Union nationale contre le chômage ?

Après le choc des élections régionales, les politiques rivalisent d’idées pour montrer à leurs concitoyens qu’ils ont compris le message et qu’ils entament une mue attendue de tous. C’est le chômage qui semble être la cible principale de cette union transpartisane demandée par quelques uns. 

Les discours de Xavier Bertrand et Christian Estrosi, devenus respectivement président de la nouvelle grande région Nord-Pad-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte-d’Azur, détonnent avec ceux qu’ils tenaient avant la campagne pour les élections régionales. Il est vrai que, depuis, ils ont eu à affronter un premier tour calamiteux et à fêter une victoire inaccessible sans le retrait du PS pour le second tour. Ce scrutin aura sonné comme une prise de conscience que les deux élus semblent vouloir traduire rapidement en actes concrets.

Xavier Bertrand a été le premier à frapper très fort dans l’entre deux tours avec son tonitruant « Qu’il se taise ! » à l’adresse de Nicolas Sarkozy, dont il semble s’être totalement émancipé. Dès l’annonce de sa victoire, le nouveau président régional a souhaité installer une image différente du politique traditionnel. Et comme des paroles aux actes, il n’y a parfois qu’un pas, il a immédiatement renoncé à ses mandats de député et de maire de Saint Quentin ainsi qu’à ses ambitions de conquête présidentielle nationale. Ainsi, Xavier Bertrand se consacre désormais à plein temps à son mandat régional et à la lutte contre le chômage. Avant même d’être formellement élu par l’Assemble régionale, il a inauguré avec le président de la République un premier monument, acte symbolique d’une union transpartisane qui commence à se dessiner.

L’ancien premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, a quant à lui lancé le mercredi 16 décembre un appel à l’union nationale contre le chômage, immédiatement ponctué, via Twitter, par un lapidaire   mais concret « ok » de l’actuel premier Ministre, Emmanuel Valls. Dans la foulée, l’annonce était faite d’une rencontre entre le président de la République et les nouveaux présidents de Régions autour de la thématique du chômage dès les premiers jours de janvier afin de mettre en place un plan d’actions à partir des exécutifs régionaux.

Vont-ils s’appuyer sur les propositions dévoilées le 15 décembre par Pierre Gattaz dans le cadre de son « état d’urgence contre le chômage » ? En tout cas, le patron du Medef n’a pas perdu de temps en publiant un document de travail très complet qui compile ses propositions : exonération totale des charges sociales pour les bas salaires, nouveau barème pour les indemnités prud’homales, CDI sécurisé pour faciliter les ruptures de contrat de travail…

Le chômage, ce fléau qui ronge la société française, n’est que la partie visible des conséquences de notre système sclérosé de l’intérieur, il faudra vraisemblablement beaucoup plus que quelques mesures ponctuelles pour le résoudre. Néanmoins, le mouvement semble lancé. Durablement ?