Brèves de primaire de la droite

Nos informations sur les coulisses de la primaire de la droite. Une primaire dont la campagne est officiellement lancée depuis le 21 septembre, Sarkozy agace Juppé, Mariton est courtisé, Pécresse lorgne sur Matignon, Bertrand se fait des ennemis, Wauquiez provoque, la gauche veut participer…

L’abécédaire de François Fillon

Le problème des politiques en période de campagne électorale c’est que la quasi-totalité des Français ne lisent pas les programmes qui sont, reconnaissons-le, bien indigestes. François Fillon propose un abécédaire très malin qui reprend astucieusement les lettres de l’alphabet, ce qui lui permet d’égrener son programme tout au long des 100 pages du document. Il commence avec le mot « Ambition » et se termine par le mot « Web » histoire, l’air de rien, d’ancrer sa démarche dans une certaine modernité. Entre les deux, il case le mot « Rupture », petit tacle à l’ancien Président de la République également dans le match de la primaire de la droite Nicolas Sarkozy. À la lettre E, François Fillon lance « Arrêtons d’emmerder les Français ! ».

Les slogans de Sarkozy

Nicolas Sarkozy est en train d’imposer son fameux « effet blast » annoncé en août. Si elle ne se traduit pas (encore ?) dans les sondages, l’omniprésence de Nicolas Sarkozy dans l’espace médiatique qu’il « sature » comme à son habitude agace au sein des candidats de la primaire. Le plus gêné est semble-t-il Alain Juppé qui, mise à part son « identité heureuse », n’a réussit à imposer aucun thème fort dans la campagne alors que l’ancien Président de la République nous produit une phrase choc dont il a le secret quasiment tous les jours ! Résultats, Alain Juppé parait fade et il doit envisager sérieusement d’organiser la contradiction et de markéter un peu plus sa campagne.

Et si les électeurs de gauche votaient à la primaire de la droite ?

La question est très souvent éludée par les responsables de LR quant elle ne suscite pas des sourires ironiques suivis de profonds soupirs. Néanmoins, elle est cruciale pour les candidats à la primaire. Selon Brice Teinturier, Directeur général délégué d’Ipsos, interrogé par Le Parisien, seuls 2% des électeurs de gauche envisagent aujourd’hui de voter à la primaire de la droite, néanmoins ils représenteraient tout de même 8% du corps électoral total de la primaire, un chiffre qui n’est pas négligeable. Deux tiers de ces électeurs inattendus dirigeraient leur vote vers Alain Juppé. Leur motivation principale est bien le « tout sauf Sarkozy ». Le dirigeant de l’institut de sondage ne manque pas de reconnaître qu’à ce stade il est difficile de mesurer réellement leur mobilisation, elle devrait dépendre du décollage ou non de Nicolas Sarkozy dans les sondages…

Valérie Pécresse en route vers Matignon ?

Si la présidente LR de la Région Île de France n’a toujours pas choisit le candidat qu’elle soutiendra dans le cadre de la primaire de la droite, les uns et les autres lui déroulent le tapis rouge. Fidèle de François Fillon, l’ambitieuse pourrait être tentée par un candidat en situation de l’emporter le 27 novembre. Actuellement, il lui reste donc une alternative assez simple : Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy. Le Maire de Bordeaux a d’ores et déjà déclaré au Monde « Valérie Pécresse a la stature pour être premier ministre, mais il y en a d’autres ». Quant à Nicolas Sarkozy il aurait déjà choisit François Baroin.

Le premier débat de la primaire sur BFMTV ou I Télé

Le 21 septembre, jour de la confirmation officielle des candidats autorisés à concourir à la primaire de la droite, BFMTV et I Télé se sont livrés à une course folle « au premier débat de la primaire ». À la même heure, les deux chaines revendiquaient être la première sur le podium, si BFMTV accueillait des parlementaires soutiens des candidats, I Télé pouvait néanmoins se targuer d’être la seule à accueillir sur son plateau un vrai candidat en la personne de Jean-Frédéric Poisson.

Jean-Frédéric Poisson n’a pas besoin de porte parole

Le septième candidat de la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate (PCD) assure personnellement la défense de son programme sur les plateaux de télévision. Visiblement peu débordé par des déplacements auprès des militants en province, il préfère s’assurer une visibilité médiatique maximale. Il espère sans doute négocier dans les meilleures conditions un strapontin ministériel en cas d’alternance.

