Brèves de lobbying

« Les brèves de lobbying » apportent des éclairages sur des opérations passées ou en cours dans le domaine des relations institutionnelles. « Les brèves de lobbying » de la Newsroom de Sountsou proposent une approche directe dont le but est de susciter la réflexion ou de donner des idées.

Après les attentats, le tourisme frappé en plein coeur 

Le terrible attentat du 14 juillet à Nice aura des effets économiques importants. En effet, la Côte d’Azur représente à elle seule 1% du tourisme mondial et elle contribue donc fortement au PIB de la France. Dès le lendemain, les premières annulations affluaient dans les différents établissements hôteliers de la Côte, mais c’est surtout l’avenir qui est en question.

Les futures réservations pour les courts séjours hors saison estivale risques d’être très limitées et les professionnels du tourisme pourraient souffrir durablement des effets de cet attentat, le premier de cette ampleur en province. À elle seule, la ville de Nice génère 1,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires grâce au tourisme. Or, les touristes étrangers, notamment les américains, sont très sensibles aux sujets liés à la sécurité. Les professionnels vont donc s’organiser sans tarder mais il va leur être difficile de communiquer sur la sécurité retrouvée, en effet la répétition des attentats rend la destination France incertaine pour de nombreux touristes étrangers.

Boris Johnson tire son épingle du jeu

Haro sur le traitre ! Boris Johnson aura finalement eu le dernier mot sur son ex allié Michael Gove qui avait fait le choix de le trahir in extremis dans la course au 10 Downing Street. Exit Gove qui ne fait pas partie du Cabinet de la nouvelle première ministre Theresa May, quant à Johnson il devient secrétaire au Foreign Office mais il n’aura pas la responsabilité directe de gérer le Brexit puisque c’est David Davis qui devra négocier les conditions de sortie de l’Union Européenne au nouveau poste de Secretary of State for exiting the UE…

La croissance en danger ?

Le gouvernement prévoyait une croissance de 1,5% en 2016. Le vote du Brexit et les attentats risquent fort de remettre en question cette prévision qui pourrait se révéler trop optimiste. En effet, un attentat entraine systématiquement des reculs de consommation voire des gels d’investissements dans le trimestre suivant. Jusqu’à présent, en France, les indicateurs repassaient au vert au plus tard au cours du semestre suivant l’attenta. Néanmoins, la récurrence de ces évènements dramatiques, leur survenance en province avec des modes opératoires différents pourraient avoir des conséquences imprévisibles sur la croissance et sur l’emploi.

Et si le Brexit relançait l’idée européenne ?

C’est le paradoxe du sondage réalisé par l’IFOP dans six pays européens après le Brexit. Cette étude réalisée à la demande de la Fondation Jean Jaurès et de la Fondation européenne d’études progressistes, publiée dans Le Monde, révèle un sursaut de l’adhésion des pays aux valeurs européennes. La France et l’Allemagne enregistrent même une progression de 20 points par rapport à 2014. 59% des italiens considèrent que c’est « plutôt une bonne chose d’adhérer à l’Union Européenne », 89% des polonais, 67% en France et 81% en Allemagne. Si l’Euro est plébiscité par les six pays sondés, toute idée de l’élargissement de l’Union Européenne est rejetée, notamment vers la Turquie.

Google à nouveau visé par Bruxelles 

Et de trois. La Commission européenne vient d’engager une troisième procédure contre Google pour abus de position dominante. Après la procédure relative au système d’exploitation pour smartphones Android, celle concernant le service de comparaison de prix Google Shopping, cette troisième procédure concerne les pratiques publicitaires du groupe américain. La Commission reproche à Google d’empêcher à d’autres régies publicitaires d’accéder à son moteur de recherche pour proposer à leurs clients des publicités contextualisées. Google s’expose à une amende qui pourrait représenter jusqu’à 10% de son chiffre d’affaires concerné, même s’il y a possibilité pour les parties de négocier un accord. Bruxelles a également ajouté un additif à la procédure engagée dans le cadre de Google Shopping, la Commission aurait en effet recueillie de nouvelles preuves en ce qui concerne les pratiques du géant américain. La situation de Google est inconfortable puisque le géant américain est le seul à faire l’objet de trois procédures distinctes pour abus de position dominante.

Les députés s’attaquent à la dette

Le rapport de la mission d’évaluation et de contrôle de l’Assemblée Nationale sur l’évolution de la dette publique est sévère. Il relève que depuis 1974 aucun budget de l’Etat n’a été adopté à l’équilibre et que le poids de la dette est passé de 20% du PIB à la fin des années 70 à près de 96% en 2015. Une explosion des dépenses publiques non compensées par des recettes est responsable de cette situation aggravée par un mode de financement inadapté puisqu’il provient essentiellement des marchés de capitaux. Ainsi, l’Etat est en quasi-incapacité de se désendetter, une situation intenable. Les auteurs proposent une série de mesures afin de mieux gérer la dette publique, parmi lesquelles un plafonnement du montant annuel des remboursements avec la mise en place d’un niveau de soutenabilité calculé en fonction de la croissance du PIB et de l’inflation.

