Brèves de lobbying

« Les brèves de lobbying » apportent des éclairages sur des opérations passées ou en cours dans le domaine des relations institutionnelles. Une approche directe dont le but est de susciter la réflexion ou de donner des idées.

L’Ile de France en soutien des PME

Valérie Pécresse souhaite accompagner les PME d’Ile de France en leur facilitant l’accès aux mesures d’accompagnement régionales. Elle a présenté le dispositif « up » qui prévoit que le dirigeant pourra désormais formuler son projet et les services de la Région détermineront les aides mobilisables. Dès le mois de janvier, un site internet dédié sera mis en place afin de rendre encore plus simple les démarches des chefs d’entreprise. L’enjeu est de taille puisque la région représente quasiment 25% des créations d’entreprises françaises. Aide à l’innovation, à l’exportation ou encore à la modernisation des outils de production, ce sont 40 millions d’euros qui seront mobilisés pour les PME.

La chaîne d’information publique en roue libre

Alors que LCI vient de passer sur la TNT gratuite, le service publique s’apprête à démarrer, le 1er septembre, à priori sur le canal 27, sa chaine d’information avec peu de moyens et dans un contexte concurrentiel chargé. La présidente de France Télévision a fait de la création de cette chaîne, un axe majeur de sa candidature lors de son audition au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), c’est donc en parfaite connaissance de cette ambition qu’elle a été choisie par l’autorité de régulation pour présider le service public de télévision. Depuis, le CSA a réalisé une étude d’impact à l’occasion du passage de LCI en clair, étrangement sans prendre en compte l’arrivée de cette nouvelle chaine, ce qui inquiète les éditeurs privés, dont Alain Weill, qui demande une nouvelle étude d’impact. Manque de budget, programmation incertaine, contexte concurrentiel peu favorable, problème de nom… Cette chaine d’information publique suscite de nombreuses interrogations et les conditions de son lancement semblent de plus en plus déraisonnables.

Uber condamné organise sa riposte

Le service UberPop, qui a cessé son activité depuis juillet 2015, avait suscité l’ire des professionnels et des autorités. Uber a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 800.000 € d’amende dont la moitié avec sursis, ses dirigeants ont écopé d’amendes. Ce jugement n’est pas si sévère que cela mais la société américaine de faire appel. C’est l’avenir de l’économie collaborative qui se joue en creux, à ce titre le procès de la société Heetch le 22 juin sera suivi avec attention. En attendant, Uber organise sa riposte en matière de lobbying, elle vient de créer l’Union des acteurs de la mobilité (Unam) qui réunit des professionnels de la filière : formateurs, loueurs, sociétés de services etc. La firme américaine espère être moins en pointe et surtout unir les acteurs de la filière pour être entendue.

Les notaires seront plus nombreux

La réforme des professions réglementées était un axe fort de la Loi Macron. L’Autorité de la Concurrence a publié le 9 juin la nouvelle carte d’installation des notaires, conformément à la loi qui a souhaité faciliter les implantations de nouveaux professionnels. Les propositions de l’Autorités sont assez radicales puisque le nombre de notaires installés augmentera de 20% contre moins de 2% au cours des 10 dernières années. La carte identifie 247 zones à installation libre ainsi que 60 zones au sein desquelles les demandes de création de nouveaux cabinets seront étudiées. Cet appel d’air est une véritable aubaine pour les jeunes diplômés mais il constitue un risque selon les notaires installés, qui craignent une paupérisation de la profession. Le président de l’Autorité de la Concurrence, conscient des freins internes à la profession a d’ores et déjà annoncé la grande vigilance de l’Autorité sur les facilités d’accès qui seront réservées aux nouveaux notaires.

Crise démocratique à Notre-Dame-Des-Landes

Le 26 juin se déroulera le référendum sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes dans une ambiance électrique qui pourrait avoir de graves conséquences sur la viabilité du scrutin. Les pro et les anti aéroport s’affrontent depuis des années, la campagne du référendum exacerbent les tensions. Or, l’ambiance nationale actuelle où la violence semble être devenue le moyen normal de manifester son désaccord se retrouve bien évidemment sur place. Les associations favorables au projet d’aéroport redoutent que les actions des militants anti-aéroports éloignent les citoyens des bureaux de vote dont les accès risquent de s’avérer difficiles en raison de barrages. Pour l’heure, il s’agit plus de craintes que de réelles promesses des opposants à l’aéroport qui, quoiqu’il en soit, ne reconnaissent pas le référendum comme une conclusion à leur combat.

Les Français massivement touchés par l’euroscepticisme

L’étude annuelle du Pew Research Center (PRC) révèle que 61% des Français ont une opinion négative de l’Europe contre 38% il y a un an. Une envolée des eurosceptiques très nette qui n’est d’ailleurs pas propre à la France, ceux-ci prennent de l’ampleur dans quasiment tous les pays exceptés la Hongrie et la Pologne. Néanmoins, la France et la Grèce sont les plus défavorables à l’Europe, même en Grande Bretagne les avis sont plus équilibrés 48% d’opinions négatives et 44% d’opinions positives.

