des partis. S’ils choisissent la primaire c’est également pour la maintenir voire la renforcer, ce nouveau système ne donne donc pas la possibilité à des personnalités nouvelles d’émerger. « La primaire pour les Nuls », Olivier Duhamel avec l’Institut Montaigne, First Éditions.

Dates de la présidentielle

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 23 avril 2017 et le second tour le 7 mai. Les élections législatives se tiendront les dimanches 11 et 18 juin. Enfin, les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre 2017. Pour mémoire, la primaire de la droite est prévue pour les 20 et 27 novembre 2016, celle de la gauche les 4 et 11 décembre.