Nos chiffres clés de la semaine

2700

Le lobbying breton est toujours très efficace. Cette fois ce sont les femmes entrepreneurs de Bretagne qui le démontrent,comme le signale l’Express daté du 20 janvier. L’association Femmes de Bretagne est un réseau d’entraide composé de créatrices d’entreprises bretonnes. L’association, qui compte 2700 membres, aurait déjà permis la création de 200 entreprises. Elle annonce la sortie d’une application mobile et bénéficie du soutien de la quasi totalité des acteurs économiques, médiatiques et institutionnels de Bretagne. Très dynamique, l’association assure un maillage territorial dense avec des ateliers itinérants autour des grandes thématiques de la création d’entreprise : « choisir son statut », « page Facebook pro », « J’arrête d’être stressée » etc. En savoir plus : www.femmesdebretagne.fr

3

La douche froide. Les dirigeants de la FNAC étaient parvenus le 20 janvier à un accord avec trois organisations syndicales sur le travail dominical, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. Mais, la CGT, SUD et FO ont fait savoir par voie de presse qu’elles entendaient faire jouer leur droit d’opposition sur cet accord. Pourtant, celui-ci prévoie un salaire triple 12 dimanches, puis un salaire double sur les autres dimanches travaillés, il ne concerne que des salariés volontaires à qui il assure également un soutien en matière de garde d’enfants. Cette situation ubuesque est le résultat de la loi Macron qui conditionnait les ouvertures dominicales à des accords, une disposition adoptée sous  la pression de l’aile gauche des parlementaires de la majorité. Résultat : tout est bloqué. Une fois de plus, l’attitude anti-entrepreneuriale l’a emporté instillant dans la loi les outils pour la rendre inapplicable.

23

La chaine Numéro 23 n’en fini pas de faire parler d’elle. C’est un député qui passe à l’attaque cette semaine avec sa proposition d’ouvrir une commission d’enquête sur les conditions d’attribution de la fréquence à cette chaine en 2012. Marcel Rogemont livre un rapport d’évaluation de la loi du 15 novembre 2013 dans lequel, outre la chaine Numéro 23, il s’attaque au bilan du CSA qu’il envisage clairement de remettre à sa place. Il préconise de revoir les attributions du régulateur dans la désignation des présidents de l’audiovisuel, critique la nomination du président de Radio France, le député socialiste propose également de recentrer l’action du CSA sur son rôle de « surveillance » du paysage audiovisuel. Sur ce dernier point il fait allusion aux différents dérapages observés ces dernières semaines notamment le non-respect des règles relatives à la publicité par Radio France, le non-respect de ses engagements par Numéro 23, sans que le CSA ne s’en émeuve. Marcel Rogemont, parlementaire au caractère bien trempé ne souhaite pas en rester au stade du rapport, puisqu’en plus de la commission d’enquête, il déposera une proposition de loi dans les prochaines semaines afin de mettre en place ses pistes de réforme.

72

Selon un sondage Odoxa pour FTI Consulting, Les Echos, Radio Classique, 27% des Français considèrent que l’emploi est la priorité absolue, 24% d’entre eux plaident pour la relance économique. Les sondés ne sont toutefois pas prêts à tout accepter, ainsi ils refusent à 72% un report de l’âge de la retraite. Ils sont également 56% à se déclarer opposés à un plafonnement des indemnités prud’homales, une réforme annoncée par l’exécutif. En revanche plus de 80% d’entre eux soutiendraient une réforme visant à mieux encadrer les nouvelles formes de travail liées au développement numérique et une vaste remise à plat de la fiscalité. Enfin, et c’est peut-être un tabou qui explose, ils sont 69% à accepter que les entreprises dérogent aux 35 heures en cas d’accord avec les syndicats.