La Cour des comptes appelle à plus de solidarité avec nos séniors

Dans un rapport sur les personnes dépendantes, la Cour des comptes rappelle que la France devra assumé à l’horizon 2060 une population de plus de 80 ans qui représentera 11% de sa population totale, elle devra gérer près de 2,3 millions de personnes qui ne seront plus autonomes. La Cour des comptes relève que la France reste mal préparée à cette situation inédite et qu’elle n’est pas prête à accompagner le maintien à domicile des personnes dépendantes. La Cour des compte dénonce un manque de connaissance à la fois des besoins des personnes dépendantes et des services disponibles, elle note également une dispersion des finances possibles de la dépendance. Pire des dispositifs concurrents ont été mis en place au fil des années alors que les familles et les bénéficiaires auraient besoin d’une offre centralisée et d’un interlocuteur unique pour que les aides puissent être mobilisés efficacement. La Cour des Comptes cible également le coût de la dépendance qui passerait de 10 milliards à 17 milliards d’euros avec un poids de plus en plus important sur les ménages qui devront assumer 18% de ces dépenses contre 9% aujourd’hui, elle recommande donc de moduler l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) en fonction des revenus de ses bénéficiaires.

Google contre-attaque

Accusée depuis plusieurs semaines de piller le répertoire des artistes aux plan mondial sans verser de revenus en rapport avec leur rôle dans le succès de You Tube, Google contre-attaque et publie son rapport annuel contre le piratage. Depuis 2007, son système de rémunération des artistes a généré 1,8 milliards de d’euros de revenus pour les ayants droit, dont 1 milliard depuis 2014. Mais Google doit également faire face aux critiques des industriels du disque qui pointent les  2 milliards de dollars générés par les 68 millions d’abonnés à des services de streaming payant face aux 900 millions d’utilisateurs de You Tube qui n’ont généré que 634 millions de recettes en 2015. Les industriels du disque dénoncent le manque de transparence du système de rémunération de You Tube et continuent de demander à la Commission européenne de poser de nouvelles règles. Ce qu’elle fera à la rentrée de septembre en proposant une réforme du droit d’auteur.

Manuel Barroso pantoufle chez Goldman Sachs

Le vote du Brexit n’aura donc pas suffit. L’ancien dirigeant de la Commission européenne Manuel Barroso vient d’annoncer qu’il rejoignait la banque américaine Goldman Sachs. Un mélange des genres pour de nombreux députés européens et une forme de provocation pour la France qui estime par la voix de son Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir que « Monsieur Barroso fait le lit des antieuropéens ». Monsieur Barroso aura pour mission de conseiller la banque sur la gestion post-Brexit au poste de président non exécutif. L’ancien président de la Commission européenne a bien respecté les règles internes à celle-ci. C’est pourquoi la France a demandé un renforcement de ces règles.

Toujours moins de Français pour payer l’impôt sur le revenu

Le rapport annuel de l’administration fiscale (DGFIP) relève 45,64 % des foyers fiscaux français ont payé l’impôt sur le revenu en 2015, soit une baisse de presque 2 points par rapport à 2014. Les mesures gouvernementales prises en 2015, notamment la suppression de la première tranche du barème de l’impôt ont rendu 800.000 foyers fiscaux non imposables. En 2016, la part des foyers fiscaux imposables devrait encore diminuer. Les gestes fiscaux accordés par le gouvernement sont estimés par l’administration à 5 milliards d’euros et devraient permettre à 12 millions de foyers de payer moins d’impôts sur le revenu en 2016. Ceci dit, la question du poids de l’impôt sur le revenu sur un nombre réduit de Français sera vraisemblablement posé pendant la campagne présidentielle et l’idée d’un impôt universel devrait refaire surface, à droite comme à gauche.

Le FMI revoit la perspective de croissance française à la baisse

Suite au Brexit, le FMI a publié son étude annuelle sur la France et il estime que les effets du Brexit devraient peser sur la croissance du pays à partir de 2017. En conséquence, l’institution revoit les perspectives de croissance de la France à la baisse les ramenant de 1,5% à 1,25% pour 2017. Le Fonds en profite pour inciter une fois de plus la France à enclencher de véritables réformes structurelles et à assainir ses finances publiques. Cette note a été rédigée avant l’attentat de Nice qui pourrait également avoir un impact sur la croissance.