Tensions autour des migrants

Le Président par intérim de LR a lancé une pétition contre le plan gouvernemental d’installation de migrants dans certaines communes de France afin de permettre le démantèlement du camp de Calais qui accueillerait plus de 10.000 migrants. Le maire FN de Hénin Beaumont avait lancé une pétition similaire. Xavier Bertrand, Président (LR) des Hauts-de-France souhaite quant à lui que Calais soit démantelé au plus vite afin que la ville puisse retrouver un peu de sérénité et que l’un de ses engagements majeur de la campagne de 2016 soit enfin tenu. Il a donc violemment reproché à Laurent Wauquiez son initiative de pétition, le comparant au FN. Quant à la Maire de Calais, Natacha Bouchart, elle soutient Nicolas Sarkozy qui est d’accord avec Wauquiez.

Bertrand ciblé par certains à LR

Après sa sortie contre la pétition de Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand s’est fait quelques amis de plus au sein de la direction de LR. Le 22 septembre, dès 6 heures du matin, les radios diffusaient des « off » de campagne qui expliquaient combien le Président des Hauts-de-France est critiqué dans son camp, il serait jugé « solitaire », « prétentieux » et peu solidaire de son parti politique. en cause ses positions sur les migrants mais également son engagement contre la nouvelle taxe, un temps envisagée par le gouvernement, et dont il a obtenu le retrait.

Patrick Buisson sort un livre sur Sarkozy

L’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, publie un livre le 29 septembre, dans lequel il étrille l’ancien Président de la République. L’ex-conseiller n’a pas digéré de ne pas avoir pu s’expliquer directement avec Nicolas Sarkozy après les révélations sur ses enregistrements de leurs conversations. Son ouvrage de 500 pages mélange des réflexions politiques avec des descriptions du comportement de l’ancien Président de la République. Selon Le Point il ne contiendrait pas de révélations fracassantes. L’auteur a prévu de s’exprimer au cours d’une interview télévisée.

Les débats télé de la primaire de la droite

Trois débats sont prévus à la télévision entre les huit candidats à la primaire de la droite. Le 13 octobre sur TF1 et RTL, le 3 novembre sur BFMTV et I TÉLÉ et le 17 novembre sur France Télévisions et Europe 1. Les règles du jeu précise ont été définies entre les candidats afin qu’une équité soit respectée.

Hervé Mariton courtisé après son éviction de la primaire

Que l’on apprécie ou pas ses prises de position, Hervé Mariton est combattif et défend bec et ongles ses idées. Jusqu’au dernier moment il cru que ses parrainages seraient validés et que sa participation à la campagne de la primaire de la droite serait ainsi confirmée. Ce ne fut pas le cas. Quelques parrainages valides lui ont finalement manqué. Il s’est néanmoins montré très digne et a refusé de se lancer dans de futiles polémiques avec sa famille politique, préférant envisager un autre avenir et la meilleure façon de faire exister ses idées dans le débat de la primaire. Il rencontre donc les candidats afin de se forger une opinion sur leur capacité à porter certaines de ses idées fortes comme la suppression du mariage pour tous ou le libéralisme économique. Sur la première question, seul Jean-Frédéric Poisson est d’accord avec lui mais il est souverainiste, quant au second sujet, François Fillon semble le mieux placé.

L’UDI va-t-elle soutenir Alain Juppé ?

Les tensions existent au sein de la famille centriste sur l’attitude à adopter en direction d’Emmanuel Macron, certains ne veulent pas en entendre parler, d’autres comme Jean-Christophe Lagarde souhaite maintenir un dialogue avec l’ancien ministre de l’Economie. Le patron de l’UDI entame également un rapprochement en direction d’Alain Juppé, il considère en effet qu’il est intéressant de s’inscrire également dans le débat de la primaire de la droite même si les centristes ont fait le choix de ne pas y participer formellement.

Dates de la présidentielle

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 23 avril 2017 et le second tour le 7 mai. Les élections législatives se tiendront les dimanches 11 et 18 juin. Enfin, les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre 2017. Pour mémoire, la primaire d’EELV est prévue le 19 octobre et le 6 novembre (second tour), celle de la droite est prévue pour les 20 et 27 novembre 2016, celle de la gauche les 22 et 29 janvier 2017.