Alain Juppé s’impose un peu plus dans la primaire

Excellente semaine pour Alain Juppé qui s’impose un peu plus dans la primaire de la droite puisque les centristes le rejoignent en masse et lors du premier débat télévisé, il sort gagnant selon les sondages. Jean-Frédéric Poisson, l’inconnu de la primaire émerge et NKM défend son programme.

600 centristes avec Alain Juppé

C’est par une tribune publiée dans Le Monde, signée par près de 600 élus, que les centristes de l’UDI ont officialisé leur soutien à Alain Juppé. Si l’UDI a refusé de prendre part à la primaire de la droite et du centre et n’a donc pas présenté de candidat, elle ne cache plus ses inquiétudes face à la radicalisation initiée, selon elle, par les déclarations et propositions de Nicolas Sarkozy. Alors, un temps charmés par Emmanuel Macron, au moins pour quelques uns, les centristes ont décidé de pendre part au débat sur la primaire et décidé de soutenir Alain Juppé. Finalement, même si elles restent très divisées, les familles centristes se mettent d’une certaine façon d’accord pour suivre François Bayrou au côté du Maire de Bordeaux.

Fortes tensions lors du premier débat sur la primaire 

On ne peut parler d’une ambiance sympathique et détendue lors du premier débat télévisé de la primaire de la droite, le jeudi 13 octobre. Au contraire, l’ambiance était électrique et le téléspectateur pouvait ressentir la forte tension entre les candidats. Nicolas Sarkozy semblait bouillir tout au long de la soirée et il s’est sans doute retenu à plusieurs reprises de dire ses vérités avec plus de force. Il est probable que la campagne continue de tendre les relations, le prochain débat prévu le 3 novembre pourrait donner lieu à quelques altercations plus nourries. En effet, les affaires sont l’un des points d’achoppement entre les candidats que ce soient autour des propositions provocatrices de Bruno Le Maire de voir les candidats publier leur casier judiciaire, les reproches de Jean-François Copé à l’égard de Nicolas Sarkozy au sujet de la campagne de 2012 ou encore les accusations portées par François Hollande contre François Fillon qui lui aurait demandé, via Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, d’accélérer les procédures contre l’ancien Chef de l’Etat… Les sources de tensions résident également dans les programmes des candidats. Nicolas Sarkozy reproche à Alain Juppé son approche béate de la situation et son « identité heureuse », quant à l’ancien premier Ministre il accuse l’ancien Président de surfer sur les craintes des Français, un peu à l’image des extrémistes…

Le tour de force de Lagarde

Jean-Christophe Lagarde vient de démontrer ses qualités de fin tacticien politique. Le ralliement de 600 élus centristes à la campagne d’Alain Juppé est le fruit d’une véritable campagne interne menée par le patron de l’UDI pendant plusieurs semaines et réussie avec panache. 600 élus, dont 27 sénateurs est 18 députés ont signé la tribune du Monde de jeudi 13 octobre qui annonce leur ralliement à Alain Juppé. La campagne de Lagarde s’est déroulée dans le plus grand secret. Le quotidien L’Opinion rapporte que le patron de l’UDI a fait le tour de ses fédérations pour convaincre les élus en les enjoignant de conserver leurs échanges secrets. La radicalisation de la campagne de Nicolas Sarkozy, en ligne avec son positionnement depuis 2010, a agit comme un repoussoir pour les centristes qui n’auraient même pas essayé de joindre l’ancien Président.

NKM défend son programme

Nathalie Kosciusko-Morizet reste en panne dans les intentions de vote mais la seule femme présente dans la primaire de la droite continue imperturbablement à égrener ses propositions qui ont le mérite de s’inscrire dans un champ sensiblement différent de celui de ses concurrents. Elle propose d’enclencher une baisse de charges et d’impôts de 100 milliards concomitamment avec des réformes structurelles qui permettraient des économies budgétaires du même montant. NKM mise également sur une taxe sur la dépendance qui permettrait de mobiliser les moyens en rapport avec cette question qui concerne de plus en plus de Français et qui pourrait devenir un enjeu majeur dans les prochaines années.

Le débat profite à Poisson

Grand inconnu des 7 impétrants de la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson a plutôt tiré son épingle du jeu du premier débat. Il s’est montré assez à l’aise, a bien installé son territoire particulier même si les sujets qui pourraient mettre en valeur ses réelles différences n’ont pas encore été abordés. Président du Parti Chrétien Démocrate, Jean-Frédéric Poisson est un proche de Christine Boutin, dans une interview à Valeurs Actuelles, il a déclaré « il faut en finir avec le cordon sanitaire autour du FN ». Il n’est pas certain qu’Alain Juppé ou Nathalie Kosciusko-Morizet soient en parfaite harmonie avec lui sur ce thème.

 

 

Dates de la présidentielle

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 23 avril 2017 et le second tour le 7 mai. Les élections législatives se tiendront les dimanches 11 et 18 juin. Enfin, les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre 2017. Pour mémoire, la primaire d’EELV est prévue le 19 octobre et le 6 novembre (second tour), celle de la droite est prévue pour les 20 et 27 novembre 2016, celle de la gauche les 22 et 29 janvier 2017.