350

La grippe aviaire risque d’avoir un effet dévastateur sur la filière foie gras. Le coût des mesures de prévention mises en place est déjà estimé à 350 millions d’euros pour la profession. La filière, qui pèse 2 milliards d’euros et emploie 10 000 personnes, pourrait en sortir profondément changée. Depuis le 18 janvier, les élevages de canards gras et d’oies du Sud Ouest sont mis à l’arrêt, pour 5 mois, afin d’éradiquer la grippe aviaire dont les premiers cas ont été observés il y a deux mois. Selon le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), la production nationale de foie gras devrait chuter de 30% en 2016, dans certaines zones elle pourrait atteindre 50%. Un risque de pénurie est donc désormais envisagé et les transformateurs et distributeurs pourraient être tentés d’importer massivement des foies gras en provenance des pays de l’Est, ce qui pourrait avoir des conséquences durables pour la filière.

10,7

Les dotations de l’Etat aux communes, départements et régions devraient baisser de 10,7 milliards de 2015 à 2017, dont un rabot de 3,5 milliards pour la seule année 2016. l’Association des maires de france ‘AMF) a décidé de rester mobilisée en 2016 pour convaincre l’Etat de ne pas poursuivre son plan et de relever ses dotations au moins dans la perspective de 2017. L’AMF estime que les investissements des communes et intercommunalités baisseront de 25% sur la période 2014-2017 et que la mise en place du budget 2017 devrait être très difficile pour un grand nombre de communes. Hélas, les communes n’ont pas entendues du gouvernement en 2015, elles envisagent donc de repartir encore plus fort à l’attaque en 2016, leur congrès annuel, prévu du 31 mai au 2 juin, devrait constituer un point d’orgue de leur mobilisation.

3,4

Le FMI livre une nouvelle prévision de croissance mondiale orientée à la baisse. Le PIB mondial devrait connaitre une progression de 3,4% en 2016, soit une baisse de 0,2 point par rapport à la dernière estimation du FMI qui date d’octobre 2015. La croissance mondiale s’est établie à 3,1% en 2015, 2016 devrait donc faire légèrement mieux mais on reste loin d’une franche reprise. Si la France reste fidèle à elle-même, atone, les Etats-Unis sont franchement installé dans la reprise. Pour 2016, ce sont les pays émergents qui posent problème, or, ils représente 70% de la croissance mondiale. La Chine est au coeur des préoccupations, sa croissance pour 2015 s’est établie à 6,9%, son plus faible résultat depuis 25 ans. Cette contre-performance entraine de multiples tensions dans le reste du monde par le biais du commerce, des matières premières premières ainsi que des transactions financières. Un nouveau front économique qui inquiète le FMI, comme la Banque mondiale.

5

L’observatoire de la politique budgétaire du cabinet EY confirme qu’il existe toujours une distance entre les belles déclarations gouvernementales et la réalité. En effet, selon EY, 5 nouvelles taxes ont été créées en 2016. En contrepartie, deux petites taxes ont disparues. Mais le résultat est bien une création nette. Depuis 2010, 52 taxes ont été créées et seulement 9 ont été supprimées. EY reconnait tout de même un ralentissement dans la création de taxes. Le début d’un bon point…

50

Un sondage TNS-Sofres pour l’association Dialogues, publié par Les Echos, révèle la désaffection des Français à l’égard des syndicats. 50% des salariés font confiance aux syndicats pour défendre leurs intérêts, ils étaient 58% en 2008. Pour l’ensemble des Français, les résultats tombent à 43% aujourd’hui contre 50% en 2008. Comme les autres institutions, les syndicats souffrent donc d’un véritable discrédit dû en grande partie à leur déconnexion de la réalité des Français et des vrais besoins des réalités économiques. Chiffre intéressant et peut-être à méditer : 54% des sondés jugent sévèrement un manque de « confiance entre les syndicats et la direction ».

82

La Centre de recherches politiques de Sciences Po, associé au CNRS (CEVIPOF) vient de publier son enquête annuelle sur la confiance des Français qui révèle une cassure entre les Français et la politique. 82% des Français ont une vision négative de la politique, ils sont 88% à estimer « que les responsables politiques ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens comme eux ». En outre, 67% d’entre eux pensent que la démocratie ne fonctionne pas bien. Un jugement très sévère qui devrait inciter les politiques à une profonde remise en question à quelques mois du démarrage de la campagne pour les élections présidentielles de 2017.