Brèves de lobbying

 « Les brèves de lobbying » apportent des éclairages sur des opérations passées ou en cours dans le domaine des relations institutionnelles. Une approche directe dont le but est de susciter la réflexion ou de donner des idées.

Course à la plainte entre Medef et CGT

Pierre Gattaz a donné une interview très remontée au Monde le 30 mai dans laquelle il a traité la CGT de « terroriste » pour son comportement dans le blocage de la France. Extrêmement remonté, le patron de la Centrale, Philippe Martinez, a annoncé que celle-ci porterait plainte contre Pierre Gattaz pour ses propos. Dans la foulée, le Medef demandait aux chefs d’entreprise pour lesquels les blocages de la CGT entraînaient des pertes de chiffre d’affaires de porter plainte contre elle. Pierre Gattaz a retiré le mot « terroriste » mercredi 1er juin lors d’une interview sur RTL en précisant qu’il était « totalement inapproprié », il a toutefois martelé « dans mon interview, hormis le mot terroriste, tout le reste est valable ».

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSROOM

La CGPME se mobilise pour aider les TPE, PME et artisans

Après les conflits sociaux, les inondations viennent un peu plus perturber l’activité économique et elles mettent en danger un grand nombre de petites entreprises. La CGPME nationale se mobilise et a demandé à ses unions territoriales de se tenir à la disposition des chefs d’entreprise en difficulté. Elle demande également la mise en place d’un report du paiement des cotisations sociales pour les entreprises ayant à subir des pertes d’activité du fait de ces inondations ou du fait des mouvements sociaux récents.

Ce cher Euro 2016

L’Euro est un allié inattendu pour les manifestants et autres bloqueurs de l’économie française. Le gouvernement s’est mis en tête de désamorcer une à une les revendications multiples qui se servent de l’Euro comme moyen de pression pour obtenir gain de cause. SNCF, Air France, Loi travail, les uns et les autres bénéficient d’un traitement spécial avant le démarrage de la compétition. Il s’agit pour le gouvernement de faire en sorte que les français et les touristes qui seront présents en France à cette occasion puissent bénéficier d’infrastructures à peu près en état de marche afin d’éviter les impacts économiques liés à une mauvaise image et les effets politiques internes.

La sécurité des fan zones en question

Les responsables des forces de l’ordre tirent la sonnette d’alarme sur les fan zones mises en place à l’occasion de l’Euro 2016. Ils craignent que les forces de l’ordre « lessivées » par des mois de plan vigipirate et des semaines de tensions liées à la loi travail ne soient pas en mesure de sécuriser dans les meilleures conditions ces fan zones. Ils relèvent en outre une radicalisation inquiétante des comportements observés ces dernières semaines lors des manifestations avec des scènes de violence auxquelles s’ajouteront sans doute des personnes en état d’ébriété avancée et des comportements de supporters imprévisibles, tout cela venant accroître les risques liés au terrorisme.

Berger et Martinez, deux syndicalismes

La rencontre organisée sur RTL entre Laurent Berger et Philippe Martinez, respectivement patrons de la CFDT et de la CGT, le lundi 30 mai était un joli coup pour la radio. Ce débat animé par Alain Duhamel et Marc-Olivier Fogiel a mis en exergue les différences entre les deux syndicats, il a également surpris par la complicité et la courtoisie entre les deux responsables syndicaux qui visiblement se respectent et se tutoient. Les auditeurs ont compris que ces deux spécialistes du lobbying social n’ont pas la même stratégie. Même s’il manquait souvent d’arguments, Philippe Martinez revendiquait sa posture radicale pour obtenir toujours plus quand Laurent Berger affichait sa démarche de dialogue pour obtenir … toujours plus et le patron de la CFDT d’aligner les avancées (ou reculades) négociées sur la loi travail sans avoir besoin de recourir au blocage du pays…

La réforme de la SNCF victime de l’Euro

Le dernier week end de mai a été consacré par le gouvernement au déminage des conflits à venir ou déjà amorcés. À la SNCF il a été décidé de passer outre le PDG qui essaie d’engager une vaste réforme, qui concerne notamment la difficile question du temps de travail, avec pour objectif de satisfaire un maximum de syndicats afin d’éviter un blocage des déplacements ferroviaires pendant l’Euro 2016. Résultat : au 2 juin trois des quatre syndicats qui appelaient à la grève avaient retiré leur appel. Du côté de la direction, ce désaveu en pleines négociations sur la réforme interne a été très mal vécue et la presse en a été informée afin d’allumer un contre feu. Le gouvernement rechignerait à accorder, en contre partie, au PDG une renégociation de sa dette qui s’élève à 50 milliards d’euros. Sans cette réforme de la productivité interne il est peu probable que la SNCF soit en mesure de résister à l’ouverture du secteur à la concurrence et de faire face à ses engagements. C’est donc l’avenir même de la compagnie qui est désormais devenu totalement incertain.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSROOM

