Présidentielle : un centre stratégique

L’écrasante victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre laisse le centre un peu esseulé. Certains soutiens du candidat, ses positions réservées sur l’Europe et conservatrices sur les sujets sociaux agissent comme autant de refouloirs. Or, fort de son raz-de-marée à la primaire, François Fillon serait peu enclin à négocier. Dans ce contexte, quelle place pour un centre stratégique pour 2017 ?

Entre la droite et le centre, les relations ont toujours été tendues. Il est reproché aux élus centristes de manquer de stabilité dans leurs fidélités. Néanmoins, les responsables de la droite savent qu’une élection présidentielle se gagne également au centre. Il convient donc de discuter.

L’émergence d’Emmanuel Macron dans le paysage politique change la donne puisqu’il devient l’un des acteurs de ce centre stratégique. Même si le leader d’En Marche ! affirme n’appartenir ni à la droite ni à la gauche, il défend des positions qui sont très centro-compatibles. Alors l’ancien ministre tend la main aux déçus de la primaire de la droite, les électeur d’Alain Juppé et les centristes.

Les leaders centristes ne s’y trompent pas. Ils observent avec effroi leurs cadres, notamment les jeunes, basculer vers Emmanuel Macron. 130 élus et cadres ont rejoints le candidat à la présidentielle dès le 29 novembre. Hervé Morin, président du Nouveau Centre (une composante de l’UDI) a d’ores et déjà décidé de se saborder et d’apporter le soutien de ses troupes à François Fillon, histoire de stopper net l’hémorragie et de s’assurer une place dans le dispositif mis en place par le nouveau patron de LR.

Autre personnalité centriste dont les faits et gestes sont observés, François Bayrou a déclaré sur France 2 qu’il allait consacrer les prochaines semaines à échanger avec François Fillon pour tenter de trouver un terrain d’accord.

Toutefois, il est peu probable que des parlementaires rejoignent en masse Emmanuel Macron. Ils sont nombreux à considérer que les risques sont trop importants et ils ne pourront espérer une réélection en juin 2017 sans le soutien de LR… Lors d’un Bureau Exécutif, les dirigeants de l’UDI ont fait le choix d’engager des négociations avec François pour « l’élaboration d’un projet législatif et de gouvernance commun ».

Cette élection présidentielle s’annonce passionnante et imprévisible. Dans vos démarches institutionnelles, n’oubliez surtout pas les personnalités du centre, elles pèseront sans doute demain…