Autoroutes : Haro sur les concessions

Après les rapports sévères de la Cour des Comptes et de l’Autorité de la Concurrence à l’égard des sociétés d’autoroutes, ce sont à présent les députés qui s’attaquent aux concessions.

Jean-Paul Chanteguet député de l’Indre, propose des pistes de solutions autrement plus radicales que le rattachement du secteur autoroutier à l’ARAF, le régulateur du secteur ferroviaire, envisagé par le ministre de l’Industrie, Emmanuel Macron. Le Président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire souhaite une dénonciation des contrats des sociétés concessionnaires pour « raison d’intérêt général ».

Le rapporteur de la mission parlementaire d’information sur les sociétés d’autoroute veut frapper un grand coup et sa proposition est de fait un pavé dans la marre. Si elle devait être retenue, la résiliation des contrats des concessionnaires aurait sans doute des répercussions économiques massives pour ces derniers. Mais le parlementaire n’en a cure, il veut profiter de la période de préavis de cette dénonciation pour renégocier les contrats et, pourquoi pas, les confirmer ensuite, sur la base de nouvelles conditions notamment tarifaires. Sa détermination est totale, si aucun accord n’était trouvé il ne craint pas de lancer de nouveaux appels d’offres voire de mettre les autoroutes en régie.

Il n’en reste pas moins que cette dénonciation de contrat aurait une conséquence budgétaire lourde puisque son coût est estimé à environ 40 milliard d’euros… L’Etat ne semble pas prêt à assumer une telle extrémité et les sociétés d’autoroute n’ont sans doute pas dit leur dernier mot…