Les animaux ont également leurs lobbyistes

Ces derniers mois, les reportages en caméra cachée de l’association L214 ont été ravageurs pour les industriels de la viande tant les images rapportées par ces activistes étaient violentes et révélaient une cruauté gratuite à l’égard des animaux d’élevage ou d’abattoirs. À côté de ce lobbying radical, les animaux disposent d’un lobbyiste de prestige et qui maîtrise parfaitement les rouages de l’Etat en la personne de Louis Schweitzer. L’ancien industriel, patron de Renault, est le président de la Fondation Droit Animal, il propose la création d’un étiquetage du bien-être animal. Cet étiquetage, réalisé sur le modèle de celui des oeufs, révèlerait les conditions d’élevage et d’abattage des animaux concernés. La Fondation Droit Animal souhaite miser sur le volontariat des entreprises et des consommateurs, elle propose de faire confiance à une bonne information et sur l’éthique de chacun.

Les sondeurs anglais dans le brouillard

Il y a quelques jours, Barack Obama en personne avait fermement soutenu le maintien du Royaume-Uni au sein d’une Union Européenne unie, les sondages mesurant les intentions de vote pour le référendum prévu le 23 juin avait alors révélés une envolée des pro-maintien. Les dernières intentions de vote traduisent plutôt un vote très serré, les anglais hésitant visiblement entre maintien et liberté totale vis-à-vis de l’Europe. Ceci dit, une polémique monte en Angleterre au sujet de la fiabilité des sondages et des méthodologies utilisées par les sondeurs. En 2015, ils avaient lourdement échoué à déceler l’élection de David Cameron. Sans outil de mesure de l’opinion vraiment fiable, difficile pour les uns et les autres d’adapter leurs messages, il faudra vraisemblablement attendre le 24 juin au matin pour savoir quel sera l’avenir de l’Europe.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSROOM

Vifs débats à l’AMF au sujet des communes

Situation paradoxale au Congrès de l’Association des Maires de France (AMF), les maires dénoncent leur perte de pouvoir au profit des communautés de communes et des grands regroupements au sein de communes nouvelles. Alors qu’ils restent les élus préférés des Français, la nouvelle organisation territoriale organise peu à peu leur effacement au profit de super-structures jugées plus aptes à gérer les enjeux des territoires mais qui sont également menacées par une très forte politisation et traversées par de multiples tensions liées aux majorités qu’elles dégagent. La réforme territoriale en cours de déploiement prévoit même l’élection au suffrage universel du président communautaire, une étape supplémentaire vers la disparition des petits maires et avec eux de la notion de commune ?

Le Brexit serait très couteux pour les anglais

L’OCDE vient de publier son rapport sur les perspectives de l’économie mondiale accompagné d’une note spéciale consacrée au Brexit. L’organisation estime que le Royaume Uni perdrait environ 5% de son PIB d’ici à 2030 en cas de rupture avec l’Union Européenne, il serait de 1,25 à 1,5% dès 2018. La perte de confiance des ménages britanniques entraineraient une montée de l’épargne de l’ordre de 1 point ce qui aurait pour conséquence de voir la consommation baisser, enfin la Livre Sterling serait probablement dévaluée d’environ 10%. Évidemment, cette situation aurait des répercussions également sur les autres pays de l’Union.

Le livre noir des syndicats

Paru à la mi-mai, l’ouvrage des journalistes Rozenn Le Saint et Erwann Seznec prend toute sa saveur avec l’actualité sociale mouvementée qui bloque la France depuis des semaines. Les auteurs décryptent les rouages du syndicalisme français et dressent un portrait sévère de la situation de syndicats dont le nombre des adhérents ne cesse de baisser quand les permanents continuent de se développer… « Le livre noir des syndicats » (Robert Laffont) est composé de courts chapitres charpentés qui traitent chacun d’un sujet étayé. On y découvre les modes de financement pas toujours clairs, les comportements de permanents qui perdent le lien avec la réalité et des motivations qui n’ont pas toujours grand rapport avec la défense des salariés. Édifiant.