Le lobbying cultuel s’affiche

Le lobbying cultuel est dans l’actualité. Nouvel extrait de l’ouvrage « Entrepreneurs, faites-vous entendre des politiques ! Secrets du lobbying efficace » de Mathieu Quétel paru récemment aux éditions Kawa. Cet extrait décrypte le lobbying cultuel et la stratégie d’un jeune Abbé pour assurer le rayonnement de l’Église catholique au sein de la société française. De plus en plus, le lobbying cultuel s’affiche et les entrepreneurs devraient s’en inspirer !

(EXTRAIT)

Il est jeune, accro à Twitter et apparait un brin branché. L’Abbé Grosjean s’est imposé comme l’une des icônes de l’Église d’aujourd’hui depuis les débats mouvementés autour du Mariage pour Tous, qu’il a fermement combattu, avec un sourire ravageur qui donne à l’Église une image en prise avec le monde d’aujourd’hui.

Dans son livre « Aimer en vérité » (éditions Artège), paru en 2014, Pierre-Hervé Grosjean traitait des sujets de sexualité et apportait ses conseils aux jeunes avec, bien entendu, la vision de l’Église. Le sourire de l’Abbé Grosjean ne l’empêche pas de venir sur les plateaux de télévision en robe, histoire de bien marquer, par le port de l’habit, qu’il défend une certaine idée de l’Église, plutôt traditionnelle.

(…)

Cet activiste chrétien, adepte des débats et qui ne se soustrait à aucune joute verbale a été l’un des plus ardents opposant au mariage pour tous. Omniprésent sur les réseaux sociaux, ses 30.000 abonnés Twitter apprécient son sens de la répartie et ses prises de position pour une Église très traditionnelle et peu progressiste. Il est également l’un des animateurs du site Padreblog qui publie des commentaires sur la vie de tous les jours et sur des sujets sociétaux comme l’avortement, par exemple, avec ce titre « Avortement : le droit à l’avis » après l’adoption de la Loi Santé de Marisol Touraine.

Dans son dernier ouvrage dont le bandeau de couverture indiquait qu’il est « un appel à la génération qui vient », l’Abbé Grosjean promeut un « catholicisme joyeux et décomplexé ». (…)

À l’occasion de sa tournée médiatique pour promouvoir son dernier ouvrage, l’Abbé Grosjean s’est notamment longuement exprimé dans le FigaroVox, le 15 avril 2016. Il rappelle les débats autour du Mariage pour Tous qu’il qualifie sobrement de « débats sociétaux » et il estime qu’ils ont été l’occasion d’une « prise de conscience chez les catholiques » que leur vision de la société n’est peut-être plus celle qui est partagée par « tous ».

« Il nous faut donc, si nous y tenons, nous engager pour le promouvoir, l’expliquer, le défendre. » explique l’Abbé Grosjean. Il développe ensuite en toute transparence la nécessité pour les catholiques de s’engager dans le débat publique et plus précisément en politique : « Il est au contraire urgent de quitter le banc de touche, et d’arrêter de regarder la partie se jouer sans nous. Je n’ignore rien de la violence du jeu politique, de la piètre qualité du terrain, de la «vigueur» de l’équipe d’en face voire de ses co-équipiers, mais on n’a pas le choix. Il faut agir, s’engager, entrer sur le terrain. »

Plus loin, le jeune prêtre précise sa pensée « On peut râler sur la ligne de tel ou tel parti, de tel ou tel candidat aux primaires, de tel ou tel élu ou dirigeant. Mais c’est plus efficace de prendre les moyens de peser sur cette ligne. Il faut investir les équipes, les entourages, les lieux de décision. »

En véritable lobbyiste l’Abbé Grosjean propose même une méthode pour peser sur les décisions politiques et faire en sorte que la religion catholique ait plus de poids dans les décisions à venir et les lois qui seront votées : « Nous ne votons jamais pour un candidat seul. Nous votons aussi pour ceux qui l’entourent et l’influencent, ceux qu’il fera accéder aux leviers, ceux à qui il donnera des responsabilités. C’est aussi dans ces entourages, ces cabinets ministériels, ces équipes de campagne qu’il faut des chrétiens qui s’engagent pour servir. Il faut devenir une force de proposition, être constructifs, prendre les places à prendre, plutôt que de continuer sans fin à se plaindre. ».

Il ne s’agit pas ici de porter un jugement sur les idées défendues par l’Abbé Grosjean, ni de pointer le lobbying (ici totalement assumé) de l’Eglise catholique mais de montrer que le lobbying est multiple, qu’il concerne des acteurs divers de la société et de la vie économique.

Le discours de cet Abbé militant, voire activiste de la cause chrétienne, est à la fois clair et efficace, il propose un lobbying d’infiltration qui est peu visible des citoyens mais qui peut se révéler payant. On ne peut qu’espérer que le monde économique prenne plus conscience que cette « infiltration » des lieux de décision est devenue indispensable pour peser.

entrepreneurs-faites-vous-entendre-des-politiques-les-secrets-du-lobbying-efficace