Croissance, une médiocrité à la française ?

Tribune sur la croissance publiée sur la plateforme des entrepreneurs WikiPME.

La croissance française reste en panne. Les dernières prévisions ne laissent rien augurer de bon pour la fin de l’année. Notre pays paie son incapacité à initier une politique stable en faveur de l’entreprise et sa fâcheuse tendance à en demander toujours plus à l’Etat. 

Nos politiques ont la réponse à tous nos problèmes et ils s’empressent de régenter nos vies et nos entreprises grâce à une multitude de normes, de lois et de règlements, toujours plus pointus et plus imaginatifs. Selon l’Ifrap, plus de 400.000 règles ne cessent de s’accumuler en France. Ces 400.000 règles se répartissent en 10.500 lois et 127.000 décrets qui s’épanouissent dans 62 Codes… Un cauchemar.

Cet empilement sans fin de normes corsète notre économie et sclérose la dynamique de notre pays. Il a engendré des corporatismes qui bloquent toute évolution à l’image de ceux qui ont t bloqué la France au printemps dernier pour résister à une réformette. Selon, l’Institut de la statistique, les actions de blocage contre la Loi travail coûtent 0,1 point de croissance à la France en 2016.

Résultat, quand nos partenaires européens renouent avec une croissance positive et créent de l’emploi, nous restons enkystés dans une activité poussive. Quand l’Insee publie le 28 octobre les prévisions du troisième trimestre révisées, on se satisfait même d’échapper à la récession !

Le gouvernement prévoyait une croissance de 1,5% en 2016, rien de flamboyant, elle devrait finalement atteindre péniblement 1,1% et se situer aux alentours de 1,2% en 2017, selon un grand nombre d’économistes. Néanmoins, le gouvernement persiste à construire son budget sur une base de 1,5%…

Pendant ce temps, le département du commerce vient d’annoncer une progression du PIB américain de 2,9% au troisième trimestre, en rythme annuel.

Les élections à venir nous font espérer des réformes. Pour le moment, les programmes des candidats comportent des promesses alléchantes qui devraient permettre de remettre de la fluidité dans notre économie.

Une fois élu, le Président de la République devra initier les réformes immédiatement pour sortir, enfin, de cette médiocrité économique dans laquelle nous nous sommes installés depuis de trop nombreuses années. Mais ne soyons pas naïfs, sans impulsion de la part des entrepreneurs il est fort probable que le courage manque encore lorsqu’il s’agira de mettre concrètement en œuvre les programmes.

Mathieu Quétel, président de Sountsou-Affaires Publiques, auteur de « Entrepreneurs, faites-vous entendre des politiques ! – Secrets du lobbying efficace » (Kawa éditions)

entrepreneurs-faites-vous-entendre-des-politiques-les-secrets-du-lobbying-efficace