Brèves de lobbying

Nouvelle rubrique dans la Newsroom de Sountsou « Les brèves de lobbying » apportent des éclairages sur des opérations passées ou en cours dans le domaine des relations institutionnelles. Une approche directe dont le but est de susciter la réflexion ou de donner des idées.

Fiers d’être artisans !

La CGPME (Confédération Générale des PME), le CNPA (Conseil National des Professions de l’Automobile), la FEP (Fédération des Entreprises de Propreté), la FFB (Fédération Française du Bâtiment) et Artisans de notre Avenir ont lancé la campagne de communication « Fiers d’être artisans » qui s’inscrit dans le cadre de la campagne électorale aux Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA). Cette campagne a pour objectif de porter un regard neuf sur l’artisanat et de valoriser le travail réalisé par les chefs d’entreprise. « Fiers d’être artisans » se décline sous forme d’affiches, de cartes postales et de cinq vidéos. Pour compléter ce dispositif, le site internet www.fiersdetreartisans.fr reprend l’intégralité de l’actualité de la campagne, des vidéos, des infos pratiques et des sondages hebdomadaires.

Uber organise son lobbying

Uber n’est pas réputée pour faire les choses à moitié. La start-up, dont la valorisation frôle les 50 milliards de dollars, crée un « comité de conseil en politique publique ». Son rôle sera de conseiller la firme américaine sur ses actions vis à vis des régulations des différents pays et en matière d’image. Une sorte de Board en lobbying, du grand art ! Lorsque l’on s’intéresse aux personnalités retenues pour figurer dans ce « comité » on comprend mieux à la fois les objectifs et les ambitions d’Uber : un ancien secrétaire américain aux Transports, l’ex-président de l’autorité de la concurrence australienne, une princesse saoudienne ou encore un ancien Premier ministre péruvien… Neelies Kroes vient de rejoindre cet aréopage, l’ancienne commissaire européenne en charge des nouvelles technologies avait défendue Uber contre les autorités belges en 2014.

 

Le lobbying dans la loi

Fin mai les parlementaires vont discuter la loi Sapin II et son article 13 qui ambitionne de réguler les activités des représentants d’intérêts. Si la démarche est globalement jugée intéressante et utile, beaucoup estiment qu’elle reste incomplète et que les parlementaires vont avoir du travail pour enrichir cet article. Le fait que le lobbying soit enfin reconnu est une bonne nouvelle. Néanmoins, l’article 13 dans sa rédaction actuelle comporte de nombreuses approximations et quelques oublis qui pourraient poser problème. Ainsi, il est étrange que certains lobbyistes soient exclus de l’obligation de se déclarer au répertoire national, en l’état actuel, syndicat, entreprises publiques et représentants religieux ne sont pas concernés. En outre, l’article 13 semble viser essentiellement les lobbys et encore assez peu le gouvernement voire les parlementaires dont on sait que certains peuvent être les meilleurs défenseurs de certaines causes auxquelles ils sont liés. La loi Sapin 2 apparait en l’état comme une introduction au sujet du lobbying qui pose de nombreuses questions mais qui est également un éléments indispensable au bon fonctionnement de notre vie démocratique. Encore faut-il qu’il soit exercé avec transparence et dans le respect de l’éthique.

Grandes manoeuvres autour de la loi travail

Madame El Khomry n’aura donc aucun répit. Les débats de sa loi travail au Parlement s’annoncent particulièrement difficiles et il n’est pas exclu que le gouvernement soit contraint à recourir au 49-3 voire purement et simplement à la retirer… Les frondeurs et la gauche de la gauche multiplient les amendements (près de 5000) et comptent bien procéder à une obstruction parlementaire au cours des débats. Même si les amendements sont en grande majorité des copié-collé ils devront être débattus, ce qui promet des heures de palabres sans grand intérêt. Le gouvernement est pris en tenaille entre le monde économique qu’il déçoit une fois de plus et sa majorité qui en demande plus. L’enjeu pour cette dernière n’est pas tant la présidentielle que sauver sa peau aux législatives qui suivront.

Le Medef joue déjà l’alternance

Du côté du patronat on ne croit plus vraiment aux chances de François Hollande de se maintenir à l’Élysée en 2017, alors on mise tout du côté des candidats de la primaire de la droite. Les différents responsables du Medef font le siège des différents staffs de campagne pour « vendre » leurs propositions en vue des différents projets présidentiels qui seront défendus dès la rentrée de septembre devant les Français. Ils ont raison car la primaire est un rendez-vous à utiliser pour les lobbyistes qui veulent faire entendre la voix de leur mandants.