Brèves de lobbying

L’actualité du lobbying de la semaine autour des institutions et des entreprises. Une sélection d’informations effectuée par l’équipe de Sountsou.

UFC-Que choisir s’attaque à l’étiquetage énergétique

L’étiquetage énergétique des produits disponibles date de 2010, pour l’UFC-Que Choisir il est temps de revoir ce système afin de tenir des évolutions techniques et, surtout, de mettre en perspective la durée de vie des produits. E ce qui concerne l’étiquetage, l’association souhaite revenir à l’échelle en vigueur avant la réforme de 2010, ce qui supprimerait les 4 échelles de A et réintroduirait une classification de A à G. L’association préconise également d’afficher la durée de vie des produits afin que les consommateurs sachent à quoi s’en tenir, elle soutient également une adaptation de la période de garantie à la promesse de durée de vie. L’UFC-Que Choisir souhaite faire du lobbying à Bruxelles afin que ses propositions soient retenues dans le cadre de la refonte de deux directives relatives à l’étiquetage en matière d’énergie.

Cette fronde des policiers qui signe l’échec des syndicats

La colère est montée peu à peu, presque dans l’indifférence générale. Les policiers sont soumis à dure épreuve dans leur quotidien. Si certains politiques feignent de découvrir des conditions de travail qui n’ont cessé de se dégrader ces dernières années, les citoyens qui ont eu affaire avec un commissariat ont pu se rendre compte de l’état des matériels, c’est dire ce que doit-être la partie cachée… Mais ces fonctionnaires ne bénéficient pas vraiment d’un droit de parole eu égard à leur statut, ils ont plus volontiers le droit de se taire. Néanmoins, les manifestations de la loi travail, les impératifs de l’état d’urgence et les multiples contraintes qui leurs sont imposées comme les factions ou les surveillances de sites aussi ridicules que fatigantes et dévalorisantes ont eu raison de leur patience. Alors, en dehors de toute institution et hors de toute démarche syndicale, ils crient leur colère dans la rue, chaque soir, pour essayer d’être entendus, pour simplement rappeler que derrière le « flic » corvéable à merci, il y a des femmes et des hommes. Le gouvernement vient de débloquer 250 millions d’euros pour moderniser le matériel et rénover les locaux.

Mauvaise passe pour l’audiovisuel public

Un rapport de la Cour des comptes, publié le 24 octobre, contient une critique au vitriol de France Télévision que les experts de la rue Cambon considère en crise financière profonde faute de réforme structurelle. Les dérives budgétaires sont notamment pointées ainsi que quelques éléments de gestion bien cocasses. L’autre source d’inquiétude pour les dirigeants du service public de l’audiovisuel provient du Sénat. Les sénateurs ont, coup sur coup, retoqués le COM de France Télévision et le budget de la mission Média du Budget 2017 et le compte avances pour l’audiovisuel public. Si ces votes sont sans conséquence immédiate, ils annoncent la volonté de la nouvelle majorité d’engager une vaste réforme du secteur audiovisuel public en cas d’alternance.

Les artisans proposent « 13 priorités pour le quinquennat »

L’Union professionnelle artisanale (UPA) vient de publier ses 13 propositions pour le quinquennat dans le but de peser dans le débat présidentiel de 2017. Il ne faut pas s’étonner que la priorité est d’assurer un meilleur développement de l’apprentissage. Elle préconise que les contrats d’appentis soient assortis d’une période d’essai de six mois et que l’orientation des élèves ne soit plus opérée par l’Education Nationale seule mais en association avec des acteurs des territoires. L’UPA souhaite également que le CICE soit pérennisé sous la forme de baisses de charges, une mesure déjà défendue par les candidats de la droite. L’UPA insiste également sur les spécifiés des TPE et PME, notamment dans le droit du travail, elle souhaite que l’accord de branche reste le socle des accords. Une opération de lobbying qui devrait se décliner jusqu’en juin 2017.

Le gouvernement s’attaque aux chômeurs-entrepreneurs

Passe d’armes entre le gouvernement et sa majorité dans le cadre de la préparation du Budget 2017. Dans sa version initiale un texte prévoyait d’amoindrir considérablement les effets de l’aide à la création et à la reprise d’une entreprise (Accre). 13% des bénéficiaires auraient été touchés par l’introduction d’une dégressivité du bénéfice de l’ancre en fonction du revenu du créature ou du repreneur d’entreprise. Une bien étrange démarche qui consiste à s’attaquer à un dispositif qui bénéficie aux chômeurs qui font le choix de se prendre en charge et de se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Une fois de plus, ce sont donc les entrepreneurs qui sont ciblés. Le gouvernement a finalement accepté d’amender son projet et de ne viser que 8% des bénéficiaires de l’Accre. On peut toutefois s’interroger sur cette réformette qui devrait, certes, permettre d’économiser quelques millions d’euros mais qui apparait surtout assez symbolique.

Prix du Livre politique Edgar Faure 2016

L’ouvrage du président de Sountsou-Affaires Publiques, « Entrepreneurs, faites-vous entendre des politiques ! – Secrets du lobbying efficace » a été pré-sélectionné dans le cadre du Prix Edgar Faure du Livre Politique, qui fête son dixième anniversaire cette année.