Brèves de lobbying

Nouvelle rubrique dans la Newsroom de Sountsou « Les brèves de lobbying » apportent des éclairages sur des opérations passées ou en cours dans le domaine des relations institutionnelles. Une approche directe dont le but est de susciter la réflexion ou de donner des idées.

Encadrer l’usage des drones

Les récents incidents impliquant des drones et des avions de ligne, heureusement sans conséquence ont néanmoins inspirés les sénateurs. Xavier Pintat et Jacques Gautier (LR) ont déposé une proposition de loi, examinée en première lecture au Sénat le mardi 17 mai, visant à « renforcer la sécurité de l’usage des drones civils ». Le texte prévoit la mise en place d’une immatriculation, l’instauration d’une formation aux télépilotes d’aéromobiles et l’obligation d’un signalement électronique et lumineux au delà d’un certain seuil de masse.

Manifs de casseurs

Les opposants à la loi travail se sont lancés dans un combat jusque-boutiste et, malgré le détricotage du texte, continuent de manifester dans la rue. Le problème est qu’ils rencontrent de plus en plus de difficulté à mobiliser , ils sont donc de moins en moins nombreux dans les rues lors des différentes manifestations et on ne voit plus que les casseurs. Ceux-ci se déchaînent et achèvent de décridibiliser un mouvement qui s’essouffle et dont on a du mal à percevoir les attentes.

 

Jean Lassalle avec Nuit Debout

Quelques centaines de manifestants de Nuit Debout ont manifesté devant l’Assemblée Nationale, mardi 10 mai, après l’annonce du recours au 49-3 par le gouvernement. Aux cris de « On emmerde le 49-3 » ou « Assemblée nationale, assemblée du capital », les manifestants ne sont accompagnés que par quelques élus issus du Front de Gauche. Une tête dépasse néanmoins, celle de Jean Vassale, le candidat à la présidentielle, venu soutenir les manifestants et annoncer qu’il votera lui aussi la motion de censure, ce qui n’a rien de surprenant. Ce qui l’est plus c’est la présence d’un député qui a voté pour Nicolas Sarkozy et qui vient de s’émanciper de François Bayrou dans un mouvement qui, le moins que l’on puisse dire, ne défend pas vraiment le même message que lui.

Radicalisation syndicale

La loi travail n’en finit pas de générer des tensions et des récupérations faciles. C’est le cas dans la démarche d’hystérisation engagée par les syndicats, notamment la CGT et SUD-Rail qui se sont lancés dans une sorte de mise en enchère du blocage. La CGT a déposé un préavis de grève reconductible illimité pour les mercredis et jeudis et SUD-Rail un mouvement reconductible sans limitation de durée. L’enjeu entre les deux organisations est leur poids respectif au sein de la SNCF. Chez les routiers, CGT et FO appellent à un mouvement reconductible à partir du 17 mai. La CGT tente de mobiliser les salariés de la mer pour les 17 et 19 mai. D’autres initiatives sont en préparation afin de faire monter la pression sur le gouvernement pour obtenir un retrait de la loi travail.

Motion de censure numérique

L’activiste Caroline de Haas est de retour. Elle est à l’initiative du site www.motiondecensure.fr qui ambitionne de réunir un maximum de Français pour adresser une motion de censure « citoyenne » au gouvernement. En quelques jours le site avait accueilli plus de 100.000 signatures dont celles de 150 personnalités. Cette motion de censure numérique devra dépasser la pétition lancée par la  nouvelle égérie anti-gouvernemental contre la loi travail, soit plus de 1,3 millions de pétitionnaires pour convaincre de son intérêt. Il n’est pas évident qu’elle parvienne à susciter le même engouement.

Difficile défense des abeilles

Le projet de loi Biodiversité en cours de navette au Parlement est l’objet de passes d’armes entre pro et anti-néonicotinoïdes. Ces pesticides sont réputés tuer les abeilles, guêpes et autres bourdons et mettre ainsi en danger la pollinisation. Les députés ont voté l’interdiction de l’utilisation en première lecture mais le Sénat était revenu dessus en première lecture avant de se raviser jeudi 12 mai et de s’orienter finalement vers une diminution progressive de leur utilisation. Dans le cadre du projet de loi, La Fondation Nicolas Hulot pour l’homme et la nature s’est lancée dans une opération de lobbying originale dont le but est de montrer la traduction de la disparition des abeilles dans nos assiettes. Et de décrire les bols du petit déjeuner sans chocolat, nos repas avec beaucoup moins de fruits et légumes, notamment les tomates. La Fondation rappelle également que 30% des colonies d’abeilles meurent chaque année suite à l’utilisation des néonicotinoïdes dans l’agriculture.

Le paquet neutre au Conseil d’Etat

La Seita, filiale du cigarettier britannique Imperial Tobacco vient de déposer un recours au Conseil d’Etat contre le paquet neutre des cigarettes, qui sera obligatoire à partir du 1er janvier 2017. Elle dénonce une « atteinte disproportionnée et inédite au droit de propriété des industriels ».

À Paris, la voiture se mobilise

Dès le 1er juillet, les véhicules immatriculés avant 1997 seront interdits de circulation dans Paris intra-muros, une décision de la municipalité qui révolte les automobilistes. L’Association 40 millions d’automobilistes organise donc la résistance. En effet, une autre décision d’Anne Hidalgo pourrait avoir des répercussions inattendues sur des milliers de ménages franciliens, d’ici à 2020, ce sont tous les véhicules immatriculés avant 2011 qui seront interdits de circulation dans Paris ! Alors l’Association souhaite obtenir de la justice une obligation de la Mairie de Paris de rembourser les automobilistes « victimes » de ses décisions. Elle estime en effet, que la valeur des véhicules concernés va forcément s’effondrer puisqu’ils ne pourront plus circuler dans la capitale.

Le lobbying de la Tech

Les pays se battent pour attirer les investisseurs et les porteurs de projets liés à la technologie. Ainsi Londres investit 200 millions de livres afin de promouvoir son projet Tech City et attirer un maximum de projets et d’investisseurs. La France voit les choses en (moins) grand : 5 millions d’euros par an pour assurer la promotion de la French Tech par le biais de road shows et d’évènements divers afin de séduire les investisseurs étrangers et pour inciter les talents à rester. Alors Emmanuel Macron donne de sa personne et sillonne les différents évènements afin de promouvoir la French Tech, dont il est devenue une icône.

Actions destructrices

Un peu partout en France, les permanences du parti socialistes ou de députés PS sont saccagés par des manifestants opposés à la loi travail. Cette radicalisation semble franchir un degré supplémentaire chaque semaine. La permanence du député socialiste Jacques Cresta ont été envahis par des manifestants, celle de son collègue Laurent Grandguillaume a été visitée et dégradée en l’absence du parlementaire.