Lobbying : Les ONG au coeur de la COP 21

La COP 21 n’accueillait pas que des membres officiels des différents gouvernements. Plus de 10.000 observateurs dépêchés par les organisations non gouvernementales (ONG) ont veillé pendant toute la durée de la conférence à ce qu’un accord satisfaisant soit trouvé. Ils ont déployé un lobbying à la fois original et efficace.

Hors de question de laisser les Etats seuls à la manoeuvre au Bourget pendant la durée de la COP 21. Un intense lobbying des défenseurs de l’environnement a donc été déployé afin de veiller au respect des objectifs et des enjeux fixés en préambule de la conférence internationale. Pas moins de 10.000 observateurs d’ONG diverses arpentaient les couloirs et les salles de débats afin de veiller au bon comportement des négociateurs et de pointer du doigt les tentatives de dérives.

Chaque soir, un jury, composé de membres des ONG se réunissait afin de décerner un « Fossile » aux Etats qui se comportaient mal au cours de négociation ou un « Rayon » (plus rare) aux Etats qui, au contraire, faisaient avancer les négociations dans le bon sens.

Mais les 950 organisations représentées et réunies au sein du Climate Action Network (CAN) ont également multiplié les rencontres informelles, les distributions de verbatims ou les participations aux débats publics afin de tenter d’influer in extremis sur les ultimes arbitrages. Une action du CAN engagée de longue date et dont la COP 21 n’est que le point d’orgue.

En effet, les membre du CAN ont engagé des actions de lobbying de fonds dans leurs pays respectifs depuis de nombreux mois voire de nombreuses années et ils ont souhaité achever la séquence par une forte présence lors de cette conférence jugée déterminante.

Ce lobbying de terrain s’est également traduit par des actions organisées à partir du Bourget dans chaque pays. Les représentants présents à Paris envoyaient chaque jour des messages aux militants de leurs pays respectifs afin que ceux-ci mobilisent les opinions sur place pour faire pression sur leurs dirigeants sur les sujets sur lesquels ils refusaient d’avancer.

Une action de lobbying coordonnée au niveau mondiale dont la base a été Paris pendant toute la durée de la COP 21.