Primaire : le décollage de Bruno Le Maire

Le candidat du « renouveau » a réussi son lancement officiel de campagne pour la primaire de la droite. L’enquête électorale du Cevipof et du journal Le Monde, réalisée par Ipsos, salue en tout cas son décollage dans les sondages.

Sur 18 mois, le Cevipof publiera plusieurs enquêtes électorales afin de suivre l’évolutions des candidats ainsi que les attentes des Français jusqu’aux législatives de 2017.

Le seul gagnant de cette nouvelle enquête du Cevipof est clairement Bruno Le Maire. Parmi les personnes certaines d’aller voter à la primaire de la droite, il gagne 6 points sur une vague et passe à 17% d’intentions de vote, quand François Fillon plafonne à 8%. Nathalie Koscisuko-Morizet (2,5%), Nadine Morano (1,5%), Frédéric Lefebvre (1%), Hervé Mariton (1%) et Jean-François Copé (1%) ne décollent pas et restent à plat.

Le vrai souci est toutefois du côté de Nicolas Sarkozy qui enregistre une baisse de 6 points sur cette vague avec 26% d’intentions de vote contre 42% pour Alain Juppé qui caracole toujours nettement en tête malgré un recul de 2 points. Néanmoins, l’ancien président de la République bénéficie d’un soutien important des électeurs traditionnels de la droite, ce socle pourrait se révéler décisif au moment de l’entrée en campagne où la politique retrouvera ses droits et cristallisera les choix des électeurs.

Bruno Le Maire semble donc avoir enclenché une spirale dynamique sur laquelle il pourrait surfer et envisager sérieusement de venir taquiner Nicolas Sarkozy. La candidature de Nathalie Kosciusko-Morizet qui empiète également sur le créneau du « renouveau » ne l’empêche visiblement pas de retenir l’attention des électeurs à la primaire de la droite. Il est peu probable que Geoffroy Didier, qui a annoncé sa candidature après ce sondage, puisse envisager de le gêner.