Ras-le-bol du lobbying anti-entreprise !

 

Cette tribune a été publiée dans Le Cercle Les Échos.

Les entreprises sont victimes d’un lobbying anti-entrepreneurial rampant, sournois et dévastateur dont l’ensemble de notre économie paie les effets.  

L’accueil de Pierre Gattaz, président du Medef, lors de l’émission On n’est pas couché sur France 2, par une horde de manifestants issus du mouvement Nuit Debout, n’est que le reflet de l’ambiance anti-entreprise qui règne dans ce pays.

Les manifestants portaient samedi soir des masques représentant des hommes politiques, dont certains sont mêlés à des affaires. Même si ces derniers bénéficient bien entendu de la présomption d’innocence, on voit bien que l’objectif des agitateurs de plateau était de créer un raccourcit entre Pierre Gattaz, présenté comme le représentant des entreprises, et ces responsables afin de les confondre dans le même « Tous pourris » à la mode.

Un lobbying anti-entreprise systématique

Les manifestations autour de la loi travail ont été lancées autour des assouplissements pro-entreprises que le texte était censé poser. Ainsi, les animateurs du mouvement ont cristallisé leur action contre l’entreprise, d’abord avec la pétition de Caroline de Haas, puis avec les manifestations initiées par l’UNEF, enfin par les Nuits Debout. L’entreprise est devenue le bouc émissaire de revendications multiples dont, au final, très peu la concernent directement.

Qu’il y ait des raisons d’être inquiets face à la situation économique voir aux incertitudes de l’avenir, certainement. Mais est-ce le monde de l’entreprise qui creuse le déficit de la France ? Est-ce le monde de l’entreprise qui est responsable de notre incapacité à accrocher la croissance ? Les entrepreneurs sont-ils responsables du record européen de fiscalité qui pèse sur les Français ? Les chefs d’entreprise sont-ils à l’initiative des lourdeurs administratives, réglementaires, fiscales qui rongent notre économie ?

Ce mouvement est une sorte de catharsis autour d’une anxiété collective qui trouve ses sources dans le rejet d’un quinquennat décevant ainsi que dans les craintes suscitées par un avenir incertain qui verra sans doute s’imposer de nouvelles formes de travail. Néanmoins, pendant que quelques milliers de personnes manifestent, que des agitateurs envahissent un plateau et que quelques autres occupent les tribunes médiatiques, des millions de Français travaillent, créent de la richesse, réalisent leur passion. Nuit Debout n’est pas la France. Nous sommes victimes d’un lobbying anti-entreprise systématique et porté par des politiques irresponsables, dont certains sont au pouvoir.

C’est Gavroche dans la rue, les Ténardiers au Medef !

C’est la représentation de l’entreprise et de l’entrepreneur qui est sans cesse caricaturée et déformée. Par nos politiques d’abord, sur le projet de loi travail ce sont bien les entreprises qui sont l’élément clivant du texte. Dans toutes les manifestations, ce sont les « patrons » qui sont montrés du doigt, désignés comme des exploiteurs dont le seul objectif serait de licencier. Le terme « patron » est presque devenu une insulte dans ce pays. L’un des slogan phare des manifestations est « Nous ne sommes pas de la chair à patron ». Voir des jeunes qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise, être si virulents à l’égard de l’entrepreneuriat, c’est à la fois triste et mortifère. Comme si nous étions aux balbutiements de la Révolution industrielle. C’est Gavroche dans la rue, les Ténardiers au Medef ! Incroyable.

Les principaux responsables de cette situation délétère sont les politiques qui utilisent systématiquement les entreprises comme bouc émissaires de leur incapacité à réformer et de leur manque de courage. L’émission Dialogues Citoyens, sur France 2, jeudi dernier, a été l’occasion pour le Président de la République de tenter de renouer avec son électorat, une fois de plus sur le dos des « patrons ». Son échange avec la fondatrice de Envie de fraise, Anne-Laure Constanza a montré la capacité des politiques, y compris au sommet de l’Etat, à utiliser l’entreprise comme faire-valoir. À ce titre les extraits des déclarations de Messieurs Macron, Valls et Hollande qui déclaraient leur « amour » pour l’entreprise étaient bien cruelles.

À une question très concrète de la cheffe d’entreprise sur le temps partiel et la taxation des CDD, il a répondu sans craindre la caricature « vous voyez bien que, dans une société, on ne peut pas  embaucher des personnes, et chacun le comprendra, pour quelques heures », sur les stagiaires « on le sait bien, il y avait des abus, des entreprises embauchaient des stagiaires pour ne pas embaucher, même à temps partiel, des CDD ou des CDI ». Le chef de l’Etat a ainsi judicieusement martelé, tout au long de l’émission que la loi El Khomri visait à aider les salariés. Sans convaincre ni les salariés, ni les entrepreneurs.

C’est tout le paradoxe de la situation, à force de caricaturer le monde de l’entreprise, les politiques ne parviennent plus à réformer, leurs électeurs les renvoient à leurs propres contradictions. Ils paient le prix de leurs promesses. Leurs multiples déclarations à l’emporte pièce pour remporter l’élection explosent face à la réalité et leur reviennent en boomerang.

Il est indispensable que ce lobbying anti-entreprise soit combattu par les politiques eux-mêmes. La campagne présidentielle pourrait être l’occasion d’envisager le monde de l’entreprise dans une approche plus apaisée et de proposer des réformes qui soient réellement mises en œuvre. Il est indispensable que les entrepreneurs prennent toute leur part au débat. Eux aussi devraient se mobiliser.

Mathieu Quétel, président de Sountsou – Affaires Publiques