Brèves de primaire de la droite

Nos informations sur les coulisses des primaires à droite.

Baroin en route pour Matignon ?

En officialisant sont soutien à Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite, François Baroin miserait sur un ticket avec l’ancien Président pour 2017 et le poste de premier Ministre en cas de victoire. « Plus jeune fils » de Jacques Chirac, François Baroin présente de nombreux atouts pour Nicolas Sarkozy : bonne image, connexion avec les élus locaux grâce à sa présidence de l’Association des Maires de France, proche de Jacques Chirac, bonne expérience ministérielle et connaissance des réseaux de la droite… En outre, le sénateur-maire de Troyes affiche un positionnement de centre-droit, ce qui peut-être précieux pour contre-balancer la forte droitisation que Nicolas Sarkozy s’apprête à donner à sa campagne. Enfin, il voue pour Alain Juppé une ferme détestation depuis que celui-ci a refusé de lui apporter son soutien pour Bercy lors du remaniement de 2011, lui préférant… Bruno Le Maire. Finalement, François Baroin obtiendra le portefeuille mais conservera pour l’ancien premier Ministre une rancoeur tenace.

Les frondeurs sont également à droite

La construction très hétéroclite de l’ex-UMP devenue Les Républicains pourrait se transformer en un handicap lourd à gérer en cas d’alternance en 2017. En effet, Nicolas Sarkozy a fait le choix de parier sur un spectre politique très large dans les chapelles créées au sein de son parti, il a même privilégié les micro-partis les plus radicaux comme Sens Commun ou le PCD de Christine Boutin. Réputée trop à gauche, Nathalie Kosciusko-Morizet a été écartée de la direction du parti au profit du très radicalisé Laurent Wauquiez qui espère en prendre la présidence dès que Nicolas Sarkozy sera officiellement entré en campagne pour la primaire de la droite. Ces différents mouvements contraignent Les Républicains à faire en permanence un grand écart idéologique qui aura des répercussions dans la gestion quotidienne à partir de juin 2017. Ces répercussions pourraient se révéler très complexes à gérer.

700 maires chez Sarkozy

Le Congrès de l’Association des Maires de France (AMF) a permis aux candidats à la primaire de la droite de séduire ces élus locaux proches de leurs administrés et réputés moins politisés. Nicolas Sarkozy, pas encore candidat officiel mais fort du soutien du président de l’AMF, François Baroin, a reçu au siège de LR 700 édiles. Une occasion de plus pour l’ancien président de la République de marquer sa différence avec son successeur à l’Elysée dont il a promis d’effacer les lois NOTRe, Alur et sur les rythmes scolaires ainsi que de son principal rival pour le scrutin des 20 et 27 novembre, Alain Juppé, qu’il juge trop timide dans les réformes qu’il envisage. Nicolas Sarkozy a également promis de revoir l’étendue des compétences afin d’aligner les charges qui pèsent sur les collectivités locales avec les moyens financiers dont elles disposent. Il a également affirmé avec force sa volonté de nettoyer les « lois socialistes » afin de profiter au maximum de l’alternance.

1000 maires chez Juppé

Les maires ont été accueillis avec chaleur par Alain Juppé à la Salle Wagram. Ils étaient 1000, soit 300 de plus que chez Nicolas Sarkozy, à avoir répondu à l’invitation du candidat préféré des Français. La réunion, orchestrée en sous main par Jean-Pierre Raffarin, a permis à Alain Juppé de marteler son souhait de faire preuve de pragmatisme dans les réformes et son refus de promettre le grand soir pour les réformes. Il a notamment rappeler son refus de remettre à plat les réformes mises en place par son prédécesseurs, revendiquant un droit à l’expérimentation et la mise en place d’un contrat pluriannuel avec les élus locaux, histoire de leur donner plus de visibilité.

Fillon séduit les Maires

En marge du congrès de l’Association des Maires de France (AMF), François Fillon organisait une rencontre avec des élus locaux, moment idéal pour rappeler sa relation particulière avec les élus des collectivités, lui-même ayant occupé de multiples mandats locaux tout au long de sa carrière politique. Il propose un contrat territorial qui redonnerait aux élus de la liberté et les déconnecterait des lourdeurs administratives qui se sont multipliées ces dernières années. Il a également promis de basculer la fonction publique territoriale au 39 heures et de rétablir le conseiller territorial.

Création de Oz ta droite

Robert Ménard, le bouillonnant maire de Béziers, élu en 2014 avec le soutien du Front National dont il n’est pas membre, organisait le week end du 29 mai une réunion de la « droite hors les murs ». L’objectif était de constituer une sorte d’union des droites radicales qui se multiplient mais restent dispersées. Craignant sans doute des dérapages Les Républicains n’avaient pas envoyés de représentant officiel, quant à Marion Maréchal – Le Pen elle a quitté la réunion avec fracas suite à une déclaration de Robert Ménard. Du côté du souverainiste Philippe de Villiers, dont le livre est un grand succès de librairie, il n’était pas envisageable de passer une tête lors de débats dont l’image aurait pu rejaillir sur le business familial du Puy du Fou. Les journées de travail ont donné lieu à la publication de 51 propositions qui seront soumises au FN et à LR pour leurs programmes respectifs pour 2017. Cette initiative est à mettre en lien avec des projets en cours de réflexion qui pourraient aboutir à une candidature souverainiste et de droite affirmée pour 2017.

Retailleau mise sur la primaire pour réformer

Bruno Retailleau, le patron des sénateurs de la majorité LR, était l’invité du Talk-Le Figaro, le 1er juin. Après avoir regretté le comportement de certains candidats à la primaire de la droite face aux manifestations et aux résistances à la réformes orchestrées par la CGT, il a affirmé que les français étaient prêts à la réforme. Ce soutien de François Fillon, qu’il juge le seul à avoir une offre de réforme vraiment radicale, salue l’existence de la primaire car elle va forcer les candidats à travailler et à poser des propositions claires aux votants de la primaire. Ainsi, les électeurs de droite et du centre pourront choisir leur candidat en parfaite connaissance de son programme et de sa capacité à engager des réformes. Un discours ferme et offensif qui tranche avec la réputation des sénateurs connus pour leur approche consensuelle des sujets.

Une primaire à droite Juppé-Sarkozy ?

Dans la dernière livraison de l’enquête électorale Le Monde – Cevipof, que Sountsou, suit avec attention car elle est inédite par son ampleur puisqu’elle porte sur un échantillon de 19 455 personnes (dont 1 134 certaines de voter à la primaire), Nicolas Sarkozy stoppe l’érosion de son électorat. Toutefois avec 41% des intentions de vote, Alain Juppé reste le grand favori de la primaire devant Nicolas Sarkozy qui en recueille 27%, Bruno Le Maire (16%) et François Fillon (10%) ne semblent pas en mesurer de gêner ce duo de finalistes. C’est sans doute la principale information de cette vague qui fige la situation d’avant-campagne. En effet, si les candidats ont présenté leurs programmes, les débats n’ont pas commencé et Nicolas Sarkozy n’a même pas encore déclaré officiellement sa candidature. C’est donc vraisemblablement à partir de septembre que les intentions se cristalliseront véritablement en fonction des débats diffusés sur les chaines de télévision.

Dates de la présidentielle

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 23 avril 2017 et le second tour le 7 mai. Les élections législatives se tiendront les dimanches 11 et 18 juin. Enfin, les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre 2017. Pour mémoire, la primaire de la droite est prévue pour les 20 et 27 novembre 2016, celle de la gauche les 4 et 11 décembre.