Les étranges lobbies de la loi Sapin 2

Le Parlement débat actuellement du second volet de la loi sur la transparence de la vie économique qui ambitionne, notamment, de proposer un cadre réglementaire pour les lobbies. Les porteurs d’intérêts seront désormais tenus de s’inscrire sur un répertoire numérique, géré par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique avant de rencontrer les décideurs publics. Seront néanmoins exclus de cette obligation les syndicats au prétexte qu’ils agiraient pour « l’intérêt général », une vision bien idéologique de l’entreprise puisque le Medef, la CGPME ou encore les fédérations professionnelles seront tenus de s’inscrire. D’un côté, les méchantes entreprises qui ne défendent que des intérêts particuliers et de l’autre les gentils syndicats qui défendent les citoyens… Plus caricatural, est-ce possible ?

Quand Google fait son lobbying

Google est la cible de plusieurs procédures européennes et en France le géant américain est soupçonné de ne pas se soumettre à ses obligations fiscales. Afin de redorer son blason, Google a lancé une vaste opération d’achat d’espaces pour communiquer sur son slogan « Google, moteur de réussites françaises » et comme un pied de nez, il n’hésite pas à mettre en avant ses partenariats avec des organismes publics comme l’INA. « En diffusant ses contenus cultes sur You Tube, l’INA a pu développer son audience dans le monde entier. Comme l’INA, 830 chaines en France ont franchi le cap des 100 000 abonnés grâce aux outils et bonnes pratiques fournis par You Tube » nous précisent les pages de publicité de la firme.

BeIN Sport et Canal retoqués

L’Autorité de la concurrence considère que les conditions ne sont pas remplies pour lever aujourd’hui l’interdiction de distribution exclusive de chaîne sportive premium qui pèse sur Canal Plus, en conséquence le mariage entre Canal + et BeIN Sport, sur lequel le groupe français comptait beaucoup pour relancer ses abonnements est dans l’impasse. Cette décision intervient alors que Canal avait proposé des engagements au marché. « Les circonstances de droit ou de fait prises en compte à la date de l’adoption de la décision 12-DCC-100 n’ont en effet pas été modifiées de manière significative au point de remettre en cause l’analyse concurrentielle menée en 2012 justifiant les injonctions n° 4(a) et 8(a), qui demeurent donc nécessaires » se justifie l’Autorité de la Concurrence ». Elle suit ainsi un grand nombre des recommandations du CSA.

Pollution automobile, rapport sénatorial rassurant

Le président du groupe « Mobilité et transports » au Sénat, Louis Nègre, vient de rendre un rapport attendu sur la pollution atmosphérique des moteurs. Ses conclusions apparaissent mesurées au regard du scandale Volkswagen et du choc qu’il a suscité tant auprès des consommateurs que des politiques. Le sénateur estime que les moteurs diesels récent polluent de « manière marginale » et que la montée en puissance des nouvelles générations de moteurs diésels associée à la disparition progressive des anciennes générations rend la technologie toujours intéressante. En effet, les moteurs diesels émettent « 10 à 20% de moins de C02 que les moteurs essence, ce qui les rend incontournables, dans la lutte contre le réchauffement climatique et en attendant le développement des motorisations décarbonées (électrique, hydrogène, etc.). Le sénateur insiste sur lé nécessité pour les constructeurs français de s’impliquer plus dans le développement de véhicules électriques ou à hydrogène.

Google recrute des lobbyistes de haut vol

Le Google Transparency Project vient de publier sa nouvelle étude sur le lobbying du géant américain. Elle relève que Google aurait embauché depuis 2005, 65 fonctionnaires de administration dans toute l’Europe. En France, ce sont 8 fonctionnaires qui ont été recrutés dans les domaines liés à la communication et aux médias notamment, voire au sein d’autorités de régulation. Quant au budget mobilisé par Google pour assurer son lobbying à Bruxelles il serait passé de 600.000 Euros en 2011 à plus de 3 millions depuis 2014. Google procède par infiltration, des fonctionnaires et responsables publics viennent travailler, avec leur carnet d’adresses, au sein de la firme quand d’autres la quittent pour intégrer des administrations publiques.

Opérations coup de poing

Face à la faible mobilisation dans les manifestations, la CGT fait le choix de privilégier les manifestations coup de poing : Rungis, blocages de sites industriels, de gares etc. Toutes les opérations sont bonnes pour créer de la gêne sans préavis auprès des usagers. La grève du ramassage des ordures à Paris s’inscrit également dans cette stratégie. Elle sera étendue à la province au fur et à mesure, surtout dans les services assurés en régie publique. La CGT promet un nouveau durcissement du conflit, l’enjeu pour elle est de maintenir la mobilisation jusqu’à la journée de mobilisation nationale du 14 juin, malgré les multiples et coûteuses avancées déjà consenties par le gouvernement.